Målåjhey advina (fåve do vî vî tins)

Èn årtike di Wikipedia.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Li fåve do målåjhey advina, c' est ene fåve do vî vî tins la k' on persounaedje k' a l' povwer dimande des målåjheyès kesses a on dzotrin. Inte di zeles, kibén k' i våt (li dzeutrin), et çou k' i pinse å moumint del rindicion des responses.

Dins l' modêye Desmet, c' est on curé ene miete revintiveus, ki doet responde å conte do viyaedje.

Dins l' modêye Lucy, c' est Tchårlukin ki dmande les målåjheyès kesses a èn eveke.

Dins tos les cas, li dzotrin parvént sûteymint a responde a si dzeutrin.

Modêye Djåke Desmet[candjî | candjî l' côde wiki]

Li monnî d’ Biè
Di ç' timps là, dins on vijnauve qui nos loumerans « Biè », i-gn-aveût Monsieû l' Comte, qu'èsteût l' grand maîsse su quausu totes lès têres. I-gn-aveût co l' curé qu'aveût skèpyî véla dins l' molin qu'il aveût èrité d' sès parints què l'avin' dèdja r'cî d' leûs parints èto. C'èsteût-st-on bin d' famile. Li bin èsteût d'né en locâcion à on mon.nî : li mon.nî d' Biè.
Li curé èsteût-st-on brâve ome qui conècheûve bin totes lès miséres di sès pôvès djins. C'è-st-insi qui l' dîmègne, il lî ariveûve co sovint di sayî d’ fé comprinde à sès pratiques qu'one famile qu'aveût d' l'ovradje, diveûve polu mindjî su tos sès dints tos lès djoûs. Minme lès mwaîjès-anéyes, i d'vin' polu awè d' qwè viker à leûs-aujes. I prétcheûve co su lès drwèts qu' tortos divrin' awè, èt ça n' plaîjeûve nin d' trop au conte.
Tot s'qu'au djoû qui l' conte à priyî nosse curé au tchèstia. I n'èsteût nin co dins l' place qui l' Conte li forbateûve laîdemint :
« Savoz bin, Monsieû l' curé, qu'on nos r'waîte di crèsse ? Èt quand vos prêtchoz vos mètoz dès-idéyes di foû dins l' tièsse di nos djins. Ça n' mi r'vint nin por one mastoke. Nos-alans fé martchi èchone : vos conèchoz branmint d's-afaîres, vos èstoz malin. Dji m' vos va d'mander d' rèsponde à saquants quèsses, èt si vos n' rèspondoz nin à nosse chonance, vosse molin sèrè da nos-ôtes ! »
« Nos vos lèyans yût djoûs : vos vêroz tot seû, nin à pîds, nin à tch’fau, nin mièrnu, nin abiyî. Vos nos dîroz èwou ç' qu'on pout trover l' mitan dèl têre, combin ç' qu'èle pèse, combin qu' nos valans èt à qwè qu' nos sondjans. »
Li curé à r'moussî al cure tot pènaud. Comint aleûve-t-i si r'ssatchî foû do cèp ? Li dîmègne à mèsse, tot l' monde a bin vèyu qu'i-gn-aveût one saqwè foû sqwêre. Li londi, Jule li mon.nî, monte al cure po prinde dès novèles do curé què lî dit :
« Po l' santé, ça va, mins dj'a stî priyî au tchèstia èt l' conte m'a èmantchî one fameûse bricole à mès guètes ! »
Èt vo-l'-la à raconter l' martchi do conte, èt qu'i n' sét comint satchî ci spène là foû d' sès pîds.
Jule li mon.nî, qu'è-st-on losse, n'a nin tûzé lonmint.
« Si vos v'loz bin, dj'îrè à vosse place. Nos-avans à pau près l' minme mèseure, avou one vîye salopète èt on tchapia di strin su mès ouys, i n'î veûront qu' do feu. »
Li curé à one miète faît l' loûrd èt s' fé priyî : vos m' dîroz qu' por on curé, i n' faleûve nin ratinde on « Godfèrdome ! » Il ont tapé dins leûs mwins come dès martchands d' vatches. Po tot fini : paume dizeû, paume dizo, il ont bouwé al minme tine :
« Si vos rèyussichoz, dji vos done mi molin ! »
« Nos frans come ça. » a-t-i dit l' mon.nî.
Li grand djoû, li comte aveût priyî totes sès conichances por on din.ner... d' curé èt, i l' ratindin' li gasî dèdja bin rispaumé.
Pa l' gripelote qui min.ne au tchèstia, il ont vèyu monter on vî sauro à capuche, à tch’fau sur on baudèt. Li comte ènn'a conv'nu qu' lès deûs prumêrès quèsses èstin' di sqwêre : nin mièrnu, nin abiyî à môde di curé, nin à pîds, nin à tch'fau.
« Èwou è-st-i l' mitan dèl têre ? »
Li mon.nî lès-a min.né dins l' pachis padrî l' tchèstia.
« C'èst véci ! »
« Èt poqwè ? »
« Vos savoz bin qui l' têre èst ronde èn'don. Vos v’ poloz mète èwou ç' qui vos v'loz, vos sèroz todi è mitan ! »
Tos lès priyîs ont bin d'vu r'conèche qui c'èsteût co l' vraî.
« Combin ç' qu'èle pèse ? »
« Dji vos l’ vou bin dîre à one condicion ; c'èst qu' vos m' rauyoche totes lès pîres qu'i-gn-a d'dins ! »
« Nos nè l' sârin' fé, dîjoz m' pus rade ç' qui dj' vau ? »
« Vint' noûf cens’ ! » di-st-i l' mon.nî, platèzag.
Li comte, one miète su sès niêrs, lî d'mande douvint.
« Jésus a stî vindu po trinte pa Judas. Vos n' m’aloz nin dîre qui vos valoz d'pus qui l' Bon Diu èndon. I m' chone qui vint' noûf, c'è-st-on bon pris ! »
« Bon ! Èt asteûre dîjoz m' ci qui dj' pinse ? »
« Bin, vos pinsoz qui dj' so l' curé d' Biè, mins dji n' so qui l' mon.nî d' Biè ! » a-t-i dit, tot r'lèvant l' bètchète di s' capuche.
Li comte s'a pèté à rîre èt sès djins ont bin d'vu conv'nu qu'i n'aveût pus qu'a ramasser lès chitas, èt qui l' mon.nî d' Biè aveût bin totes sès pautes dins l' minme djaube !
C'èst come ça qu' Jule, li mon.nî d' Biè, a lèyî on bia molin dins sès-èritances. [1]

Modêye Gaston Lucy[candjî | candjî l' côde wiki]

Tchårlukin et l' eveke
Dju dès dîre, pou la clêrté du m’ n’istwâre, ku du ç’timps-la, lès Seigneurs èt l’Eglîje avint dès troupês. Ça fwêt k’lès èvèques profîtint insi dès ruv’nus dès bèdj’rîes d’èglîje.
C’èst yink de çès èvèques-la ku Charles-Quint avot pris pou c’fèsseu. In c’fèsseu ki n’su privot nin d’a ranconter d’toutes lès sörtes à l’amp’reûr. I l’avot fwêt awè si peû ku Charles-Quint vicot ô mwins d’pwis trwâs s’mwin.nes ou pwin èt a l’êwe, î coûtchot s’la pa.ye èt coume tchôr, i n’avot k’ in p¨d’ boudin; tout ça, pou fwêre pènitance, achûrot l’èvèque.
Mês il è arivé in djoû k’Charles-Quint nn’è yu asséz. Sondjèz-don!, su l’ timps k’i fjot mêg’, l’èvèque vicot dins l’abondance, i profîtot d’l’ocâzion, kwè. C’èst a pon.ne si trwâs-oumes ki s’dunint la mwin plint fwêre lu toûr du s’vinte; sa figure ére coume la plin.ne lune. I frouchot dins la grêsse.
Charles-Quint lî kèrot souvint chicane la-d’sus, surtout ku l’èvèque n’astot k’in p’tit chan’wane quand l’amp’reûr avot arivé su l’pa.yis èt c’èst a ç’ti-ci ki d’vot sa place.
In djoû k’ Charles-Quint s’pourmon.not dins l’bwès avu kékes cavaliers, la k’i tume barbe a barbe avu l’èvèque, k’ére du sortie ç’djoû-la ossi.
Fôt dîre ku lès cwistots du tchèstê avint dné l’soubricot d’ « RASIBUS » a l’èvèque, du fèt k’i n’dumèrot rin s’la tôle kand il avot passé.
A wèyant l’èvèque d’ô lon, l’amp’reûr su dit: «  Dju vas rîre in bon cöp, anute. »
L’èvèque è don salué l’amp’reûr. Çu’-ci l’è ruspondu insi:
« Èt ké nouvèles, don, pére Rasibus; I m’ san.ne ku l’ djûne vous profîte bin mî k’ a mi. Pourtant, z’örîz d’vu bin m’dîre « Mèrci » pou la place ku dju v’z-ê fwêt awè, èt vous n’ l’öz nin co fwêt. On dit ossi k’ z’astèz yink dès-oumes lès pus malins du monde. On dit k’ vous v’ vantèz d’atinde créchu la yêbe, a mètant vost’ orèye a l’ tère. Èh bin ! dju va v’mète a l’èpreûve; Pou z-amuzer vös ptits z-oüys, dju va v’duner trwâs bèles djayes a câsser, coume on dit. A pôrtu d’anute, dju v’dène trwâs mwès pou trouver l’rusponse ôs trwâs kèsses ku dju va v’ pözer. Dju sés bin ku ç’ n’èst k’ène saye pour mi èt in djeû pour vous. Si z-a rèchèz, vous tanrèz vosse place. Si vous n’savèz, vous n’ sréz pus èvèque lontimps; dju v’ frê monter ène bourike du costé du l’ keue, ku v’ têrèz a l’ mwin coume ène bride èt vous fréz l’ tour du l’ ville coume ça. ».
La-d’sus, Charles-Quint è nn’alé a riant.
Yink k’astot bin cacame, ç’astot l’èvèque. Ca, vla lès trwâs kèsses du l’amp’reûr :
1. Coubin k’ Charles-Quint valot an sous, a in liard près ?
2. Combin k’i fôrot d’ timps a Charles-Quint pou fwêre lu toûr du monde a tchfô, nin ène minute du trop, nin ène minute trop pö.
3. Cand vous vêrîz m’ rinde vosse rusponse, vous m’ dîréz a in tchfè près çè k’dju sondje, èt dins ç’ku dj’ sondje, i n’fôt rin d’ vrê.
I gn’ avot pèrson.ne k’avot si mô la tiêsse ku l’èvèque a sondjant a ça. I n’ savot su ké pîd dansî pou z-a rèchu.
A fwâce du tûzer, il è vo.yî in kôtron d’ mwanes dins lès couvants èt lès grandes sucoles, pou vèy, si dins lès savants k’î èstint, i gn’avot yink k’ôrot polu l’tirer d’afwêre. Mês lès mwanes ont rintré sins rusponse.
Lès djoûs èt lès s’mwin.nes passint, èt toudis rin. On wèyot ariver lu d’bout dès trwâs mwès. Lu pöve èvèque, ki s’ vantot du n’ jamwês awè pont yu d’ rascrôwes, cumaçot a vèy tt’a fwêt an nwâr.
I nn’alot p’ôs tchamps, p’ôs virées èt p’ôs bwès èt i n’ trouvot jamwês rin. I n’ la mon.not nin lôdje; i s’ doutot bin poukwè k’ Charles-Quint l’î avot djouwé ç' kinte-la.
In avou l'djoû, a toûrni.yant toudis, i wèt s’ bèrdjî assis su ène rotche; il hôrdot sès bèrbis avô-la. On l’ loumot : « Djan l’bèrô. »
Ç’astot l’ pus malin bèrdjî du pa.yis, èt l’èvèque lu savot bin.
« Cè k’ z’ ôz don, seigneûr-èvèque, ku v’ mêgrichèz insi dpwis kékes sumwin.nes ? I gn’è yôk ki v’ catibule ?
« Ay !, mu p’tit Janot, t’ès rêzon d’ dire k’i m’è arivé yôk. La pîce ku Charles-Quint m’è dné a keûde èst bin dère. Pou mî dîre, lès trwâs djayes k’i m’è dné a câsser, dju n’ sés si l’ grand djâbe loû-min.me î arivrot. Dju s’ros toudis bin contint d’a vèy lès scaflês.
(a shuve) [2]

Pî-notes[candjî | candjî l' côde wiki]

  1. sicrît e rfondant namurwès; eplaidî sol modêye éndjolike do Wikipedia walon des «Gueuyes di Walons», ridit al bate «On scrijheu, on djheu» a Mont e 2012.
  2. eplaidî avou l' ortografeye do scrijheu dins "Les Echos de la Cité" (pitite gazete di Sint-Houbert), li 3 d' octôbe 1968; riscrît dins on sistinme Feller, notant l' accint d' après Bive pa Louis Baijot li 8 di nôvimbe 1997.