Powezeyes do docteur Vermer

Èn årtike di Wikipedia.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Powezeyes do docteur Vermer, ki l' tite e francès, c' est Poésies du Docteur Vermer, c' est ene ramexhnêye d' arimeas sicrîts pa Augustin Vermer, et k' a vudî a Nameur e 1905. Li live a stî replaidîs dins on cayé walon e 1967 (l° 2).

Egzimpe d' arimea[candjî | candjî l' côde wiki]

Li Wachotadje [1]

Modêye riscrîte en ortografeye Feller, a môde des Relîs namurwès[2]

Quand on médecin ôrdone on r'méde aus payisants,
I dut l'zî èspliquè lès pondants, lès djondants,
S'i faut cûre lès ièrbéyes, comint qu'i faut qu' ça s' faîye,
S'on dut bwâre totes lès-eûres on couyî do l' botèye,
S'on prind lès pilûres divant d'awè mougni,
Èt surtout bin l'zî dîre qu'i n' faut nin lès massyi.
Ôtrèmint, i n' vos f'ront qui totes sôrtes di lwagnerîyes
Po s' mète brâmint pus mau ou min.me po piède li vîye.
Insi quand l' médecin cause di lavemint au laton,
10 S'i n'a nin sogne d'avance do dîre di quèle façon
Qu'i faut mète l'aîwe dissu po qui l' bruwèt si faîye,
I gn-a dès cias qu' mètront li laton dins l'ostèye.
Ôrdonez dès poussètes : quéquefîye i vos demanderont
S'i faut qu'on lès faîye fonde, ou lès prinde come èle sont.
Gn-a co dès-ôtes, pus bièsses, en r'ciyant dès pilûres
Qui s'infôrmeront comint qu'i faut qu'on lès faîye cûre.
On djoû, on gros loûrdaud vint consultè l' médecin
Po s' pére qui languichèt dèdja dispû longtimps.
Li docteûr è lî dit : " Dimwin, djè l'îrè vèy
Maîs tot-en ratindant, v' lî r'pwatroz one botèye
Èt vos n' rovîyeroz nin qu'i faut bin l' wachotè
Totes lès-eûres au momint qu' vos sèroz po 'nn'î d'nè."
Noste ome apougne li drogue èt rarive au viladje :
Papa, di-st-i à s' pére, dji v' rapwate on bruvadje
Qui va vo fè do bin ; maîs on-z-a ric'mandè
Qui, chaque côp d'vant do l' prinde, falèt vos wachotè;
Insi lèyoz-vos fè èt purdoz bon coradje."
" Vunoz, di-st-i à s' frére, mètans-nos à l'ovradje. "
" - Malèreûs, rèspond l' pére, vos m'aloz fè mori. "
" - Non.na, papa, non.na, pusqui l' médecin l'a dit.
Vos savoz bin come nos qu'il a dès conuchances
Èt qu'i faut sins r'nictè sîre totes sès-ôrdonances.
Poqwè prinde si-t-avis, s'on nè l' vut nin choûtè ?
Po n' nin fè ç' qu'i comande, i n' faut nin l' consultè. "
Qu'aurèt-i seû rèsponde à one sifaîte morale ?
Nos deûs-omes l'apougnèt pa lès pîds, pa lès spales,
Wiche-wache, wiche-wache, wiche-wache, quand il èst wachotè,
On lî wîde on couyî, on lî faît avalè.
Sitôt qu' l'eûre èst finîye, on rac'mince li min.me danse
Sins waîti s'i n' p'lèt mau do pèri dins s' soufrance.
Li trwèzin.me côp portant, i n' criyèt pus si fwârt
On vut lî d'nè l' couyî on vèt qu'il astèt mwârt
Li lend'mwin, li médecin vint po lî fè s' visite ;
Vèyant qu' tot l' monde brèyèt, i s'infôrme au pus vite
Si l' malade va pus mau, ci qu'i gn-a d'arivè :
" Ô, dit nosse gros loûrdaud, ça n'a pont faît d'èfèt.
Nosse pére a trèpassè au trwèzin.me wachotadje,
I sintèt bin, l' pôvre ome, qui maugré tot s' coradje,
I n' saurèt supwartè d'èsse kitapè come ça,
Ca il a bin criyi : lèyoz-m' la, lèyoz-m' la. "
Po n' pus jamaîs awè one aventure parèye,
Li médecin dit asteûre : Vos wachoteroz l' botèye.

Sourdants[candjî | candjî l' côde wiki]

  1. Les Cayés walons, nov.-dec. 2007, pp. 189-190.
  2. Modêye rifondowe.