Tournêye sol damaedje (live)

Èn årtike di Wikipedia.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Wiktprintable without text.svg

Po des linwincieusès racsegnes sol mot "damaedje", alez s' vey sol Wiccionaire

Lemaitre Nestor Sol damaedje.jpg

Tournêye sol damaedje, c' est on live sicrît pa Nestor Lemaître et k' a rexhou e 1942.[1]

Il est enimådjî pa Ben Genaux.

Contnou[candjî | candjî l’ côde wiki]

C' est des discrijhaedjes arimés u di prôze so çou ki s' passe sol damaedje (å djoû) d' ene houyire.

Come il dit a môde di dvanzouve:

E fjhant ene tournêye sol damaedje
Dj' a yeu po scrire sacwantès pådjes

Gn a 15 rondeas, tchaeke so onk des mestîs del paire del houyire. I sont sol pådje di droete, et gn a on ptit motlî vizon vizu. ä Ci côp la, gn a ene novele del pådje 39 al påje 59, ki c' est s' «Dierinne tournêye», mins todi avou les målåjheys mots sol pådje di schlintche.

Onk des rondeas[candjî | candjî l’ côde wiki]


Al vole

L’ome du djoû qui va dins s'baraque
El timps d'douze eûres ran’mint din-nér,
A djusse èl timps d’rimpli s’kasaque
Su trinte mimutes, sins balzinér.

Tout-en mindjant, i conte ène craque
Ou d’visse dè c'qu'i va djardinér
L'ome du djoû, qui va dins s’baraque
El timps d’douze eûres ran'mint din-nér,

El payiye fête, faut qu'i rataque
Djusqu'adon qu'el tout va souner.
El mésse qui chût èyèt qui traque,
N'est-i nén la pou mastinér
L'ome du djoû, qui va dins s’baraque
El timps d'douze eûres ran’mint din-nér ?
[2]

Bokets del novele[candjî | candjî l’ côde wiki]

« Comint n'pèrdèz nén vo pension, o Tâve ? Vos avèz bouté assèz n'do ! »
« Vos n'avèz qu'vous a sondji, qwè d-alèz fér avou tous vos liârds, o ? »
« Tu crwès p'tète qu'è1 fosse va djokér quand tu n'diras pus azârd ? »
C'è-st-ainsi qu'i gn-aveut dès céns qu'atauchît I'vî Tâve, come on I'lomeut, gn-a 'ne quarantène d'anéyes.
D'aucuns, c’ît p’tète pa compassion pou s'n'adje, dès-autes c'ît p’tète a môde d'èl fér d-alér ; itèm èst-i qu'çu qu'ît certain, c'èst qu'i gn'aveut pont dins yeûsses qu'aveut 'ne rèponse da Tåve.
« Vi totin ! », d'sit-is yûn come l’aute quand - il ît woute.
Maugrè sès swèsante chîj’ans bén sonès, èl vî Tâve travayeut cor en èfèt. I travayeut chûvant sès fôces bén seûr, marchaud dins n-in tchèrbonâdje, on l'Ièyeut fûj’lér a s’fournia lès pus facîles dès ouvràdjes èt, sins yèsse mésse, i fèyeut a pau près çu qu'i vouleut.
I moûs'neut quéqu'fiye bén 'ne miète èt pourtant tous lès autes ouvrîs d'I'atèliè rèspèctît è1 vî Tâve ; n'èsteut-i nén l’pus ancyin d'yeûsses tèrtous !

Mins a on metou moumint, on doet serer l’tcherbonaedje. Tåve si rvént pormoenner so les rwenes.

A chaquin d'sès passâdjes, il ît 'ne miète pus chagrin ; i lyi chèneut, qu'avou chaque barotèye di briques qu'è-d-aleut, qu'avou chaque camion d'fèrayes qu'on kèrtcheut, i lyi chèneut qu'in p'tit bouquet d'ène saqwè ès’distatcheut d’li minme.
Il ît avièyi, Tâve, dispus qu'i n'travayeut pus ; ès’dos ît pus voûssi, sès djambes flachît et, i d'veut prinde in baston.
Su saquants samwènes il a fét si môrt sul damâdje, gn-aveut pus qu'di timps-z-ayeurs èl chef-gârde qui v'neut co fér 'ne toûrnéye avou s'tchén.
In djoû l'tchén, qu'ît en train d'nachî, s'a mis a abawér drol’dimint come pou fér comprinde a s'mésse, qu'i v'neut d’trouvér 'ne saqwè.
Dins lès ièbes crèchûwes au triviès d’in rèstant d'vîs fiêrs, pa drî lès quate briques astampéyes qui d'mèreut co d'l’ateliè, gn-aveut in-ome coûtchî…

On-z advene åjheymint kî k' c' est.

Sourdant[candjî | candjî l’ côde wiki]

  1. Si on-z aconte li cou-coviete la k' est marké: otorizåcion 3342, dandjreus on limero do siervice di cinseure almande (åjhmince 33 di l' anêye 42) (a-z aveuri).
  2. p. 29.