Gueuyes di Walons (portraits)

Èn årtike di Wikipedia.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
coviete

Gueuyes di Walons (Gueûyes di Walons), c' est ene ramexhnêye di vint-troes portraits tot raetchîs di Walons.

Elle a stî scrîte pa Jacques Desmet e rfondant walon namurwès.

Ele est publiyeye dizo licince Wikipedia (Creative Commons) e 2013 (19 portraits).

Li modêye papî (23 portraits) a rexhou e 2015.

Tecse di l' adrovaedje[candjî | candjî l' côde wiki]

Vos estoz bén vaici dins les « gueuyes di Walons ».
Si vos lijhoz et compurdoz åjheymint l' walon, rotez todroet pus lon.
Si vos estoz on sincieus ki vout spepyî pus lon, rotez direk al pådje ki shût.
Si vos avoz rovyî l’ lingaedje di vosse man ou si vos estoz èn apurdisse, ni rovyîz nén d' aler vey al pådje 109.
Come totes nos lenes ont bråmint à fé, atelez vs dedja a lére tot ratindant k' on vs responde.

Tecse di l' adrovaedje[candjî | candjî l' côde wiki]

L' adrovaedje est scrît e francès pa Chantal Denis (rimetou dins l' pådje di copene).

Ortografeye[candjî | candjî l' côde wiki]

Je me suis efforcé d'utiliser un wallon qui puisse être lu par une majorité de lecteurs du « Centre Wallon », voire au delà.
Pour cela, j'ai dû faire énormément de concessions à mon langage maternel. J'ose espérer que les puristes et lès Jodoignois ne m'en tiendront pas rigueur.
J'ai appliqué les principes de l'orthographe Feller, pour autant qu'ils ne soient pas en opposition avec eux-mêmes.
En étroite collaboration avec Madame Chantal Denis, dont je ne dirai jamais assez la compétence et la disponibilité, nous avons pris les conventions orthographiques suivantes :
La minute (') marque la prononciation obligatoire d'une consonne ou l'élision d'une voyelle phonique ;
Le tiret (-) est utilisé uniquement pour marquer la liaison phonétique obligatoire ou une locution ou pour isoler des lettres euphoniques ;
Le pronom personnel : à la troisième personne du singulier et du pluriel se dit :
i, èle ; il (m), èlle devant une voyelle (f) : i mindje, i mindjenut, il awléyenut, èle mindje, èle mindjenut, èlle a, èlle ont.
Nous avons uniformisé :
les suffixes des verbes
de l'indicatif imparfait singulier en – eû / eûve
de l'indicatif imparfait pluriel (1ère et 3ème personnes) en : in'
de l'indicatif présent 2ème personne du pluriel en – oz
l'infinitif des verbes du deuxième groupe en î
la graphie ë en i ou u selon l'usage majoritaire
le e est toujours muet. Il n’est écrit que par analogie au français.
aî se lit (ê) ou (é long) selon les villages du Namurois.
Nous avons suivi Feller à la lettre en ce qui concerne le son au/ô contrairement à l’usage vocal du Namurois (plus facile à utiliser pour les novices).
Èt co :
La est toujours écrit sans accent, sauf s'il est isolé.
L'article contracté est au devant un masculin
al devant un féminin
à l' devant une voyelle et un verbe
Le i final d’un pronom ou adverbe change en è devant un l pronom (dji veû ; djè l’ veû, dji nè l’ veû nin, c’èst mi què l’a)
Il y a une différence de prononciation entre on-(voyelle nasale ; exemple : on-aveut) et on’ (voyelle simple ; exemple : on’ aube). Une distinction graphique s’impose donc.
Contrairement au français, en wallon on marche « à pîds » au pluriel, à moins de marcher à cloche-pied.
En ce qui concerne le vocabulaire,
Ne cherchez pas de quel village notre wallon est issu ! Tous les mots employés dans nos écrits existent dans le wallon central. Tantôt à l’est, tantôt à l’ouest. Tantôt au nord, tantôt au sud, tantôt au centre. Pour faire notre choix, nous avons utilisé, soit le vocabulaire qui s’écarte le plus du français (cela évite des fautes d’orthographe), soit le plus répandu, soit celui qui suit davantage l’étymologie. Par exemple, nous avons préféré :
Aprins à apris (plus éloigné du français)
Âreût, dârer à aureût - afin que le Liégeois puisse lire dårer, åreût
Awè à oyu (qui signifie également entendre)
Botâye à botèye (plus éloigné du français)
Fènièsse à finièsse (étymologie)
Fîr à fiér (plus éloigné du français)
Lonmint à longtimps (idem)
Loumer à nomer ou lomer (idem)
Lumîre à lumière (idem)
Martchi à martchî ou mârtchi ou mârtchî (inutile de charger d’accent un mot si ce n’est nécessaire ; chacun le lira à sa manière)
Nût à nét, nêt, gnût, nut’
Oû (œuf) à ou (analogie à boû, soû, coûr)
Plâye à plaîye (plus éloigné du français)
Poume à pome (idem)
Racène à racine (idem)
Yeû à yu (plus usité)
Mais nous ne rejetons aucunement les synonymes. Vous trouverez donc dans nos pages, aussi bien
Ârtias qu’ôrtias ou ôrtès
Candjî que tchandjî
Darmu que dwârmu
Kèrdjî que tchèrdjî
Min.nadje que mwin.nadje
Pwèl que poûy
Sawè que soyu.
Rome ne s’est pas faite en un jour ; notre koinè non plus…

Divant-z-ouve[candjî | candjî l' côde wiki]

Divant d' vos mète à lére, i m' vos faut dîre :

  • ki nosse walon a stî mètu su l' costé li djoû qu' nos tayons ont stî oblidjîs à-z-aprinde, à lîre èt à scrîre li francès.
  • ki nosse walon n'a nin yeû ç' chance là. D'abôrd quî ç' qu'âreût yeû è l'idéye di mète dès régues dins-r-on linguadje qui candje quausumint d'on viladje à l'ôte. Tos lès cias qui s'î ont atèlés, nè l'ont faît qui po leûs p'titès cwanes da zèls, sins soyu è r'ssatchî one saqwè d' fèl po tos l's-ôtes.
  • c'è-st-insi qu' nosse walon, li vosse, sorvike dispû don. Vikerè-t-i co lonmint ? Cor one cope di cint-z-ans quéquefîye ! Nos p'tits-èfants nè l' causenut d'dja pus.
  • si dj' vos raconte tot ça, c'èst pace qui dj'a pièrdu l' mink di walon, li cia qu' nosse man tchanteûve à mès-orâyes qui dj'èsteû co al fachète. Dj'a bouté èt viker pattavau tote li Walonîye. Dji n'âreû soyu fé autrumint qu’ di scrîre èt d’ vos raconter « Gueûyes di Walon » dins-r-on lingadje bastaurdé. Afîye bin qu' vos l' compurdroz co mia insi !...

Adrovaedje[candjî | candjî l' côde wiki]

Nosse Walonîye, c'èst sès djins ! Dès coméres èt dès-omes qui n'ont nin stî fastrouyîs dins l' minme locîye come do stofé.

Todi maîsses di zèls-minmes, tièstus come dès baudèts, voltî chinârds, mins avou on coûr t-ossi laudje qu'one pwate di grègne, dès-idéyes plin leû tièsse, bin dins leûs djins.

Divant mès quate cinq ans, nosse man m'a aprins dès mots qu'on n' conèt nin è francès trop pôves po polu valu l' minme, pace qui l' « Académie » ni lès sét r'mète à s' môde, pace qui li scole dit ci, pace qui l' tévé dit ça...

Au bon timps, lès s'minces qu'on-z-a sèmé d'vant l'iviêr, sintenut l' lumîre, sintenut qui l' solia èst là. Èt on bia djoû, on djèrmon trivièsse li dagn. On plomion tot vèt' ravike.

Ça s' loume : « potchî foû ».

Dj'a sondjî, si vos lîjoz tot ç' qui va sûre, qui lès mots d' vosse man, potcherin' foû d' vosse tièsse, potcherin' foû d' vos lèpes po vos-èfants.

Dj'a sondjî ...

Li monnî d' Biè[candjî | candjî l' côde wiki]

Miniauge.gifLoukîz a : Målåjhey advina (fåve do vî vî tins)

Li paskêye domonnî d' Biè, c' est ene fåve do vî vî tins k' i gn a sacwants modêyes el Walonreye.

Li modêye da Djåke Desmet eplaideye vaici n' a nén stî rprinjhe sol modêye papî, mins bén sol live del bate "on scrijheu on djheu" di 2012 a Mont. Avou l' eredjistrumint del paskêye.

Li pere Inosse[candjî | candjî l' côde wiki]

Li tite est rashiou so on (djeu d' mot avou l' raece di bedots merinossse (bedot). Dès moches, on n'èst vwèt pus wêre. On n' s'è va nin plinde, mins c'è-st-à si d'mander douvint. Dins l' timps, èle vos-ârin' faît toûrner à nwêre bièsse télemint qu'i-gn-aveût dins tos lès stauves. Il è d'more todi autoû dès bèdots. Quand mès djondants, dès Brusselaîres, ènn'ont yeû plin leû kèdje do passer leû p'tit bokèt d' rimouye al tondeûse, il ont faît martchi avou l' cinserèsse d'amon l' Bok po saquants bèrbis èt leûs-agnas. C'èst zèls qui rèpenut lès yèbes do timps qu' leûs maîsses lès razouyenut d'au lon : ça dwèt yèsse dès-ècolos, pace qu'i n'a nin onk qui sondjereût à touwer one di cès bièsses là po l' mindjî. One wadjûre di mwaîs plan qu'il ont sondjî là, pace qui, èwou ç' qu'i-gn-a dès bèdots : dès moches i-gn-a à chupléyes.

Dins l' timps, li rwè dès bèdots, dins nosse vijnauve, c'èsteût l' pére Inos'. Au bon timps, il aveût todi bin one cintin.ne di méres èt co lès djon.nes. I t'neûve ça di s' pa, qu'aveût monté l' troupléye pate à pate èt què lî aveût lèyî li spot dins sès-èritances : li pére Inos'.

Li vî aveût stî au martchi d' l'Assincion à Djodogne èt il aveût yeû l' tièsse toûrnéye par one sôte di bèrbis qu'i n' conècheûve nin : « Télemint pouyu, valèt !, qu'on n' vwèt minme nin leûs-ouys ! » il aveût bin martchoté po saquants méres, mins ça costeûve di trop po s' boûsse.

« Comint qu'on loume, ci race là ? » « Dès mérinos'. » « Dji n' a nin lès moyins di m' payî vos bèrbis « méres inos' », mins ça freût combin por on djon.ne « pére inos' ? » »

Il a acheté l' bassî, èt li spot lî a d'mèré : Pére Inos', èt après li, à s' gamin, soçon di m' papa. Il èsteût socenauve come pas deûs, èt i faleûve bin compter one cope d'eûres à chaque côp qu' nos-î alin'. « Mousse didins, Maurice, satche l'uchlèt. » Li p'tit uch à bâye èspêtche bin lès poyes d'abroker, mins po lès moches !... Maugré qu'i tègne li place tot-à-faît dins li spès, lès moches totes placantes, plonkin' là d'dins à l'oni : dès crausses, bin vètes, avou lès-inéyes sucréyes dèl crauche dès bèdots.

I nos faleûve sûre sès mizaumènes èt mindjî on bokèt. Dji n' compurdeûve nin poqwè ç' qui m' pa lèyeûve là l' maquéye et l' blanke bîre, po s' dârer su l' cassète di pouwant èt l' pèkèt. I m' fieûve dès gros-ouys po qui dj' faîye come li.

«Gamin, vos-inmeroz quéquefîye mia dèl blanke maquéye, bin crausse, c'èst mi què l'a aprèsté d'ayîr. Sièrvoz v' dèl crinme, godome ! »

I m' présinteûve one grande brune taîlète à blanc bwârd, tote chaurdéye. Èlle a manqué d' chaper foû d' mès mwins télemint qu'èle rilûjeûve di crauche. Par en d'dins, tot l' craus, djanausse, aveût r'monté su li d'zeû, payeté do vèt' d'one miète di flate, qu'aveût d'mèré aclapé au pés quand il aveût modu. Li jate qu'i m' présinteûve, tot ç' qu'i-gn-aveût d'dins, mès mwins dauboréyes, rècrauchîyes, fyin' rimonter dès novèlès-inéyes dins l' cûjène, dès-inéyes di vatche.

I r'tapeûve one paletéye po qu' dji m' rissiève. « Satche didins, gamin ! » Par onêtrèté, i rèpèteûve : « Sièrvoz-v', mi gamin ! » Tot vèyant qui dji n' ripurdeûve rin : « Â ! I n'a nin co on coutia qu'on r'plôye. Dji m' vos-è va qwêre onk dins l' grande place. Ô ! I bwèrè quéquefîye bin on p'tit vêre di bîre al place dèl gote, à dîj ans, on n'a nin co l' gueûye faîte au pèkèt, èt au d'dizeû, i faît stofant. Waîte ô Maurice, totes lès moches qu'i-gn-a, nos-ârans l' ton'wêre divant wêre. » Èt lès moches toûrbyin', zûnin' autou d' nos-ôtes, maugré lès bindes di papî al vèrdjale pindus al lumîre èt lès atrape-moches aprèstés al bîre. Dj'a saîsî l' tchwès d' nosse pa, quand dj'a èdaumé l' maquéye, one trintche come on bokèt d' wastia al côrintine. À paurt qui lès p'tits reûjins, c'èsteût dès grossès moches crèvéyes d'awè stî trop galafes. Taurdjoz, ç' n'èst nin co tot, lès vêres èstin' si glaîreûs qui l' bîre richoneûve à on brouwèt d'on r'niètadje di chwèles d'one samwin.ne : li pèkèt d' nosse pa èsteût pus scrèpant.

Tot ratindant, l' pére Inos' raconteûve : « Ti conès, l' grand Poupouye, li mârtchand d' bièsses. Il a v'nu l'ôte djoû, avou onk di sès bias-fréres èt cor on’ ôte losse. I m'aveût faît rintrer mès bèrbis po-z-è tchwèsi dîj. I lès waîtenut, i tapenut leûs-ouys su lès dîs pus bèles. On cause do pris, quausu sins martchoter, ti compudrès poqwè après. Djè l'zî done on côp d'mwin po tchèrdjî lès dîs bias-agnas dins leû rododo. On laît l' tracteûr dins m' coû, èt po toper l' martchi, on mousse au cabarèt amon Popote come d'abitude. Au momint di m' doner mès caurs, li grand s'astampe èt i dit : « Godfèrdom, dj'a rovî m' pôrtèfouye su l' tracteûr, dj'î va ! » I r'vint, on bwèt l' cougnèt, èt vo-nos-la r'moussîs al maujone. Dji n' sé nin douvint, mins djè lî di : « Tins, djè lès-îreû bin r'veûy on dêrin côp. Li djon.ne bassî dji troveûve qu'il èsteûve bia, djè lî vôreûve bin dîre arveûy. » È bin, dins l' rododo, i-gn-aveût doze ! Li grand ènn'aveût tchèrdjî deûs d'pus, rade faît, tot fiant chonance d'aler r'qwêre sès liârds. Èt, i m'ont co engueûlé come si dj' n'âreû soyu compter, èt m' bourer è l' tièsse qui dj' m'aveû brouyî en tchèrdjant lès bièsses à tchèrète. »

Li prumî côp qu' dj'aveû moussî véla, aviè chîs sèt' ans, li tote vîye mére Inos' m'aveût d'né on bètch. Èle ni causeûve què l' walon, nin on mot d' francès qu'èle ni conècheûve nin. Èle ni lèyeûve là si coû qui po-z-aler à mèsse èt aus-ètèrmints, èt véla, l' curé qui prov'neûve di Basseflèpe adlé lès Flaminds, causeûve è latin avou l'acsint di d'la. Èlle aveût passé dins l' place di d'drî què lî sièrveûve di rèssêre. Èlle èsteût riv'noûwe avou trwès-oûs dins sès dwègts èdwârmus, èt lès rôler dins dès bokèts d' gazète. Èlle aveût toûrné one pâje ètîre come on satchot d' frites, î mète lès oûs d'dins avou au d'dizeû, deûs picîyes di sé prins foû dèl sârlète. Èle m'aveût mètu tot ça dins mès mwins tot d'djant : « Tènoz, vo-v-la è vosse maujone ! » Èle ni fieûve qui m' mostrer one pratique qui sès vîs parints lî avin' aprins : présinter l' binv'noûwe à on’ èfant qu'inteure po l' prumî côp adlé vos, èt lî dîre qu'il è-st-à s' maujone.

Swèssante ans pus taûrd, dj'ènn'a co dès frumjons quand dj'î r'pinse.

Li pôve mârine, à vèyu moussî l' progrès picote à migote dins l' cinse. Si gamin aveût marié one djon.ne dislachîye qu'aveût d'dja travayî al vile à fé dès mwin.nadjes. C'èst lèye qu'a faît passer l' timps pus rwèd. Èle ni sopwârteûve lès moches. Èle sipritcheûve dès bombes ètîres. On-âreût bin tchaît mwârt coû d'alin.ne dins l' place avou l' flitoc'.

Li mémé qui coureûve su sès nonante aveût trové qu' c'èsteût bin aujîy cès bombes là. Si bin qu'on djoû, èlle a moussî dins l' sale d’aîwe qui s' bèle-fèye aveût faît monter por lèye. I-gn-aveût co saquants moches sipaurgnîyes, èlle a apicî one bombe su l' drèsse èt : boute li flitoc !

À tauve, au soper, èle s'a plindu : « Dijoz, m' pitite, vosse bombe là, qu'èst dins l' sale èwou qu' vos vos r'niètoz, èle ni vaut nin l' cène qu'èst dins l' grande place, savoz ! Èle toûwe bin lès moches, mins èle lès aclape au murwè ! » Li laque po lès tch'fias aveût plaqué lès moches au murwè !

Dins l' timps al cinse, lès moches, c'èsteût one vraîye plâye. Audjoûrdu, i-gn-a byin mwins', èt quausu pupont d'arondes.

Chaque timps a sès miséres, i m' chone quand minme qui dj' lès sopwatreû mia qu' lès bindes di djon.nes dislachîs qu'on trouve à totes lès cwanes dès vôyes...

Chakèn' si goût, chakèn' sès flates.

Matante Vinaîgue

Nosse man aveût prêtchî po qui dj' faîye mès grandès pauques. Di s' costé da lèye, i n'aveût nin yeû à vôter. Mins dins l' famile da nosse pa, il aveût falu bourer al tchèrète, èt quand on fieûve lès comptes, i baureûve. C'èst nosse curé qu'aveût lèvé lès plis po qui dj' vôye au catrèssime. Nosse man aveût dit « Mins papa, à qwè sondjoz ? Qwè ç' qui lès djins vont dîre ? » Nosse matante - aveût-èle moussî al maujone avou l' curé ? -, todi è-st-i qu' sès chabots avîn' clapè tot laudje autou dèl tauve dèl cûjène, d'abôrd ossi fwârt qui s' babèye. Nosse pa qui n'aveût wêre moufeter jusqu'à là, aveût r'ssatchî s' mouson foû di s' gazète. Il a tapé on côp d'ouy pa l' fènièsse : « I va co ploûre, dji m' va r'piquer mès salades ! » ... Matante avou s' tièsse au vinaîgue, l'aveût apicî pa l' casaque po l' rastinre : « Choûtoz, Maurice, si vos d'djoz oy, c’èst mi què lî pâye si costume ! » Li curé s'aveût astampé, ègal à nosse pa. I lî aveût stindu s' vèssîye di pourcia qui flaîreûve li fwârt toubac’. Li mitan dèl vôye èsteût faîte ! « Tènoz, tènoz… » aveût-i dit nosse pa, «Vola qu'i ploût ! Vinoz avou mi, Monsieû l' curé, n'-n-irans veûy mès plants qui sètchichenut. »… Faut crwêre qu' à ç'te adje là, dji n'valeûve nin d' pus qu'one chique di toubac’ !... Avou deûs-ans d' pus su mès spales au catrèssime, pudreû dj' dèl valichance ? Afîye bin qu'oy. Mins v'la, tos lès djoûs à mèsse, ça m' pèse laîdemint. Dj'a d’mandé à one mougneûse di bon Diu, qui toûrneûve è l'èglîje timpe èt taurd, s'on-z-èsteût-oblidjî ! « Come di jusse, ça, m' gamin.  ! Ça oyi ! C'èst monsieû l' curé qu'èst maîsse ! »… Nos-èstans à trwès gamins su l' drwète. Di l'ôte costé d' l'aléye do mitan, c'èst lès cinq fèyes. Dji m' dimande s'i n’a nin one qu’èst malade. Quand' èle mi tape on côp d'ouy, èlle atrape dès massales come one piyaune : èt po seûr qu'i djale, in, dins l'èglîje ! Ç' n’èst nin lèye qui va djouwer avou mès-ârtias po r'tchaufer mès pîds. Minme li vî bon Diu d' tchin.ne, avou s' grande baube come one quèwe di pèchon, sès-ouys à mitan r'ssèrés, mièrnu su s' crwès, chone èdjalé tot fèl. Do timps qu' nosse curé moûwe dins sès dints, dji rawaîte lès Sints. 'La combin qu'il ont prins racène dins leû potale su lès pilasses ? Sint Roc qui mostère si plâye su l' gros di s' djambe, avou s' tchin à sès pîds. Sinte Tèrése pus wêre caflorîye. Sint-Antwin.ne avou s' pourcia. Sinte Rita. Sint Dônat. Sinte Wivine… Tortos nukîs, plin di skèrnaches, onk qui n'a pus qu’one mwin, l'ôte qu’a pièrdu s' crosse. Èt dji m' prind à sondjî qu'c’èst zèls qui faîyenut ploûre quand l' dagn a swè, qui c'èst zèls qui ralumenut l' solia po fé meûrî lès dinréyes. I mètenut nos grègnes à yute di l'alumwêre, nos bèdots à yute dès tchins assotis, nos-asmètantes à yute dès fordjètadjes. I nos r'tapenut dèl tosse Sint Tîbaut, dès pokètes, dèl fîve lin.ne, dèl cocote. I paurtadjenut l' vikaîrîye di nosse pitit viladje dispôy là télemint lonmint, qui djè l'zeû dwè bin one coûte pâtêr è walon. Come nosse man l'a faît, èfant, èt d'vant lèye, nosse vî pa, nos ratayons. Quand' dji so dins l'èglîje, dji n'sâreû r'niyî mès djins, èt on côp en d' foû, tot rote à malvau. On n' cause pus qu' guêres èt capougnadjes. Sèreû dj' à one crwèséye ? Sayoz d' comprinde vos ?!... Ça n' mi displaît nin d’awè on noû costume èt di r'çûre dès bistokes. Dj'a d’mandé one tocante po m' pougnèt avou dès chifes qui lumenut dins l' nwêr à m' matante, one boûsse avou one masse di potches èt on portèplume avou one pompe à intche à m' mârine. Matante vinaîgue : « Fioz vosse lisse, on veûrè bin … Avou tos vos mononkes èt matantes, vos sèroz co pourî gâté ! Vos-apurdoz bin vos pâtêrs ?... » « I n'a rin qui brûle, matante, djè lès sé d'dja bin… » « Dji pièd m' timps avou vos ! Dji m'è va ! Dji so bin binauje qui vosse pa eûche dit oy. »…

Dj'a faît mès grandès pauques. Tote li parintéye a stî binauje. Nosse man m'a min.né au cwèfeû. Dj'a moussî là foû avou dès tch'fias r'glatichants d' briyantine, ènaîwé d' sint-bon. Al quèwéye, on-a moussî dins on' ôte botique, fé m' pôrtraît : à d'gnos sur one tchèyêre d'èglîje, mi lîve di mèsse drovu dins mès mwins. Nosse man qui d'djeûve : « Fioz one risète… Trossoz vos lèpes !… » Èt clic-clac al cia qui sût ! Mi matante vinaîgue mi d'mande l'eûre sins r'lache : sins manque po qui dj' lî dîye : « Mèrci matante, mèrci matante ! Il èst l' quârt po… »

Ma Seûr Jèrtrûde.


Jèrmin.ne, tote mouwéye, n'aveût nin yeû l' timps d' lî doner on bètch à s' gamin. Èlle a rademint couru s' catchî padrî l'âye au pîd dès montéyes dèl coû... D'au lon, èle li rawaîte moussî è scole. Èlle a s' tièsse clincîye su si spale, one mwin au d'zeû d' sès-ouys, èt one gote coûrt su sès massales... Come dès maîsses, lès Saunis ont couru s'achîre su l' banc autou d' li stûve. Seûr Jèrtrûde a sintu l' vènéye, faut qu'èle dispaurpîye li binde, lès machî dins tos lès-ôtes. « Faut bin choûter ç' qu'on vos dîrè », aveût-i dit s' papa. Èt nosse Jilbêrt s'î a bin d'vu fé. Seûr Jèrtrûde a èdaumé s' djoûrnéye pa one pâtêr divant l'imaudje dèl Sinte Famile : l'Avièrje achîde al tauve, sint Djôsèf, drèssî pad'vant sès plantches èt li p'tit Jésus pad'vant on djon.ne bèdot. Èle n'a nin co yeû l' timps di-z-achèver lès pârdons qui nosse Jilbêrt ataque : « Poqwè ç' qu'i n' va nin à scole, cit-èfant là ? » « Parce qu'il n'y avait pas d'école dans son village ! »

Jèrmin.ne lî aveût bin dit qu'èlle âreût dès mantches à mète avou s' gamin. Mins nosse Jilbêrt èst d'dja sur one ôte coche : « Poqwè ç' qu'i n'a nin on nwêr cindrî come nos-ôtes ? »... « Poqwè ç' qu'il è-st-à pîds d' tchau ? »... « Poqwè ç' qui l'Aviérje a one grande cote come li vosse ? »... « Poqwè ci ?..., Poqwè ça ?... Tot-astok, li cloke di li scole dès fèyes s'a faît ètinde po côper l' chuflèt à nosse bèrdèlaud. Seûr Jèrtrûde aveût trové do rèspondant sins s' divu fwârcî. À li tot seû, i vos-aveût èmantchî l' lèçon à s' chonance !...

Jule l'aveût min.né à vélo tos lès djoûs à li p’tite sicole, tot rotant fé sès-ovradjes. Jilbêrt, po l' momint, i s'èfwârceûve su s' pwèd à fé dès piquetadjes èt dès trèlassadjes. Li pus deur, c'èsteût co do d'vu causer è francès come seûr Jèrtrûde. Po comprinde, ça, ça aleûve co, mins po rèsponde, i lî ariveûve pus sovint do causer come on lî aveût aprins à s' maujone. Èt pwis, i saveût mia ci qu'i voleûve fé soyu è walon.

L'ôte djoû, il aveût doné on bètch à li p'tite Lisa. I lî aveût doné pace qu'èlle aveût faît bèrwète èt qu'èlle aveût l' gote à l'ouy : rin c'èst rin, mins one pitite saqwè, ça faît tant d' bin ! Seûr Jèrtrûde a rademint acouru po lès r'ssatchî èri onk di l'ôte. Il a bin vèyu qu'èlle èsteût mwaîje. Èlle a bèrdèlé su l' paradis èt su l'infiêr tote l'eûre qui d'mèreûve di d' l'avant prandjêre. Jilbêrt lî a d'mandé : « Ma Seûr, èst ç' qui lès tchins vont èn infiêr èto, pace qu'il arive co bin qu' nosse Diane vint m' doner on rude côp d' linwe èt ralètchî m' massale ?... Dins l' coû, lès marons tchaîyenut plic-ploc au pîd d' l'aube, rilûjants come li fouwau dèl pupe di s' vî pa, l'Amand. Lès Saunis si distchicotenut d'dja avou lès Mauj'nis èt lès Gob'tindjis po lès ramèchner. C'è-st-au cia qu'ènn'ârè li d'pus. Tant qu'à fé, quand l' cloke sone po r'moussî, nosse Jilbêrt a rovî d' fé ci qui s' man lî a bin r'comandé... I djambeléye rademint diviè lès pichelotes. Seûr Jèrtrûde taudje one apéye, èlle a vèyu l' Jilbêrt. I s' cotape, tot sayant di r'lèver s' cindrî. Lès marons tchaîyenut, i stramenut tot-autoû d' li. I tind l' cwane di s' cindrî dins sès dints, mins asteûre c'è-st-avou lès bot'nîres di s' novèle culote qu'il a do mau. Seûr Jèrtrûde s'a avancî. Èle copléye au mia l'èfant à s' soladjî. Ça n'èst nin l' prumî qu'èle dwèt r'fachî. Tot si r'lèvant, èle sint lès p'tits dwègts tot frèchs apicî s' vîye mwin, po lî d'ner, gratis', on gros bètch. Jilbêrt i aveût mètu s' cachèt po todi ! Li cia qu'on pinse n'èsteût nin l' pus mouwé dès deûs !...

Nosse mononke curé.     I r'choneûve dipus à Bossuet qu'aus-èvèques d'asteûre. Il aveût skèpyî aviè 1900, quéquefîye bin one miète divant. Come tos lès curés di ç' timps là, i pwârteûve li cote, come di jusse, mins èto, one barète, on blanc col tot rwèd èt li p'tit tchapia à quate quaurtîs. Vos savoz là, trwès quaurtîs avou one pène come on d'méy rond qui stritche è l'aîr èt rin su l' dêrin. Tote nosse famile li loumeûve : mononke. Po vos dîre li vèrité, c'èsteût-on prôpe cousin d' nosse vî pa, èt mononke di suke da nosse pa. À l' veûy come ça, vos n'ârîz jamaîs p'lu adviner qui l' grande nwêre cote catcheûve on’ ome come on tchin.ne ! Il aveût one cârcasse come on’ abateû d'aubes, on visadje tot rayî come on djon.nia, dès massales pus roselantes que dès piyaunes, èt one nwêre twatche qui bizeûve come Tintin, tot jusse pad'vant l' place qu'on lî aveût faît one rondèle sins poûys è s' tièsse. Pad'zeû tot, i continouweûve à causer foû d' sès dints come sès parints li avin' aprins èt i s' saveût continter dès plaîjis dès p'titès djins. On fameûs gayârd, one fortchète come i n'a pus wêre. Ça î èst, dj'ènnè veû d'dja saquants qu'on lès lèpes findoûwes : « Èt lès plaîjis dèl bèdréye adon ? » À ça ! Dji n' vos sâreû rèsponde, dji n'a jamaîs yeû lès preûves. Tot ç' qui dj' sé bin, c'èst qu' n'a jamaîs pont yeû d'èfant da li qu'a pwârté nosse nom ; adon, qui lès cias qu'ont one saqwè à dîre apwatenuche lès preûves, ou bin qu'i sèrenuche leû bètch ! Dj'aleûve co sovint adlé li, divant qu'i n' moûre à quausu cint-z-ans vî. Il èsteût binauje di m' veûy moussî dins si p'tite maujone di curé, pièrdoûwe padrî l' bwès, au fin fond dèl campagne, èwou ç' qui l'èvèque l'aveût èvoyî cover s' mwârt. « Cafeu ? » « Avou plaîji, mononke ! » « Batijî ? » « Non.na savoz ! » « Lèyoz v' à dîre, por on côp qui v's-èstoz là ! » Poqwè âreû dj' museliné, il èsteût tant binauje d'awè l'ocâsion do m' mostrer s' pèkèt... èt dè l' sayî ! Avou sès p'tits-ouys qui riyin' « aspanse », come lès mwin.nes su lès bwèsses di fromadje, i r'ssatcheûve one botâye avou one pwêre ou one vîye prune, l'one ostant scrèpante qui l'ôte. C'èsteût on cruchon d' grès qui n'aveût pupont d' djon.nèsse èt qu'i rimplicheûve dins lès régues avou lès novèlès liqueûrs qui sès pratiques, guèrnouyes di bènitî èto, lî apwârtin’. Èt quand' i 'nn'aveût pupont, lès-aler burtiner po qu'èlle è faîyenuche. « C'è-st-insi qu'on mèt lès coméres à l'ovradje. » : dijeûve-t-i, « Tant qu'èle coudenut lès pwêres èt lès prunes, rimonter l'aîwe do pus', cûre lès jèléyes, fé l' gote aus seûrès cèréjes, èle n'ont rin d'ôte padrî leû tièsse. » I nos sièrveûve pontieûsemint dins dès p'tits vèrkins, èt po n' rin piède, i vos r'monteûve li dêrène gote jusqu'à li d'zeû avou l' flote..., qu'i ralètcheûve à spèsse linwe, divant dè l' ritchoukî su l' botâye. « Pôve vî-y-ome ! » dijeûve-t-on dins l' vijnauve, « On l' rawaîte di crèsse à l'èvèché. » Lès-omes à cote si fyin' râres, mins on n' poleûve tot l' minme nin lèyî l' comune avou on tûtelaud d' curé. Ostant qu'i n'yeûche pupont. Èt portant, su l' difin, i s'aveût fwârcî à lachî l' barète, li blanc col. Li twatche su li d'zeû di s' tièsse s'aveût raplani èt lès poûys avin' ricrèchu su l' tonsûre. Mins, lî rauyî s' cote, vos ! Il âreût stî ossi pèneûs qu'on baudèt qu'âreût rovî s' nom. On l'aveût stî catchî, dins on vijnauve padrî on bwès, one dîjin.ne di maujones pièrdoûwes, tot jusse divant d'ariver amon lès Flaminds. On-z-a waîtî d'èmantchî è s' tièsse qu'i d'vreût taper djus..., lèyî ètinde qui po s' santé, i vaureût mia qui..., lî d'ner l'ôrde do foute li camp tot d' sûte. Vî marou, il aveût dit à l'èvèque : « Présintoz m' li cia qui va prinde mi place, Monsègneûr, èt dji sèrè bin binauje dè lî lèyî ! » I n'ènn'a jamaîs pont yeû, èt après li, on a r'vindu l' maujone di cure à dès Brusselaîres. Il ont yeû d' l'ovradje po r'nètî, savoz ! Pace qui nosse mononke, nacheûs dins lès vîs papîs, leûzî ènn'aveût lèyî dès banseléyes : tot comachîs. L’ôte, avou s’ novia bin, s'a dispêtchî di r'mète on noû twèt, il a tchandjî lès ardwèses po-z-î mète dès panes. Il a faît sauteler lès blankès pîres dèl coû di d'vant po-z-î staurer on macadam. Su lès pilasses di l'intréye, il a djoké deûs tchins d' bèton achîd su leû quèwe. Li maujone ni r'chone pus à rin. On dîreût one vîye cinserèsse doûs-trimpéye qu'on-z-a machuré d' rodje come à one sitwèle di cinéma, avou dès nwêrès lunètes di solia dins sès tch'fias. Après deûs-iviêrs, il a yeû s' croque. L'aîradje èsteût trop fwârt po sès peûmons. Li, qui n' vikeûve qui dins l' brût, i s'a assoti di n' pus rin ètinde qui tchanter l' coq, èt braîre lès bièsses aus stauves. C'èst s' veuve qui cause do r'vinde : tot grètant s' botroule po veûy s'i n'è sôrtirè nin dèl farène : « Tote seûle, sins-auto, c'èst come si dj' sèreû d'dja dins l' bwèsse nin rascouvrouwe. »… Boune âme, qui sayeûve di comprinde lès djins, i doneûve si pârdon à plin.ne mèseure, surtout avou lès-aspanses ; li qu'ènn'èsteût onk. « Vos-avoz r'mètu ? » Au cia què li d' djeûve « Oy » : « C'èst bon insi ! Vos-avoz d'dja yeû vosse pènitince ! » Au cia què li d' djeûve « Non » : «C'èst qu' vos 'nn'avîz  nin co assez. Ça n'èst nin one byin grande faute, tot-au d' pus one saqwè qui v's-a choné trop bon. » Il aveût stî lonmint assez, curé à Loumay, su l' Djausse. Amon lès Flaminds, à one cope di kilomètes di d'la, li Célis' pompeûve l'aîwe po s' blanke bîre. Nosse mononke, tot lîjant sès pâtêrs dèl djoûrnéye, lèyeûve couru sès-idéyes : « Sègneûr, vos qui m'a doné l' pèrmission à mèsse, do tchandjî l' vin po qu'i d'vègne vosse song, poqwè n' m'avoz nin mostré comint tchandjî l'aîwe po qu'èle divègne dèl blanke bîre ? » Èt i sondjeûve à tote l'aîwe dèl Djausse qui rimplicheûve dès batchs di bîre : one bîre prumî tiradje, yût dègrés, à fé glèter on mwin.ne trapisse. Ou co bin, one brune, trwès stwèles, doze dègrés, qu'i s' vèyeûve nèyî l' dos d’on craus lapin dins one casseroléye laudje come one rouwe di bèrwète. Pad'zeû tot, il âreût stî pèrcé binauje, si l' frisse aîwe di nos sourdants, l'aîwe qui nos ratayons s'é sièrvin' po sognî leûs plâyes, di coûr come di cwârps, divègne po lès p'titès djins one bîre di min.nadje à bwêre sins mau à goléyes. Lonmint d'vant l' « Abbé Pierre » èt sès idéyes « Faim et Soif », nosse mononke curé âreût volu d'ner à tos lès pôves, tot ç' qu'il l'zî manqueûve : do pwin èt dèl bîre ! Nos djins d'asteûre, - èstans n' au d'bout d' nos rôyes - faîyenut come lès « Romains ». Il ont r'mètu ça à « Panem et circences » : do pwin èt dès djeus ! I loumenut ça : « Macdo èt Loto » èt dins l' bon francès « Fast food et Football » avou nos princes, payîs mwârt tchêr, qui courenut après dès bales ou tot-autoû d'on pré, po monter sur on pîd d' sok à trwès places… À Loumay, lès djins l' vèyin' voltî. On saveût bin qu'il èsteût d' prov'nance di p'tits cinsîs èt qu'il aveût aurdé leûs simpès-ûsances. « On côp, i m'a faît awè peû, nosse monsieû l' curé, i mousse è l' maujone pa l'uch di d'drî, èt i m'ataque come ça : « t adon ! Vos-avoz yeû on mwârt èt vos n' mè l'avoz nin faît soyu ? Vos voloz on’ ètèrmint civil ? » « Vos sondjoz à ça amon nos-ôtes, monsieû l' curé, qui dj'lî di. Lon èri d'mi. Vos-avoz passé yute di m'-y-uch sins bouchî. Il èsteût r'clôyu, èt on n' sère jamaîs on' uch èwou ç' qu'i-gn-a on mwârt. « O siya ! qu'i-gn-a on mwârt. Dj'ènn’a minme sintu l' gout jusqu'à m' maujone. Ça sinteûve lès swéyes di pourcia rostîyes, c’èst di ç'tila  qui dj' vos cause ! » Il aveût on nez come on tchin d' tchèsse po-z-ouder lès maujones èwou ç' qu'on aveût touwé l' pourcia. On côp qu'on l'aveût son.né, on lî bruleûve sès swéyes sur on lét d' paye divant dè l' sicrèper. Faut dîre qui ç' gout là pwate dèdja lon, èt come l'èglîje èt l' maujone di cure drèssenut al copète d'on tiène è plin mitan do vijnauve, lès fumêres avin' aujîy po-z-agrifter lès traus d' nez d' nosse mononke. « Dji m'a r'mètu di s' couyonâde », aveût-èle co raconté l' comére : « Èt djè lî a propôsé on bia bokèt d' rosti. » « Li Bon Diu vos l' rindrè cint côps d' pus. Li curé d' Djê vint din.ner à m' maujone dîmègne qui vint, nos dîrans lès pâtêrs por vos èt vosse famile divant d'aspaler vosse couchèt. » Èt i m' sût jusqu'al rèssère èwou ç' qu'on laît lès tchaus à r'ssouwer. « Ô ! Waîtoz m' ça lès tripes, li tièsse prèsséye, èt do sayin, s'i vos plaît !  Èt pa d'zo l' vwèlète, lès pâtés, vos lès-avoz r'lèvé au pwève èt au vin blanc ?» Il aveût dès stwèles plin sès-ouys, èt i stindeûve sès brès tot laudje, come po rinde grâce au couchèt da sint-Antwin.ne. Il aveût d'dja drovu s' coutia, rilôyî à one tchin.ne d'ârdjint, qu'aveût zoupelé dins s' mwin dèl parfondeû d'one potche d'en d'dins. Ci n'èsteût nin on gros coutia à sèt ou yût lames, mins on vraî « Winand » faît à Djibloû, abîyi avou dèl cwane : one lame po l' pwin, on tire-bouchon po l' vin, èt one clé d' quatôze po lès capsules dès botâyes di bîre. « Sièrvoz v', monsieû l' curé, si vos n'avoz nin peû d'ècruker su dèl tripe qu'èst cor one miète tiène. » Èt nosse mononke, avou dès bouchîyes di fin bètch, vanteûve lès qualités dèl tripe, qu'i lèyeûve fonde yinte si linwe èt sès gros dints. « Ô là là ! sayoz m' ça : lès p'tits crètons d' laurd, lès boyas, si fins, lès-agnons tot jusse rifondus, do lawri, do pwève, dèl némoscaude, do sé, do pilé, one lampéye di gote. » Co pîre qui por on prêtche à one mèsse di mwârt. « Vos-avoz rosti dès carbonâdes au sayin ? Dj'è pou bin sayî one ? » I galafieûve li bokèt, li tièsse rilèvéye po n' nin piède li djès. « Â ! Vola l' salwè... Vos-avoz froté lès djambons èt l' laurd avou dès chipes d'a ? Quand dj'èsteû gamin, c'èsteût m'-y-ovradje. Nosse man : qui l' Bon Diu èl cove, mè l' dimandeûve todi. Èt véla : lès crins d' crèsse. On-z-è fieûve à tos lès traîtemints, avou dès sprautes èt dèl mostaude ou co bin avou dès-ârtias d' prêtcheû. Dès gros pwès d’ Rome di nosse djârdin qui fyin' passer sins mau vosse din.ner en musique. Dji n'è wasereû pus mindjî asteûre, vos m' vèyoz d'dja taper mèseure do timps d' mèsse, avou l' clèrc qui tchante au docsau !  Ci qui dj' mindje co bin voltî, c'èst do cèrvia èt d' l' atchis'. Mins là ; c'èst l' sauce qu'èst r'lèvéye èt ça vos-arindje one alin.ne à s' fé r'toûrner on mwârt è s' vacha. Dji n' rabrèsse nin lès djon.nes au catrèssime, come dès cias què l' faîyenut, tot lès sègnant su leû front. Èt à cofèsse, dji d'meûre todi bin au r'cwè padrî m' bawète. Qwè mètoz dins voste atchis' ?» « Tos lès rèstants, monsieû l' curé, lès-orâyes, lès pîds, on bocau d' jèléye aus grusales, dès pron.nes èt dèl côrintine èto. C'èst come ça qu' noste ome, ça lî gostéye li mia ! Si vos v'loz, dji v's-è mètrè on posson su l' costé por vos. Dji nè l' frè qui d'mwin.» « Ça n' sèreût tot l' minme nin comufaut qui dj' trivièsse li place avou mès tchènas plin d' tchau. Vos m' lès froz bin apwârter, èndon ! Non.na, dji m' vos va èvôyî m' mèskène avou one pitite cruche à lacia. Èle faît bin sès trwès lites, mins vos n'avoz nin dandjî dè l' rimpli jusqu'al copète. Mèrance ripidrè d'dja ç' qu'èle pout po m' soper. Come ça, dji n' mindjerè qu'on côp dèl tchau su m' djoûrnéye. Li rosti ratindrè bin on djoû. È mindjî deûs côps, c'èst yèsse galaf, èt por on curé, c'èst rabachant. Rin qu'à veûy lès rèsses dèl fricasséye dissus l' plate bûse, dji m' lêreû co aujîymint adîre. » « Qwè v'loz ! mi èto, mès parints èstin' dès p'tits cinsîs come lès cias d' voste ome. Vos lî r'mètroz m' bondjoû ! Avou on rin dji so binauje, li minme qui nosse Sègneûr nos l'a todi mostré, mins à mèsse, n'èst ç' nin véla qu'on faît oneûr à tos lès banquèts ? C'èst co mèyeû quand on conèt sès djins èt leûs-ovradjes po polu présinter d' l'amindjî come nature. Dji wadje qui vosse pourcia a stî èlèvé au cabolwè avou dès kinikes di canadas èt lès mèyeûsès dinréyes. Waîtoz on pau, li santé qu'il ont nos mwin.nes. Waîtoz come i profitenut avou tot ç' qu'on l'zî done èt lès fromadjes et lès bîres qu’i brèssenut. » Nosse mononke aveût fwârt aspouyî su « bîre » « Monsieû l' curé, vos m'î fioz sondjî, dji v' mètreû bin one botâye. Ça n' sèrè nin do « Clos Vougeot », mins nos-avans quand minme saquants bias noms. Dji v's-è tchwèsirè one boune ! » « Vosse pourcia sopwatrè bin one boune botâye... Vos 'nn'ârîz one di rodje one miète pus vîye por mi èt one di blanc po l' curé d' Djê. Li pôve ome, i n' pou pus bwêre qui ç'tila à s' maujone. » On l' conècheûve dins totes lès cinses do viladje, il èsteût bin avou l' notaîre, avou l' mayeûr, avou l' conte. On saveût qu'il èsteût amateûr di vîye keûte et d' bon vin. Èt minme quand i n' brèyeûve nin après, come ci côp là, i n' dimèreûve jamaîs sins. Tot 'squ'au djoû qu'on djèriaud qu'aveût mau s' vinte èt qu'aveût faît on nuk dins s' gasî, a stî fé pèter s' linwe adlé lès djins rachonés autoû l' èvèque. One samin.ne qu'i fieûve si toûrnéye dès-èglîjes, Monsègneûr s'a astaurdjî one miète dipus qu'i n' faleûve. Il a bin r'waîtî l'èglîje, dès prumêrès montéyes jusqu'au coq, al pure copète. I s'a faît priyî po l' din.ner. Comme i troveûve li maujone dèl cure à s' gout, il a d'mandé, avou s' doûce alin.ne, po veûy totes lès places. I n' lî aveût nin falu lonmint po mète à djoû lès moncias d' botâyes qu'èburtakin' lès cauves. « Maria Dèyi, quéne masse di cadâves ! » « Ni v's-è fioz nin, Monsègneûr, èlle ont tortotes vèyu l' curé divant do moru ! »

L'âdje do Mimile

« Jamaîs ! Quèwat', vos m'ètindoz bin, jamaîs ! C'èst mi qu' vos l' dit, li p'tit Mimile mon l' Cicile n'aveût nin d' pus d' quarante ans quand il a faît l' grand nuk. »... Vola qui l' Mèmêr nos va co gâter nosse paurt di couyon. Faut todi qu'i rataque avou l' Quèwat'. C'è-st-au cia qu'ârè li d'zeû su l'ôte po dès quèwes di cèréjes. Èt c'è-st-au cia qui pôrè avancî lès preûves qu'on n' sârè aler conte. On s' fout bin d' l'âdje do Mimile li djoû qu'i s'a mètu al lache. Mins c'èst come ça, tos lès deûs pus bourique onk qui l'ôte. I pèstèlenut dins leûs « Djè l' sé mia qu' vos » po bin mostrer qu'i n'i conèchenut rin. Li prumî cause pus fwârt. Li deûzyinme prind s' grosse vwès. On n' s'ètind pus. « Sère ti trape, don ! Li Mimile, il à skèpyî yinte mès deûs nèveûs, èt zèls, il ont... Taudje one miète...  ! bin waîte, v'la qui dj' nè l' sé pus ! Li pus vî à one cope d'anéyes dipus qui m' crapôde. Il ont faît leûs pauques èchone pace qu'il èsteût one miète coudu su l' doûs.»... À s' trimèler dins lès comptes dès-âdjes, li Mèmêr a distribouwé one caute di rawète sins l' volu ! « Bravô ! L' gros ! Ti t'as comachî dins lès cautes, ripasse dissus l' pot, ça t'apudrè à sèrer t' bètch ! » Vos savoz bin qui quand on s' comache po doner lès cautes, i vos faut r'mète one pîce dins l' pot. Nos-ôtes nos n' djouwans nin gros : on franc l' pli, deû po l' gangne, èt l' cia qui faît dobe tot seû, i lève li pot èt on-z-è r'drouve on novia. Totes lès gangnes è vont dins nosse taye. Sur one vièspréye, li cia qui n'a pont d' chance, ni pièd jamaîs d' pus d' cinquante francs. Di l'ivièr quand lès vièspréyes durenut pus lonmint, nos purdans bin yût' eûres po djouwer. Vos m' dîroz qu' c'è-st-one djoûrnéye d'ovradje ça, longue come on pania di tch'mîje, mins à nos-ôtes, ça nos chone byin coût ! Nosse ricôrd, ça a stî vint-y-one eûres sins r'lache, on djoû qu'il aveût nîvé. On n' veût nin lès-eûres couru quand' on-z-èst d' boune compagnîye, è culot, li dos à li stûve, one boune jate di cafeu ribatijî au pèkèt d'zo mwin, èt lès galètes do cabaretî. On n' va tot l' minme nin s' lèyî tchaîr à bokèt avou dèl misére. Ci qu'on mèt dins l' pot, c'èst jusse po fé moussî, on n'î gangne rin, nin come l'Ètat avou l' loterîye. Nos-ôtes, nos-èstans drwèts dins nos chabots, èt nos donans d'dja bin assez d' nos p'tits caurs à cèt'la qui nos min.nenut, èt qui s' pâyenut dès solés d' crocodile su nosse dos, à dîs mile francs por onk. Qui lès viêrs leû mougnenuche leûs-ârtias èt co tot l' rès' ! Onête come nos l'èstans, nos calans totes nos piètes su l' gagnote do cabarèt, èt chaque anéye, al lèvéye, on s' pâye on bon din.ner d' curé. Nin on din.ner d'aspanse, ça non.na ! Mins on bon din.ner, dins one boune maujone à trwès stwèles, deûs : ça sèreût one miète trop pau, quate : on n'a jamaîs assayî, on rîreût d' nos. Dins lès trwès stwèles, i-gn-a onk nin lon èri d' Pèrwez. Dji n' mi sovin jamaîs comint qu'on l' loume, ratindoz, ça m' va rivnu, ça dwèt yèsse « Aus deûs couyîs », ou co bin « Au tchôdron »... nin « Au deûs loces », nin « Au trwès clés » non pus, pace qui m' nèveû qu'è-st-one miète pus dispièrté qui l' nèveû d' l'ôte apostrofe, boute dins on gâradje al sôrtîye di l'autostrâde. I-gn-a dès Brusselaîres què lî avin' dimandé èwou qu'i pourin' mindjî on bokèt : « Rotez « Aus trwès clés » à l'intréye di Djibloû. » Mès-omes, il ont stèpé èvôye pa d' l'ôte costé, su l' vôye di Djodogne, i n' riconèchin' dèdja nin leû drwète. C'èst nin co dès parèys qui sârin' min.ner on tch'fau au cwardia. I-gn-a onk di zèls qu'a scrît au garadje po dîre qu'on s'aveût foutu d' li. Ratindoz, ça m' va rivnu, dji n' ritrouve pus comint qu' ça s' loume co. On-î aveût stî fé glèter nosse minton èt l'abwêre valeûve bin lès stwèles èt cor au d'la. Oyi, bon, li p'tit Mimile mon l' Cicile, i toûrneûve autoû d' sès quarante ans quand il aveût faît l' grand nuk, come ça, i-gn-a nuk dès deûs losses qu'a drwèt. C'èsteût on brâve, on vaurlèt d' cinse, on bouteû, nin pus sôléye qu'on-ôte. I n'aveût wêre à paurt si vélo. Mins il î t'neûve ça, à si p'tite rin.ne. Èt quand l' pèkèt lî nèyeûve l'en d'dins di s' tièsse, il î t'neûve co pus fwârt. Po tchanter, c'èsteût on vraî maîsse. Aus bankèts d' mariadje, aus-ètèremints, aus batadjes à l'awous', aus vêladjes s'il aveût d'né on côp d' mwin. Èt co aus sopers d' fotbal, à totes lès soces dès pècheûs, dès tchèsseûs, dès minteûs, là èwou ç' qu'i-gn-a todi on losse ou deûs po-z-è tchanter one ou po twârtchî one fauve. On sét d'dja bin d'avance, ci qu'i vont tchanter, li pus deur, c'èst co d' fé sèrer leû bètch au pus francs diâles. On l' vèyeûve voltî l' Mimile, plin d' feu po tchanter quand lès p'titès gotes lî brûlin' si gasî. À chaque côp, on lî rèclameûve « Mi vêre », ostant lî fé tchanter ça qui l' « Brabançonne » ou « L' bia bouquèt », po s' fé astamper totes lès djins. Vos nè l' conichoz nin ? Ça n'èst nin possibe di bin viker si vos nè l' savoz nin tchanter au d'bout do bankèt. Tènoz, vos-è là dès bokèts : «I n'èst nin grand, c'è-st-on vèrkin, » «Dji r'ssoûwe al linwe tot ç' qu'i-gn-a d'dins. » «Il a sièrvu po mès tayons, » « I sièvrè co dès-ans au lon. » Rèfrin : « On vwèt todi quand' dj'a bèvu. » « Si dj' so spani, on n' mi r'waîte pus. » « Quand il èst plin, i faut qu' djè l' vûde. » « Quand il èst vûde, c'èst qui dj' so plin ! » Li d'bout do bokèt, c'è-st-à vos fé braîre èt co ; vos n'avoz nin l' musique ! « Dj'a m' vêre dins totes lès confrérîyes » « Dji tchante po tote li Walonîye » Al dêrène cinse èwou ç' qu'il aveût bouté, li trècinserèsse lî aveût calé l' grosse paurt di s' pâyemint sur on lîvrèt di spaugne. Èlle aveût faît po bin fé, l' comére. Mins lès bounès-idéyes, c'èst sovint ça qu'amin.ne lès rascrauwes. Li Mimile, c'èst lès spaugnes què l'ont pièrdu ! C'èst ça què l'a min.né pad'vant l' curé. C'èst come ça qu'il a tot pièrdu ! One dès soûs d'on' ovrî dèl cinse a soyu, on n' sét comint, qu'il aveût on fameûs niyau : afîye co d' pus d' cinq cint mile francs, (èn eûros, fioz l' compte vos-minme, ni m' vinoz nin fé arèdjî avou ça, chaque côp qu' ça tchandje, ça faît todi mwins' di liârds qui d'vant dins nosse boûsse.) Li Mimile, i stindeûve bin l' brès, mins l' comére aveût co d'pus aujîy po d'mèrer l' bouche au laudje, èle vos-a èbalé l'afaîre sur on nuk di fustu. Li cinserèsse aveût bin vèyu qu'i-gn-aveût one saqwè là padrî, èle n'a lachî l' livrèt qu'on côp qu' lès bans ont stî criyîs. Là, èle ni pleûve pus r'culer, pusqui l' Mimile aveût dins lès... Taudje one miète qui dj' cârcule... Li djoû di s' banquèt, tos lès dislachîs do vijnauve, s'ont doné l' mwin po tchèrdjî nosse Mimile à bale. Plin come one basse qu'il èsteût ! Si bin qu' i-gn-a qu' li qui n'a nin satchî al cwade avou l' mariéye ci nût là !... Li lèddimwin, foû dès gotes, il aveût riv'nu à li, disgosté di s' djon.ne feume, rinètî d' sès spaugnes èt dispouyî di s'vélo. Ça, i n' l'a nin sopwârté, i polîn' prinde tot, djèrî après s' feume, mins s' vélo, i n'ènn'avîn' nin dandjî, il avin' dès-autos : ça l'a mètu foû d' li. Quand il a polu ratraper s' vélo, il a faît lèver l' guète à s' chure-pot. « Vos vèyoz don, lès feumes èt mi, ça n' roterè jamaîs ! » mi d'djeûve-t-i. Mins i s' brouyeûve. Dîj quinze ans pus taurd, il a lachî s' vélo adlé one vîye man.nète, li Minmin.ne què l' miloute come on tchin pièrdu. Èle li sogne au pére dè pôce. I n’a nin on mèyeû min.nadje, i s'ètindenut bin : à paurt qu'èlle èst laîde come on pû… On' ouy à mitan r'ssèré, èt nin todi l' minme, on sorîre tot chaurdé come lès crin.naus d'on vî tchèstia, on filé d' chume al cwane di s' moustatche. Èle n'a nin d'pus d' cougne qui deûs poumes achîdes èt on tonia come po deûs djèrmales. Èlle a dès tch'fias dèl coleûr d'one quèwe di boû, plaqués, tot craus, èle lès faît tinre au p'tit lacia qu'èle satche di sès gades. Naturélemint, èle poûwe come sès bièsses èt èle trin.ne sès chabots pace qui lès plâyes su sès bodènes l'èspêtchenut d' lèver sès pîds. Ça n' sèrè jamaîs l' Castafiore, èt minme si l' Mimile lî âreût volu payî dès-ôrerîyes, èle nè lès-âreût jamaîs soyu mète autoû d' sès dognons rinflés pa lès bouwéyes. À paurt ça, blocnasse, one bouteûse come pâs deûs, nin tinre, èt jamaîs one gote divant dîj eûres don ! C'èst come ça qu'on d’vint cint-z-ans vî. Èt, èlle a co branmint à mostrer ! Tènoz, èlle èst quausu moyale, ça c'èst d'dja on bia costé por one comére. Li médecin dit qu'èlle a do mau po toûrner s' linwe. - (I faurè bin qui dj' lî faîye si pôrtraît on djoû èto à ç'tila !) - Minme sins l' toûrner, i n' sôrtit jamaîs d'pus d'on d'méy mot au quârt d'eûre… Pupont d' vélo po l' Mimile, èle lî a payî one auto ! Sins l' pèrmis bin seûr ! Come tos lès gamins do vijnauve, do momint qu' sès djambes ont stî longues assez po-z-atraper lès pèdales, il a min.né on tracteûr. Mins po l' pèrmis : bèrnike ! Studî, ça n'a jamaîs stî dins sès cwades. Èlle èst bèle si-t-auto, deûs places come one Fèrari, dîsèl come one Mèrcédès, li twèt r'ssatchî come li cène dès présidints d'Amèrique, avou one grîje coleûr « métal usé », vraimint nin mau… tant qu'èle ni rôle nin ! Là, ça s' brouye on laîd côp, d'abôrd li brut, on dîreût one « moto-culture », èt po l' vitèsse èto. Li Mimile à gougnî on via qui n' pinseûve nin qu' l’auto avancicheûve. Il a rauyî tote li calande di plastique di d'vant d’one rouwâde. Fwârt di sès deûs mwins, li Mimile vos-a rarindjî ça à s' maniére : papî al cole « Scotch » po-z-èbaler lès paquèts, on grand bokèt d' bwèsse di lacia « Tètrapak » avou on costé « alu » ; i n'a pus jamaîs one gote d'aîwe qui passerè yute di d'ça ! I faît di s' yan' li Mimile dins s'-t-auto, avou one rodje casquète di jokè, rèfoncîye jusqu'aus pègnons d' sès-orâyes èt one pène come on djoû d' carinme. Li Minmin.ne vos l'a ègayolé come on spawèta, tot à carau : li tch'mîje, li culote, lès tchaussètes, li casaque, èt d' totes lès coleûrs. Vos nè l' sâriz dîre, lès coleûrs passenut télemint rade pace qu'èle faît todi r'boûre tot èchone : c’èst mèyeû po l' santé èt c'èst pus aujîy come ça. Sès pormin.nâdes, c'èst po couru pwârter on quautron d'oûs, ou do stofé dès gades di s' comére. Insi, i s' rècrèstéye co deûs côps, on côp po moussî au cabarèt po-z-apwârter èt on côp po s'astamper pad'vant lès pompes à bîre, èt pad'zeû tot, à s' lèyî acrwêre qu'i siève à one saqwè : tot ç' qu’il èst rèquis por on' ome. S'i rintère one miète su l' taurd, i n' risquéye nin on côp d' gueûye, pusqu'èle ni cause nin. S'èle lî vout fé dârmu à l'ôtél do « Cu Toûrné », c'èst co lèye qu'èst l' pus pûnîye ! I s'è câye, li Mimile, il a télemint viké lonmint tot seû. Ci qu'il aveût co trové d' mèyeû adlé lèye, c'èsteût s' tchin : l' Bobi, on grand bastaurdé qu'aveût bin quate coleûrs. Il aveût r'pwârté su l' Mimile lès sintimints qui l' Minmin.ne, sins linwe, nè lî âreût soyu d'ner. Divant, quand i bouteûve adlé dès-ôtès djins, Mimile n'âreût jamaîs sondjî à s' lôyî avou on tchin, minme s'i dârmeûve avou onk. Si s' maîsse lî d'neûve sès quinze djoûs, ça n' lî doneûve nin l' drwèt d'ènn'aler avou l' tchin à vatche, minme s'i n'aveût qui ç' bièsse là po d'viser avou tote li djoûrnéye. Èt l'ôte, li Bobi, i l' cove come si ç' sèreût s' nîtéye. I lî faît dès ouys come Bèrnadette Soubirou à l'Avièrje, come one musulman.nète à vwèle à l'Ayatola Kin'vin.nî. Li Mimile, come tos lès Bon Diu, fout dès côps d' pîds à s' bièsse chaque côp qu'i lî prind one zine, l'ôte li veût co d'pus voltî èt lî rinde bon d'vwêr come si ç' sèreût on sint. I si r'drèsse dins l' bèle auto al place do mwârt, on direût veûy passer li rwè on vint-y-onk di julèt'. Poqwè a-t-i stî loumé Bobi ? Pace qu'on loume tos lès maules di tchin insi amon nos-ôtes, èt totes lès lèches c'èst dès « Diane », èt al vile, totes lès coméres si loumenut « Chérîye » Li Mimile i n' sondje à rin, bin paujêre, binauje au d'la. Li qu'aveût yeû tant malaujîy dès-ans et dès razans au lon, i vike à s'-t-auje au culot tot r'waîtant si p'tite vîye grawyî è li stûve. Vèyoz, i n'a nin eûre nin momint po n' pus djonde têre, pas côp, i-gn-a qu'a ratinde. Li p'tit Mimile, li, il a ratindu qu' ça vègne tot seû, minme si ça a v'nu su l' taurd, à l'âdje do taper djus. Mins, à i bin tûzer là, quén âdje a-t-i ? « Dîjoz, Mèmêr, li Mimile, i l's-a yeû ou i l's-ârè sès swèssante cinq ans ? » « Auwe, in ! Ç' côp-ci, avou l'âdje do Mimile, on n' va nin co rataquer là d'ssus. Non.na, mins taîjoz vos in, èt twè, Quèwat', djoûwe one caute ou on fagot, mins djoûwe ! »

Li côrnârd

« Poqwè qu' t'è vas ? Dîj ans qu' n’-n-èstans èchone. Dji so-st-au r'pintant, nosse chére feume, mins on n'è va nin djus di s' min.nadje après dîj ans. Nosse bloûwe bole ni toûne nin come ça. Totes lès gazètes vos l' dîront. On-z-è va après quinze djoûs, quand' ça n' va nin. Afîye après sèt' ans, dins cès cas là, qu'on n' sét pont awè d'èfant : mins faut-i co awè ç' raison là. Èt on vos d'mand'rè cor on papî do médecin po l'asprouver, mins jamaîs au d'bout d' dîj ans. Oyi, Monique, djè l' sé bin qu' dj'a yeû branmint dès manques, qui dj' n'a nin todi stî drwèt dins mès botes, qui nos r'chonans d'pus à dès vwèsins qu'a dès galants. I faut jusse qui vos sayerîz do comprinde qu'i-gn-a dès rûjes dins totes lès copes, qui nos d'vrin' trover one saqwè d' noû po r'tchaufer nos fricasséyes di bètchs, qui Rome n'a nin stî batî sur on djoû, qui lès soudârds amèrikins ont continouwé à s' bate, zèls à « Omaha Beach » pad'vant lès rèfwârcîs bètons, pad'zo lès côps d' fusik, au d'zeû dès bombes catchîyes dins l' sauvion, dins d' l'aîwe èdjaléye, èt qu'i fieûve tant sèrant por zèls. C'èst l' guêre, Monique. I-gn-a pus qu' saquants mètes, nos sèrans yute di d'ça. Ça n' pout pus durer ? Sîfait, on va durer, po noste èfant ! Asteûre qui dj'a bachî m' culote, qui dj'a ralumé one sitwèle dins nosse trau d' nûton, donoz m' seûl'mint li mwinre sudjèt po qu' ça n' vôye nin pus lon yinte nos deûs ? In ? Donoz m'è onk ? Rin qu'onk ? » Èlle èsteût paujêre au d'la. Èlle aveût s' bia visadje, èle n'èsteût nin gaîye avou, mins on p'tit sorîre quand' minme. Èlle a lèvé sès-ouys èt m' razouyî come one dimwèsèle di scole pad'vant on' èfant qu'on n'è sâreûve pus rin fé. Èle m'ènn'âreût polu avancî dès cints d' raîsons. Dès bounes èt dès mwaîjes. Damadje por mi, minme lès bounes ni m'ârin' yeû r'nètî. Èlle ènn'a prins one èwarante : « Félik, èst ç' qui t' pôreûs, sins ti r'toûner, mi dîre li coleûr di nosse fastrou ? Non.na, nin dandjî di t' rimouwer po ça, por on côp dins t' vikaîrîye ni saye nin di m' balter. Ça faît quatre ans qu' nos l'avans ç' fastrou là, dji vôreû bin qu' ti m' direûs s' coleûr. » Bièsse di grègne di fastrou. Nin moyin do rèche di cès coleûrs là, branmint d' trop por on pôvre ome come mi. Dji conè d' tièsse lès coleûrs dès mayots do « Standard » ; c'èst do rodje. Lès cias dès Brésiliyins, c'èst do djane. Li nîve ; èlle èst blanke, lès broûs satchenut su l' brun'. Quand' i faît solia, c'èst tot bloûw. Mins l' fastrou ? Dj'a sayî : « Bole di feu. » Èle m'a rèspondu : « Clér ciradje » « Bole di feu satchant su l' clér ciradje » dj'a t'nu bon, « T'ès seûre qui ç' n'èst nin bole di feu satchant su l' clér ciradje ? » « Félik, dji m'è va. » Èle m'aveût dit ça tote djintîye. Dispôy ci djoû là, qui ça seûye n'importe èwou, minme po nin lonmint, minme po deûs minutes, i n' passe nin on mouchon è l'aîr qui dj' nè l' veûye : labèle lès coleûrs dès fastrous !...

Li tchicotaud.

Tchicoter, c'èst bricoler, nin-z-è r'mouwer branmint, prinde si timps po tot. Li cia qui nos l' loumin' insi, tot l' vèyant voltî, c'èsteût-on scrinî qui bouteûve tot seû, à s-t-auje, su s' pwèd dins-r-onk di nos p'tits viladjes. I n'aveût nin co faît l' grand nuk d'on’ an, qui l' guêre l'aveût apicî. Il aveût stî faît prîj'nî t-ossi rwèd èt rit'nu cinq ans adlé lès boches. Si djon.ne comére, dimèréye mièrseûle sins-èfants, èsteût bin dins sès chabots, mins nin d'pus qu'one ôte. Èt ç' qui d'veûve ariver... Onk di sès vwèsins qui travayeûve al fosse à Chalèrwè, « mobilisé su place » riv'neûve passer sès fins d' samin.ne au vijnauve. Si bin qui quand l' prîj'ni a rabroké di d' lauvau, l'ôte aveût faît s' nid d' coucou dins sès meûbes. Dins nos campagnes, on-z-a do mèrite, on s' catche quand' on s' faît laîd, èt l' tchicotaud, a 'nn'alé viker adlé one vîye matante, veuve, à one boune trote. Ça n'aveût l'aîr di d' rin, mins on vèyeûve bin qu'i 'nn' aveût pèsant su sès spales. Po vos dîre : il aveût r'mètu s' vète camionète au nwêr, come ça, al brouche, sins l' rilaver, tot r'niètant lès bokèts lès pus man.nèts avou l' mantche di s' casake. Tot l' monde aveût sayî d' lî présinter dès « ocâsions » qu'i n' si r'toûrneûve nin minme après. L'ome dèl pus djon.ne di sès soûs, on losse qui bouteûve à Brussèle, aveût sondjî à lî aler qwêre one poupène qu'on gonfèle. I n' l'aveût nin faît pace qu'i saveût qui l' tchicotaud n'èsteût wêre pwârté su lès novèlès-afêres d'asteûre. Sès soçons, on djoû, l'avin' èmin.né fièster l' Sint Djôsèf adlé l' Margot d'au Bwès, li maujone riçûveûve bin, èt, - ça si d'djeûve -, qui l' Margot riçûveûve bin èto ! One prumêre pad'vant sès casseroles, i n'aveût rin po l' rastinre d'î passer èto. Èlle èsteût laudje d'idéye èt... t-ossi bin, dins s' tièsse qu'ôte paut. L'amindjî qu'èle vos sièrveûve èsteût tot simpe èt skèrpu, come lèye. Al maniére dès lègumes qu'èle cûj'neûve, c'èsteût-one bèle plante di djârdin, tote simpe èt ragostante. Lès tchaus, on 'nn'aveût po sès caurs : on laudje divantrin mins sins cwârdia. Si cwârsadje aveût l' minme cougne. Li fouye di salade qui britcheûve foû pad'zo l' trintche di rosti, fortrimpeûve è l' sauce. Lès-aburtales dès d'zos d' nosse comére, sititchîyes dins sès tchaus èstin' sankènaîwe di crauche... Non.na, si dji n' continoûwe pus avou ç' qui d'mère, c'èst po vosse rèspèt, dj'âreû byin d' trop d' plaîjî do r'mète li d' bout dèl lisse à do pouwant. Tot l' minme, vos d'vêrîz pîre qui mi ! Vola, dj'a faît, dji mèt dès cindes là-d'ssus. Li Margot, on l' saveût amichtauve, dipus aus-omes qu'aus coméres, èt pad'zeû tot, po lès-omes sins feume : lès vîs djon.nes-omes, come on dit amon nos-ôtes. Lès soçons dèl Tchicotaud, qui conèchin' bin l' maujone, s'avin' astauvelé leû dos al murâye, come l'arin' yeû faît dès-omes dèl mafia, tot lèyant one place vûde di l'ôte costé dèl tauve po nosse munusier. Il aveût bin d'vu s'achîre su ç'tèlla. Il aveût stî oblidjî di s' covèriner su s' tchèyêre po veûy passer lès platenéyes èt l' cène qui lès pwârteûve. Si bin qui l' tîj'nadje qu'âreût d'vu arindjî li d'vant di s' culote, n'aveût sièrvu qu'à li èmantchî on rwèd cô. « Èlle aveût dès nuks, qui dj'âreû bin volu ralètchî rin qu'avou mès-ouys... dj'ènn'a stî disnukî ! » C'èst l' Zande, si vî mononke qui m'a raconté l' mèyeû : « Tè l' conès, l' Tchicotaud, si vîye matine, èle djoke tot conte nos. Nos pègnons djondenut. Èt bin, dji m' tè l' va dîre. À l'iviêr qu'èst yute, i m'a v'nu trover èt vola qu'i m'dit : « Zande, dji m' ti va r'mète tès rayènes à noû » » « Taije tu, sot ! » qu' djè lî rèspond, « Èle sèront co là qui dj' mougnerè lès chicoréyes pa leûs racènes, èt quéquefîye bin qu'on n'è mètrè pus aus maujones adon. » « Siya ! dji t' lès frè po rin ! » Dji m'a dit è mi minme qui c'èsteût bièsse : on n' rifuse qui lès côps d' baston ! « Bon insi ! » qui dj' lî di, « Mins n' compte nin sur mi po t'avancî on liârd. » Au bon timps, tot timpe, li tchicotaud èsteût à pîce po prinde lès mèseures sins taurdji. Li, qui n'aveût wêre ausse divant : « Voste ovradje, dji n' vos l' sârè fé po ç' mwès ci, savoz, afîye po l' mwès qui vint, putôt po l' deûzyinme quinzin.ne. Tènoz, dji vos l' promè po l' trwèzyinme quinzin.ne do mwès d'après, ça îrè bin ? » Mins adlé l' Zande, tot s'aveût èmantchî pus rade qui l' vint d' bîje. I n' lî aveût nin falu quinze djoûs po-z-apwârter sès rayènes, mète lès pinteures à mèseure avou lès fènièsses, mète lès deûs coûtches di vèrnis, di l'ovradje co pus prôpe qui d'abitude. Tot sbaré, li Zande lî a d'mandé : « Mins poqwè avoz faît tot ça ? » Pèneûs come on baudèt qu'âreût rovî s' nom, l' Chicotaud à bin d'vu lachî : « Dji saveû qu'èle ni bouteûve nin d' cès quinze djoûs ci èt djè l' voleûve riveûy. » Asteûre, ni m' dijoz pus qui, dins nosse Walonîye, nos n'èstans qu' dès pansus èt qu' nos-avans skèpyî su têre qui po-z-èfiler dès pièles. Nos-ôtes èto nos-avans do keûr. Dès sintimints, nos 'nn'avans, mins nos n' lès spaurdans wêre voltî avau lès vôyes. D'on-ôte costé, one saqwè qu'èst spaurdu, on n' s'è cotape pus. Avou l'ansène, c'èst fin parèy.

Lès fricasséyes do Tatôye

Djè l'a todi conu veuf, li Tatôye. Si feume, li Minmin.ne a moru è coûtche l'anéye di leû mariadje, ça ariveûve co sovint dins l' timps. I n'a pus couru après one novèle atèléye. Il a viké on momint adlé s' bia-frére, li Zande, mins s' bèle soû, one grigne-dints come on jendârme, mau toûrnéye, l'a rade yeû achèvé dè l' tinre lon èri dès coméres. Divant do v'nu viker avou li, l' Minmin.ne aveût volu r'mète tote li maujone à noû : lès feumes, èlle inmenut bin do mârquer al crôye li nitéye do min.nadje. Li maujone èsteût p'tite, one grande place qu'aveût d'vu sièrvu d' forni d'vant on paurtadje, avou one pitite cauve à voûssètes su li d'zo èt, su li d'drî on for. Èle l'aveût faît dismantchî, câsser on' uch dins l' gueûye, rimonter on lét-foû d'one brique, avou one pitite fènièsse qui doneûve dissu l' djârdin. Co saquants tch'furons, dès lates à panes, èt dès vîyès panes qu'èlle aveût martchoté plic-ploc dins l' vijnauve. On dâm'reût d'zo èt-z-achèver l'ovradje divant lès prumêrès djaléyes. Èle lî aveût faît monter on cwârp di tch'minéye dins l' pègnon, on saîwè pad'zeû l'arivéye dès-aîwes dins one cwane. Après ça, li Tatôye aveût stî qwêre li minme, one tote noûve sitûve di scrufiêr avou s' vélo ! Vos lès vèyoz don, cès cûj'niéres là, ôt astampéyes su dès pîds tot r'crolés : stîle « Louis XVI » dîreût-i, nosse mârtchand d' loques. Li Tatôye avoz loyî lès rondèles èt totes lès-ayèsses autoû do câde avou dèl cwade. Il aveût drèssî l' cârcasse su l' guidon, èt èmanchî sès brès au d' truviè po polu min.ner l' vélo. Agadelé d' fiêr come on chèvalier di d'dins l' timps, il lî aveût falu on d'méy djoû po r'moussî è s' maujone. Sès-orâyes chuflin' co d'awè ètindu lès colibètes èt lès riséyes dès djins què l'avin' astaurdjî... Couru lon èri di s' bèle-soû, rabroké è s' maujone, à swèssante ans èt dès pouchêres, i s'aveût d'vu r'mète à fé s' bagadje li-minme. Ça prind do timps, èt tos lès djoûs qui l' Bon Diu nos prustéye, i lî faut mète si cindrî èt s'astamper padrî sès fouwaus, mins i m' garantit : « Quand' on s' faît à mindjî tot seû, c'èst byin mèyeû. Ça n'èst nin do timps pièrdu ! » Mi, dji n' so nin « fast » dissus l' « food », dji sèreû putôt « slow » ou « quiet food » I m' faut bin prinde mi timps po sayî ç’ qui dj' mindje èt-z-è profiter : nin trop long, nin trop coût ! On n'èst nin dès bièsses tot l' minme ! Èt adon, vîye abitude di cinsî, din.ner, c'èst si r'pwaser. Dins lès grandès-astauveléyes dès cinses, lès vaurlèts arin' bin sovint volu soketer on quârt. Mins quand l' cinsî riplôyeûve si coutia d' tauve à deûs lames èt rapicî s' casquète al dossêre di s' tchèyêre, tot l' monde s'aveût d'dja rastampé po l'ovradje... L'amindjî d' noste ome, c'èst do tot-v'nant. I n'a nin à-z-aler lon po cachî après, d'abôrd tot vint d'adlé li. C'èst s' djârdin què lî apwate dès tchandjemints avou lès saîsons, dès prumîs radis do bon timps, jusqu'aus-ârtias d' prétcheûs à l'intréye di l'iviêr. I d'meûre astok d'amon nos-ôtes, si-t-uch èst todi au laudje, èt chaque côp qui dj' passe, i m'arin.ne : « Inteure deûs minutes qu'on s' cause ! » I d'chind al cauve èt r'monter on botâye di fwate bîre, dèl brune, qui r'goûre vosse sitoumac' mèyeû qu'one tâye di pwin. L'ôte djoû, dji passe aviè dîj eûres. Il èsteût astauvelé pad'vant one crausse sope au rodje cabu, sès deûs keûdes al tauve. I satcheûve avou sès lèpes al pwinte do couyî, po lèyî passer l'aîradje avou l' gout do cabu po l' bin goster. « Vos n'avoz nin co d'djuné ? » « T'ès sot ! V'la lonmint qui dj' so su pîds. Au matin, dji m' rilève todi avou lès poyes. Nin trop timpe di l'iviêr, come audjoûrdu, sèt' eûres èt d'méye, mins d' l'èsté, cinq eûres. Â ça ! I m' faut sûre ! Èt adon, s'i-gn-a dès nûléyes, s'i plout, s'i nîve, c'èst nin lès pwin.nes do baker trop rade do lét. Po comincî dji bauye on côp tot bwârlant, po m' bin dispiêrter, ça vout dîre qu'on-z-èst bin pwârtant come quand' on stièrnit. Dji rawaîte pa l' fènièsse li timps qu'i faît. Dji tape on côp d'ouy al rabanêre qu'èst d'zeû l'èglîje po conèche li vint. Dji sautèle dins m' culote. Dji tape lès tchins à l'uch po qu'i vôyenuche pichî. Dji va avou zèls pace qui dj'a ausse èto. Dji rawaîte li tèrmomète. Tins audjoûrdu, i-gn-aveût mwins trwès, do bon timps, ça toûwe lès p'titès bièsses. Dji prind saquants cayèts è l'angâr po ralumer mi stûve, dji cheû lès cindes, quand qu' c'èst prins, dji r'tape one paletéye d'oûye èt dji mèt l' cafetiére dissus, c'èst do r'tchaufé d'ayîr, c'èst nin ça qui va èstchaufer mès niêrs. Bon, café avou on bokèt d' pwin tot sètch, là, on sint one saqwè pad'zo s' gros dint ! Po-z-achèver, on goûrdjon d' blanke gote... Dji faî l' toû dèl maujone, do djârdin... Quand on rawaîte bin, c'èst jamaîs deûs côp l' minme, ça tchandje tos lès djoûs... Là, dji r'lampe on rèstant d' sope d'ayîr, i n' faît nin tchôd à l'uch, ça faît do bin. Vola deûs-eûres qui dji r'cèpe dès piquèts po m' pachis, èt i va falu qui dji m' mète à m' din.ner. » Adlé nos-ôtes, on d'djune do matin, on din.ne à prandjêre èt on sope au nût. « Bâ ! Ça sèrè rade arindjî, va ! Pont d' tchau audjoûrdu, tot jusse quate sikines di singlé à mète dissus l' grile. Dèl tchau, ça d'mande dès-aprèstances, dèl sauce. Amon nos-ôtes, tot ç' qu'on cût sur on grèyi, c'èst nin dèl tchau. Li singlé : di l'oficiél, nin dèl bracone là, touwé au fusik, avou ça dji m'èvôyerè one cope di canadas al pèlake rostis dins lès bréjes. Dji spèpîyerè lès skines jusqu'à l'oucha, èt m' ralètchî à m'-y-auje. » Rin qu' po ça, ça vaut lès pwin.nes do mindjî paujêremint...

Lès « PUB » do Mimile

« Tènoz, vos-èstoz d' doû ! » Dji vin d' veûy on nwêr macaron su l' mantche dèl casaque do Mimile : one bèle tote noûve camisole qui dji n' lî conècheûve nin. On bia « Prince-di-Gales », gris clér, crwèjelé... au d'la, qui freût bin deûs côps l' toû di s' tâye di wèsse, lî qu'è-st-ossi grand èt spès qu'on jokè. Sès spalêres tchaîyenut lon yute di s' cougne di botâye à Stout'. On direût bin qu'il a prusté lès moussemints d'on grand frére. « Mi d' doû ! Mins èwou as' vèyu ça, ti sés bin qui dj' n'a pont d' famile, qui dj' so-st-on-èfant tot seû ! » « Bin d'abôrd, èt ça ? » qui dj' lî di tot mostrant l' macaron. « Â ! Ça c'èst po stoper on trau qui dj' m'aveû faît avou m' cigarète. Li Minmin.ne, èle m'a grognî. Lès cindes ont tchaît d'ssus, on bia trau dins l' novèle camisole qui l' Sèb m'aveût d'né ! » « Li Sèb ? Vos fréquentoz avou lès martchands d' grèyî à pwin asteûre ! » « Taîje tu don ! Tè l' conès l' Sèb, c'èst l' Brusselaîre qu'a racheté l' maujone mon l' Pate, su l' crupèt. » « À ! Vos voloz causer do colonèl. Poqwè qu' vos l' loumoz Sèb ? » « Bin, pace qui s' comére lî dit come ça. » « Vos-sèrîz bin dins l' bon, i m' chone qu'èle li loume come ça po fé pus coût, djè lî a d'dja ètindu dîre Sébastien-Guillaume. » « On nom parèy, c'èst l' vraî qu' ç'èst co pus long qu'on pagna di tch'mîje. Mins ti n' sés tot. I parèt qu'il èst colonèl dins-r-one banque, â ! Do timps qui dj' fieûve mi timps d' soudârd, i-gn-a onk di colonèl qui m'a v'nu doner one pougnîye. Mins dj'a malaujîy à l' crwêre citèllâl, sés', on colonèl-banquî ! Dji n' veû nin l' nosse ratinde padrî one bawète avou s' kèpi èt totes lès gârnitures sititchîyes su si stoumac' : lès pratiques arin' byin trop peû d' li. Il èst r'bourant come one pwate di prîjon. » « Oyi, vos èstoz dins l' bon, mins on colonèl ni boute nin padrî one bawète, don, c'èst putôt l' cia qui pwate lès culotes. Quand il a tapé djus à l'ârméye, Sébastien-Guillaume a stî loumé al banque po rawaîtî si l' bèsogne èsteût bin faîte. » « Si dji t' comprind bin, i n'è skète nin one, on l' pâye à rin fé, mins il a l'ouy su tot : ça duvreût bin sièrvu ; i-gn-a dès banques qu'ont pièrdu dès milyârds sins qu'on n' lès r'trouve. Mi, dji pudreû on’ eûro dins l' boûsse dèl Minmin.ne, t'è faîs nin, èle l'âreût rade vèyu ! » « Mimile, vos m' sôyoz mès cwasses, vos n' compudroz jamaîs rin, ça n'èst nin l' minme sôte di djins dins lès afaîres di gros caurs. Vos finirîz pa prinde one fotche èt-z-aler trawer l' panse à on gros, c'èst co mi qui v' duvreût min.ner dès-oranjes al piole. Nosse Sébastien-Guillaume, comint l'avoz conu ? » « Come ti d'djeûves, i n' sét rin fé d' sès dîs dwègts, adon i m'a uké po-z-aler r'nètî sès âyes. Dji grèteûve avou m' rèstia, i-gn-a yeû one coloûte qu'a bizé. Dj'a criyî on côp, tot l' mostrant à s' comére. Ça l'a mètu cu d'zeû cu d'zo. Èlle èsteût là, aflachîye su s' dos à nin co deûs mètes di mi, jusse one pitite culote, èt rin d'ôte, è plin solia, à n' rin fé. Mi, dj'âreû polu, dji m'âreû stî mète à yute. Dès castârds sés' lès Brusselaîres, dès droles di djins ! Leû gamin , c'è-st-on cas èto, i va co à scole. Dès grandès-ètudes, parèt ! I n' lache nin sès lîves di tote li djoûrnéye ; ti dîreûs onk qu'i lî manque on boulon. One grande bièsse, i n' sét minme nin r'ssèrer lès rayènes. Dj'a d'mandé à s' man ci qu'i fieûve come sicole. Èle m'a dit : « Il est anormal supérieur. » C'èst bin ç' qu'i m' choneûve. Li pîre, valèt, c'èst qu'èlle ènn'èsteût fîre ! » « Bon, bin, ti veûs, come pâyemint po mès pwin.nes, èle m'a d'né l' bia casaque qu'èst su m' dos. « On n'è faît pus wêre avou dès laudjes cols come ça li djoû d'audjoûrdu. On fieûve co ça dins lès-anéyes cinquantes » qu'èle m'a dit. « Mi, dji n' pleûve mau d' lî dîre qui dj'ènn'aveû swèssante. In ! Qu'èlle èst bèle ! Qu'èlle a dès bias câraus qui vont bin avou mi tch'mîje di co-boy ! » « Èle m'a co doné l' culote po-z-aler avou, waîte li bin, c'è-st-one coûte culote di golf, tote vète à laudjes caraus ; c'è-st-on « vèrt muda » qui l' colonèl ni mèt pus dispôy qu'il a tchandjî d'andicap' » qu'èle m'a dit. « Ti sés, à l'ârméye, i touchenut dès pensions come andicapés dèl guêre, gn-a rin à r'dîre là d'ssus. » « Mi casaque, djè l'a strumé quand l' nèveû da Minmin.ne a faît l' grand nuk, tè l' conès bin, c'èst l' Bîyèl. Il a marié one comére di Mlin, li Cin'tia, qu'on l' loume. Ô ! èlle èsteût d'dja autrumint, èt èlle a co deûs fèyes pus vîyes qui l' Bîyèl lî minme. Do momint qu'i s'ètindenut bin, li difèrince d'âdje, ça compte po rin. Dj'a r'lâvé sès tch'fias à nosse Minmin.ne, li mète sès rôlias su s' tièsse, èt nos-avans aprèsté tot l' banquèt avou l' mariéye. Dj'a satchî tot foû di m' conjèlateûr, dj'aveû co d' l'avance dispôy li côp qu'on-z-aveût touwé quinze singlés. Ti t' rapèles, qu'on nos-aveût mètu au juje pace qui nos lès-avin' satchî su l' bôrd di l'É411, on moncia d' miséres po deûs côps rin, dès djalous, qwè ! » « On-aveût louwé l' sale d'amon Popote, i faleûve bin ça, avou tote li cucheléye di l'ôte famile. Li pus grande da Cin'tia a d'dja trwès gamins, èt co lès-ôtes. Èt nos tchins, on n' lès aleûve nin lèyî al maujone on djoû come ça.  ça ! Il ont djamblé pîre qui fwace, tè lès-âreûs d'vu veûy quand m' bia frére, li frére da Minmin.ne, s'a mètu à sofler dins s' claîron. Il ont min.né l' tchèsse après lès djon.nias qui courin' tot-autou dèl tauve. Li Boby, i dèrapeûve su l' parquèt dins lès toûrnants come avou dès bindeladjes à claus. L'ôte avou s' claîron, c'è-st-on fwârt sés'. Il a yeû on pris quand il ont stî djouwé à l'èglîje di Mlin po l' Sint Yubêrt. » « Ça n'èst nin on claîron, Mimile, c'è-st-on côr di tchèsse. » « Taudje one miète à todi m' disdîre, por mi totes lès musiques c'èst l' minme, fin parèy. » « Bon, dji r'vin al banquèt. Li mayeûr à loumé l' Cin'tia, Marîye-Louwise, por mi, èlle aveût d'vu tchandjî di si p'tit nom è minme timps qui do grand, quand èlle a dèvôrcé. C'èst l' trwèzyinme côp qu'èle si r'marîye, mins èle n'a dèvôrcé qu'on côp, lès deûs-ôtes, èlle a tchaît veuve, C'èst nin di s' faute da lèye. » « Yinte ça, ti comprins bin qu'èlle a yeû d' l' avin.ne, in ! Èle n'èsteût nin nareûse. C'ènnè-st-onk di sès vîs galants què lî a payî tot l'abwêre po l' banquèt. » « I d'veûve awè dès r'grèts après l' Cin'tia. On djoû, qui l' dèvôrcé travayeûve à samin.ne, il lî a amin.né on cubi d' vin rodje : jusse po lî dîre mèrci branmint dès côps al comére. On brâve gamin va ! Djè lî a dit al Cin'tia qu'èle l'âreût d'vu priyî po s' banquèt, mins i parèt qui s' novèle feume n'âreût nin volu.  ! Ti m' pous crwêre, in ! I-gn-a qu’i vaut mia yèsse bin avou, qui d’ lès-awè à s' dos, quand minme ! » « Tot l' monde s'a bin plaî, l'abwêre, c'èsteût do vin, èt do bon, dji n'a pont yeû d' casquète li lèddimwin. Pa côp, ti tchaîs su dèl lavasse qui t'ès plin après deûs vêres, èt qu' ti t' capougnes après cinq. Mins véci : rin d' tot ça. » « Ti m' balteûves avou m' nwêr macaron po catchî m' trau d' cigarète, mins twè èto, t'as one bèle gârniture à t' casaque. » « Tot l' monde ènn'a. Mi vî maîsse di scole, il a lès « palmes » èt i n' sét bagnî, li Djan, il à yeû on pouria èt i n'a pont d' djârdin, èt l' vî mayeûr, on li à d'né l' « rôsète » qu'il a d'vu aler qwêre è l' France èt i n'èsteût d'dja nin boutchî. » Li brâve Mimile n'aveût wêre di rèspèt po les « Palmes académiques », li « Mérite agricole », èt li « Légion d'honneur » ! « Ti dècorâcion da twè, c'èst qwè ? Ti dîreûs l' mèdâye dès doneûs d' song. » « Mimile, i n' vos faut nin prinde boû po vatche. Doneû d' song èt bèveû d' vin. Dji so grand maîsse dès chèvaliers dès sayeûs d' vin. » « Â ! Oyi, cèt'la qui bèvenut dins one pitite plate jate, abîyî come dès-omes di strin. Ça, djè l' trouve bia, veus', pace qui mi, ti pous yèsse seûr qui dj' blèfereû fin plin su m' costume ! » « Vos èto, vos-èstoz dècoré, waî, djane èt vèt' su l' rabat d' vosse casaque. » « Ratind, ça, c'èst mi d'djuner d'ayîr. Djane d'oûs, èt vèt' di pêrzin, ça sèreût qwè come dècorâcion ? » « Ça sèreût d' vosse timps d' soudârd, mins vos n'avoz nin faît l' guêre, don Mimile, èt l' djoû d'audjoûrdu, i n'a pus pèrson.ne qu'a co dès sov'nances di ça. Vosse casaque, i vaut d'dja branmint, Mimile, c'èst do vraî « Prince-de-galles. » « Ni m' cause nin dès-Anglès, c'èst d' leû faute si dj'a rosti m' casaque. » « Dji t' raconte. Li cabarèt à Djodogne, qu'on l' loumeûve li cabarèt di li stâcion quand i-gn-aveût cor one, il èsteût sèré. C'èst dès-Anglès què l'ont r'mètu su pîds. Dji n'î wâseûve moussî. Dj'a passé pad'vant à m'-y-auje po rawaîtî, mins m'-y-auto, trop doucètemint, ça n' lî va nin. Èlle a avancî à ikèts, ça a choyu lès cindes di m' cigarète, èlle ont tchaît su m' casaque... Ti sés, dj'a on moteûr à mazout ; divant on d'djeûve « gazwal », asteûre, c'èst co autrumint. Tot ç' qui dj' sé, c'èst qu'i m'è faut prinde au nwêr tîyau. I n'a minme pus d'èssence, t'as jusse li chwès yinte on blanc tîyau èt deûs vèt' sins plomb. Come s'i-gn-aveût co dès tîyaus d' plomb asteûre ! » « Dispôy adon, dj'î a moussî adlé lès-Anglès, il ont rarindjî l' sale di d'zo po mindjî. Mins po bwêre, c'èst su l' plantchî, avou dès rwèdès montéyes qui tu t'i cassereûs l' tièsse tot lès rid'chindant après deûs pintes. Ti vwèrès, i-gn-ârè dès touwés ! » « I-gn-a saquants fastrous d' « crotin » , avou dès cossins come au djârdin. T'ès là d'dins come si t' sèreûs achid' al têre, bin bas, à n' ti soyu r'lèver. Eûreûsemint qui l' Minmin.ne n'èsteût nin avou mi. Avou sès boyas, il âreût falu yèsse à deûs po l' rastamper. Mi djè l' veû voltî avou s' gros vinte. On vwèt bin qu' c'è-st-one feume, en r'vindje, su li d'zeû, èle n'a wêre di d'vanture. C'èst come deûs ramponaus, avou deûs p'tits botons, èt dins chaque come on paquèt d' cigarètes à mitan vûde. Si gros vinte, ti veûs, ça l'oblidje à s' tinre bin drwète come on stampia, èt ça s'aligne fin drwèt avou s' dobe minton. Li médecin, i dit qui s' vinte c'è-st-one saqwè d’ drole : qu'èlle a l'acîde, qu'éle ritint l'aîwe. Portant sés', c'èst nin po ç' qu'èle bwèt, èt, èle ni va nin ataquer à bwêre si « Ricard » tot sètch. » « I-gn-a onk di mès soçons qui m'a dit qui l' Jule qui d'meure pad'vant mon nos-ôtes, èl loumeûve li « crapôd-masse ». Dji t' l'a aclapé al murâye : « C'èst l' vraî qu' tè l' loumes come ça ? ». Po s'èscuser, i m'a rèspondu : « C'èst nin mi... c'èst tot l' monde ! » » « Bon, po n' nin m'aflachî l' cu al têre, dji m'a mètu à pîce sur on chame pad'vant l' comptwêr. » « Li patron, qui n' cause nin on mot d' walon, m'a avancî one pitite cafetiére di pôrcilin.ne. « Orange Picon » qu'il a anoncî avou s'-t-acsint come lès-Amèrikins qu'ont r'passé d'après l' guêre èt come si ça sèreût do Champagne. Dj'a bin vèyu qui ç' n'èsteût nin do Picon-Orange, puis il a bin vèyu qui dj' n'aveû nin l' tosse po bwêre do tchôd. I m'a satchî one pinte di rossète bîre au tonia. Dj'aveû rawaîtî lès pris divant d'abroker. I n' m'a faît payî qui l' mitan tot m' mostrant one ârdwèsse avou l' sôte dèl bîre : Happy Hour, èt su l' ligne di d’zo, i-gn-aveût lès dègrés : 5 – 6 pm. Ti sés, i n'ont nin lès minmès mèseures qui nos. » « S'il âreût yeû causé come nos, djè li âreû bin d'mandé qwè ç' qui c'èsteût leû publicité su leû d'vant : c'èst marqué PUB... èt pus rin après, C'èst dèl pub poqwè à t' chonance ? » Li Mimile, il èst come vos èt mi, tot à faît bin dins sès chabots avou l' francès come avou l' walon. I lès mache minme po s' plaîji. I dit ossi bin Tchèsselèt qui Châtelet. Po l'anglès : faurè qu'i r'toûne à scole po soyu comprinde « Newcastle » èt minme è japonès : mins ça, dji n' vos l' sâreû nin scrîre à môde di pates di moches. Dji n'a nin yeû l' pacyince dè lî mostrer l' difèrince yinte li PUB francès èt l' PUB anglès. À rascoûrci tot à trwès lètes, on n'è veût pus li d'bout. Nin d' pus l' coradje, dè lî corèdjî sès-idéyes su l' « andicap' » èt l' « Orange Peekoe » : one tisane qu'i n'âreût seûr nin bèvu voltî. Tant qu'à « Happy Hour », yinte 5 èt 6, djè li âreû yeu dit qu'on fieûve dèl PUB à mitan pris à cès-eûres là, il î âreût couru tos lès djoûs ! Ci qu'i prind po l' bon vaut bin ci qu' djè lî âreû polu dîre, adon ostant l' lêyî dins sès crwèyinces. Qwè v'loz, i n'a nin studî à « anormale sup », li, come li fi do colonèl Sèbastien-Guillaume ! Bin-eûreûs lès ènocints, come dîjeûve ...

Lès trècins

« Qui dji n' vos laî nin dîre... » Tos l's-ans, c'èst l' minme renguin.ne. Li lèddimwin do novèl an, noste uch si tape au laudje su l' Jèrmin.ne mon Flaba. Nos n'avans nin yeû l' timps d' nos r'mète dès fièsses, mins lèye, èlle èst là. Èle n'a wêre di pus d' trinte ans mins èlle a l'aîr d'ènn'awè cinquante. C'èst dèl sôrte di feume qui n' tchandjerè pus biacôp après s' prumî èfant tot coût après s' mariadje. L'ovradje di tos lès djoûs, l'a d'dja marqué po d' bon, èle dimèrrè téle jusqu'à ç' qu'èle taperè djus... « Qui dji n' vos laî nin dîre... » Èlle amin.ne avou lèye one vènéye, qui sint al fîye, li tchamossé dès moussemints do dîmègne, sôrtî po l'ocasion, èt l' seûr lacia, pace qu'èle n'a jamaîs viké lon èri d' sès trwès vatches èt d' tot ç' qu'èle leûzi rapwatenut. Couyone, faîte insi, èt minme au d'la, èle buke su sès mots. Quand' èle cause, s'on n' lî done nin on côp d' mwins, èlle a dès manques à-z-èdârmu tote li maujonéye. D'ostant d' pus qu'èle n'èst nin adlé lèye ; à nos rinde visite. Surtout qu'èle sondje à ç' qu'èle nos dwèt... « Qui dji n' vos laî nin dîre... » Si Châles da lèye, si djan-foute, nos-a d'mandé on djoû - là quand ? - do soyî dès sapins dins nosse bwès po-z-è fé dès piquèts d' cloture. Po seûr qu'i n'ont jamaîs stî r'cèpés, li pachis n'èst nin co rèssèré. I-gn-a qu'on costé qu'èst près' po lès filochés, èt l' mitan dès-aubes ratindenut co l'abatadje. Tant qu'à lès payî, c'èst nin co d'mwin qu'on vwèrè l' coleûr d'one cens'. I-gn-a p'tète po l' pris d'one dîjin.ne di timbes dèl posse, mins s' feume ènnè tote grabouyîye... « Qui dji n' vos laî nin à dîre, dji vos a apwârté on pitite saqwè... » Tot rastènant l' cabas d' twèle avou l' bistoke tot conte lèye, èle ni wase passer l' soû. Èlle osse d'on pîd d'ssu l'ôte. Èle balzine, c'èst qu'i n' faut jamaîs frochî lès djins qui vos l'zî d'voz one saqwè. Èt-z-ataquer s' prêtchemint pa tot ç' qu'i-gn-a d' pus simpe. C'èst come ça qu' ça dwèt yèsse, l'onêtrèté d' nos djins dins nos campagnes. Qu'on n' vègne nin m' dîre qui c'èst lès Chin'wès qu'on inventé ça. On n'èst nin pus sauvadje qui zèls. Tot î passe, pa bokèts, avou dès longuès-astaudjes, là, qu'èlle î sondje co pus fwârt al saqwè di s' visite. Èle si d'mande si nos-î sondjans èto, nos-ôtes, èt si n' lî alans nin r'protchî. Pôve feume, nos l' savans bin poqwè ç' qu'èlle è-st-à noste uch èt nos-èstans co pus jin.nés qu' lèye do veûy tot l' mau qu'èle si faît por one parèye tchipoterîye. Adon, èlle ataque li litanîye avou d' l'ôrdinaire. Li timps, po-z-èdaumer. Adlé lès cinsîs, c'è-st-one saqwè qui compte à dobe ; sur one anéye, ça vos pout rimpli vosse gurnî ou vos l' vûdî. Èt dins nos p'tits viladjes, tortos ont on djârdin, minme lès pensionés tènenut one vèdje ou deûs po leûs canadas ou leûs p'titès bièsses. Di tote façon, li timps, on s'è plind todi, èt d'one anéye su l'ôte, c'èst dismètu au pîre : l'avoz r'mârqué ? : « On n' vèyeûve nin ça dins l' timps ! » « I-gn-a pupont d' saîsons ! » « Quand avans n' co yeû on gros iviêr ? » Après li stwèle à quèwe, on-acuse lès fagotîs, li bombe atomique, asteûre, on cause do trau d' « amazône ». I-gn-a vraîmint qui dins l' tièsse dès djins d' doûce crwèyince qu'i n'a pont d' trau ! Vosse santé, po sûre. Tote li famile î passe. Come on-z-èst come i faut, on lî rèspond : « On n'a nin à s' plinde, èt adlé vos ? » Adon, on-z-a drwèt à tos lès claus d' vacha di s' parintéye da lèye. « Vola qu' nosse Châle - c'è-st-ome - vola qu' nosse Châle, i s'a skèté è deûs, on toûr di rin, il a falu l' min.ner adlé l' « chimiotracteûr »... « Èt mi, c'èst mi r'toûr d'âdje, mi stoumac'... » On si r'tint bin do loumer tot ç' qui s' trouve yinte li botroule èt lès d'gnos. Come èle rèspondreût, s'on lî wasereût d'mander : « Èwou avoz mau ? » « Avaur là ! » Après awè toûrné tot-autoû, po l' fé soyu sins lès loumer, di tos lès maleûrs di s' « matèrnité » èt di s' « ginguète d'amûsemint », èlle ènn'arive aus-èfants. Ça d'vint pus plaîjant ! « Dj'a vèyu vosse gamin su l' vôye, il a bin crèchu, c'èst quausu on'ome ! » Qwè v'loz rèsponde à ça ? « Lès mwaîchès yèbes crèchenut todi bin... ! » Ou bin : « À ç'te âdje là, i n'a qu' ça à fé... !» Bièstrîyes su bièstrîyes, èle ratrape one miète di coleûr, binauje d'ètinde lès minmès rèsponses qu'èlle âreût faît lèye-minme. Èle rataque li bokèt dès cias qu'ènn'ont 'nn'alé. Di crwèyince, èle ni dîrè jamaîs « mwârt » : « Ô ! Vosse pôve papa, qu'on l' vèyeûve co byin sovint... Nin pus taurd qui deûs djoûs d'vant qu'i 'nn'èvôye, on l'aveût rèscontré... Qui ç' qu'âreût dit... Èt vos pôve grand-mére don, chére âme do Bon Diu, ça faît combin d' timps d'dja qu'èlle è-st-èvôye... Tant qu' ça !... Èt vosse matante Anayîs'... Qu'on-z-èsteût quausu parint avou lèye pace qui nosse mononke Gustâve aveût stî marié avou li d'méye-soû di s' bia-frére... Siya, siya, li Gustâve, il aveût stî marié deûs côps, avou l' Louwîse qui v's-avoz bin conu, èt divant, avou l' djin qui dj' vos-ènnè cause èt qu'aveût d'meûré è coûtche di s' prumî èfant...Qué maleûr !... Èt s' pa à ç'tèllâle, i s'aveût distrût en s' pindant au gros tchin.ne..., pace qui s' feume lèveûve li djambe... Adon, i s'aveût mètu à bwêre come on trau... Plin come quate dau matin j’qu’au nût... Il aveût branmint ramwinri èt il aveût faît do « délîre d'ome très mince. »  ! one pôve maujone, va ! » Ça i èst, come tos lès grands couyons, - èt lès grandès couyones – on côp dislachîye d'awè polu fé adviner qu'on n' dwèt nin yèsse trop lon èri onk di l'ôte dins tote li parintéye, i n'a pus moyin d' l'astaurdjî. I n'a pont d' boton « mute » su s' tèlécomande ; d'ayeûrs èle ni cause nin l'anglès. Yinte nos-ôtes, ça n'èst nin on dèfaut. One riglatichante idéye vint do potchî foû di s' tièsse. Èle va dîre qu'èle n'a nin v'nu en-èsprès rin qu' po ç'te afaîre là. Èlle ènn'a profité po v'nu payî lès trècins. Li pôve Jèrmin.ne s'a télemint èmacralé lèye-minme dins lès raîsons di s' voyadje – chîs kilomètes à vélo po v'nu, ostant po-z-è raler, one diméye djoûrnéye – qu'èlle èst bin oblidjîye d'ènn'ariver al bistoke. Èle passe si mwin dins l' cabas, prinde on satchot qu'èle laît r'tchaîr dins l' fond : one transe ? Qu'aveû dj' apwârté l' dêrin côp ?... Ça d'veûve dèdja yèsse on d'méy lapin : « On d'méy lapin, nin lès cwasses, lès bons bokèts po vos fé oneûr ! » Ouf ! Èle satche foû do cabas on bon paquèt èrôlé dins one sitramine rodje di song. « Tènoz, c'èst dès skinéyes di nosse Pitrin qui v' mètroz à rosti !... Vos m' rindroz bin li stramine... Èle mi vint di m' matante Jènîye, vos savoz, l' cène qu'èsteût cousène avou l' mon.nî... » Vo-l' la r'dèmaréye dins l'aube di famile... Al fin dès fins, èle satche d'on n' sét èwou, deûs biyèts po lès trècins. Nosse pa lî rind li r'çu. Èlle èst d'dja su l' pîre di l'uch, èle si va r'toûrner po wasu glissî on mot su s'-t-ome qui n' tchandjerè jamaîs : « Nosse Châle, i n' rovîye nin vos-aubes, savoz... ! » Qu'i lès rovîye co saquants-ans, chaque anéye li bistoke è vaut dîs côps l' pris !

Li grande Clémence

« Do pourcia, do coquia, do lapin, : lès bièsses, èle ni faîyenut do bin qu'après leû mwârt ! » Èt lès apechârs èto, come li grande Clémence. Vos n'ârîz nin co yeû l'aîwe qu'èle cûjeûve sès-oûs !  Djè l' vwè co l' grande cinserèsse qu'on l' loumeûve li « Grande Clémence », on byin bia nom qu'èle ni mèriteûve wêre. Tot à ç' qu'èle sondjeûve c'èsteût d'awè do foûre dins sès chabots. Èle boleûve à totes lès tines, sins l' mostrer, rin qu' po ragrandi sès bins èt po ça èlle aveût dès mwins à avèts come s'èlle âreût yeû priyî l' Bon Diu. « Tot ç' qu'èlle a ramassé à vos fé r'nauder, èle l'a lèyî à on seûl di sès-èfants, l' pus vî, qu'èle vèyeûve voltî. C'èst seûr, qu'à ç'tila, èlle ènn'î a faît dès bins après-awè r'cloyu sès-ouys ! » Li vî vaurlèt, abitouwé dès batadjes qui m'aveût dit ça, continouweûve : « Li Clémence, èle ni waîteûve nin à one twatche su l' mèseure, sès fricasséyes èstin' sièrvoûwe tot laudje, èt èle vos l' fieûve bin veûy, mins dins s' ragout d' lapin, i-gn-aveût qu' dès tièsses. Èt, Bon Diu, qui s' bîre èsteût plate ! » Fin d' l'èsté, li pus gros d' l'ovradje, c'èsteût lès batadjes. Dins-r-one grosse cinse come adlé l' Clémence on bateûve bin quate djoûs. Dès djoûrnéyes di dîj eûres, avou lès tchaleûrs, lès brûts, lès fûmêres èt lès pouchêres qui vos moussenut pa d'zo vosse tchimîje po s'aclaper su vosse pia sankènaîwe. I faleûve fortchî lès djaubes do maf al bateûse, monter lès satchs di frumint au gurnî, fé one mwéye avou lès balots dau matin tot 'squ'au nût. Po s' ripwaser, i-gn-aveût qu' lès taudjes po l'amindjî. Divant d'èdaumer l' djoûrnéye, al pikète do djoû, i-gn-aveût one grande jate di cafeu èt one blanke gote. Clémence passeûve lèye-minme avou l' suke. « Do suke, ou pont d' suke ? » Si c'èsteût « Oy ! », èl ènnè doneûve onk. Nin quèstion d'ènn'awè on deûzyinme : c'èst qu' ça costeûve do suke ! Aviè yût' eûres, one tâye di pwin avou dèl crauche di laurd ou bin do sayin. Po dîj, sins qu'on n’astaudje lès machines, èle passeûve avou dèl bîre di min.nadje dins-r-on posson à lacia d'on lite. Su l' côp d' quatre eûres on freût li r'ciner, èt al vièspréye, on soper ; sope au lacia, pape au riz ou pwin pièrdu, jamaîs lès trwès al fîye, èt l' gote, divant lès fauves èt lès pasquéyes. Po l' din.ner, on taurdjeûve one miète dipus po polu sofler, èt fé oneûr al cûjène dèl patrone. Èle ni sièrveûve aus-omes qui d' l'amindjî dèl cinse : ristuvéye aus poûrias, au pus sovint, dèl djote èt do laurd, dès-oûs, dèl poye, ou do lapin. Dispôy on mwès, Clémence aveût mètu lès-oûs su l' costé ; « On-oû cût deur po chaque ome avou l' tâye di yût' ! » Au bon timps, èlle aveût èlèvé quate ou cinq pwârtéyes di lapins avou lès yèbes dès bôrds dèl vôye èt dès chicoréyes qu'èle rauyeûve pa d'zo l' pîd dès pôves qui n'avin' pont d' bin. Èle n'aleûve tot l' minme nin aler à l'yèbe su l' cwane d'onk di sès bias prés : quéne piède po sès vatches, vos ! Saquants djoûs d'vant l' batadje, èlle aveût son.né lès lapins. Si vîye mèskène li aveût d’né on côp d' mwin po ramasser leû song qui picheûve pa l'ouy qu'on l'zî aveût rauyî tot vikant. Mitan song, mitan vin rodje, on bocau pout tinre saquants djoûs sins sètchi. Come i faut disbiyîyes, lès pias r'toûrnéyes sur one twatche di strin, avin' sitî mètouwes à souwer, po yèsse rivindouwes au gobieû qui passeûve on côp par mwès : « Pias d' lapin, vîyès loques... Vîs fiêrs... ! » I vos faleûve todi martchoter avou li. Lès pias avin' todi leû mwais costé : trop sètches, trop frèches, côpéyes do d' triviès, trawéyes, trop wêre di poûys, dès coleûrs nin r'lûjantes assez. Quand' on 'nn'aveût dès rossètes, i-gn-aveût qu' lès blankes qu'alin' co, èt l' contraîre èto. À l' chouter, i n'aleûve co rin gangnî là d'ssus ! Po Clémence, c'èsteût tot fin parèy : martchoter, c'èsteût s'-t-afaîre ! Èle saveût fé dès grimaces, pîler po sès p'tits caurs. À l'ètinde, totes lès miséres qu'i-gn-aveût su l' têre lî tchèyin' su s' dos tortotes èchone, èle sèreût t't-à l'eûre bin rade su s' cu. Ci qu'èst vraî, c'èst qu' pus qu'i-gn-a d' cayaus, d'pus qu'on tribuke : i s' vaut mia plinde divant d'awè mau... Lès lapins, c'èsteût l' lècsion po lès batadjes. Avou onk po quate, on fieûve aujîymint. Minme avou dès gros mindjeûs. Li quarantin.ne di lapins da Clémence, c'èsteût branmint d' trop po rin qu'one fricasséye, qui ça fuche po dîj come po doze boyas d' cane. Lèye, èle satcheûve lès bons bokèts po lès r'vinde su l' martchi d' Djodogne. Avou ç' qui ça lî rapwârteûve, èlle ènn'aveût po quate grands tonias d' bîre di min.nadje à-z-aforer po lès djoûs d' batadje. Dèl bîre qu'èle côpeûve co avou d' l'aîwe di leû pus'. Èle ni t'neûve qui lès bokèts qui n' si vindin' nin : lès tièsses èt lès-abats. Dins totes lès pwârtéyes, i-gn-aveût todi bin on pus mwinre, one bièsse copitéye pa lès-ôtes, onk qui n' profiteûve nin, ni gayârd, avou one mwaîje fwète, ou one pate su l' costé. Ç'tila, li mau-crèchu, Clémence èl mèteûve à paurt, èle nè l' vindreût nin come sès fréres, i-gn-âreût qu' li qui sèreût cût ! On ragout d' lapin, ça vout dîre dès yèbes. Li tchau, èle li mèteûve à bagnî, trwès quates djoûs d'vant, dins-r-one grande taîle avou l' song, do vin rodje èt totes sôrtes di sauvadjès yèbes, di l'a, do pilé, do lawri, qu'èle saucleûve tot rabrokant di d'ssus l' tchamp. È co dès carotes èt dès-agnons, surtout nin rovî lès-agnons ! Totès martchandîjes qui crèchin' totes seûles dins s' djârdin èt dins lès chavéyes èt n' coster qui l' plaîji d' lès rascoude dins vosse divantrin. Li djoû d' vant, èle lès mèteûve à cûre dins l' brouwèt, après-awè ristuvé lès tchaus dins-r-one fricasséye di crètons po leûzi doner dèl coleûr. Totes lès tièsses si r'trovin' dins l' tchôdron avou lès peûmons èt lès coûrs, sins lès r'nos qui d'vin' dimèrer avou lès dos po qu'i fuchenuche bin vindus, èt l' fwète, qu'on-z-è freût one tèrine di pâté. Li mau-crèchu, èle l'aveût discôpé, pates di d'drî à paurt, cwachîyes è deûs, co deûs bokèts po l' dos, li cârcasse èto, èt lès deûs pates di d'vant. Li djoû qu'èle sièvreût lès lapins, tot timpe au matin, èle cûjeneûve one fricasséye aus crètons avou trwès-oûs po s'-t-ome. Avou ça à spales, i tinreût aujîymint jusqu'à prandjêre èt co s' fé plaîji dèl minme platenéye qui lès bateûs. Èlle achèveûve li sauce avou l' bocau d' song, èt saquants couyîs d' farène po l' loyî à boune sipècheûr. Divant do drèssî l' tchôdron al tauve, èlle aveût sogne do r'pèchî lès deûs bokèts d' dos dins-r-one losse èt d' lès tinre catchîs pad'zo l' sauce. « Vola m' ragout lès-omes, sintoz m' ça ? » Lès malureûs, avou leû stoumac' à vûde, djèrin' tot plin, quéne inéye ! : « Godfèrdome ! On-z-è prind ostant avou sès traus d' nez qu'al fotche ! » Li grande Clémence tineûve l'entrèprèneûr à gougne, èt lî lancî : « Monsieû Louwis, donoz m' voste assiète ! » Èle sitaureûve lès bokèts d' dos, bin calés dins l' losse, su s'-t-assiète da li. Lès-ôtes avin' leûs-ouys qu'avin' li dâr. Mins auwe, après ça ti pleûves rissatchî l' poûjète : « Bon ! Lès-omes, vos vos sièvroz bin vos-minme, don ! Faut qui dj' vôye sognî mès bièsses ! » Èle sitindeûve li losse à s'-t-ome, qu'atrapeûve, sins manque one tièsse : « Tins, one tièsse... mi, dji mindje co bin voltî ça, one tièsse ! » Après li, dins l' pèkéye, i lès plin' bin veûy voltî èto, lès tièsses ! Il è r'lèvrin' : qui, lès deûs kikines di massales, qui, li linwe tote ricroléye. I sayeront co do scrèper on poûy di tchau autou dèl gârguète, afîye sayî do finde li tièsse po trover l' mwèle ou sucî l' deûzyinme ouy dimèré dins s' trau. I brûteront dès lèpes su lès sclats d'ouchas po sayî l' gout dèl tchau. Avou branmint dèl chance, onk trovereût on keûr, l'ôte one fligote di peûmon, dès maîguèrlots stos d' crètons d' laurd, ou dès d'bouts d' cwasses disfirlicotèyes pa l' cûj'nadje. I-gn-âreût quate qui gangn'rin' al loterîye : quate diméys bokèts dès deûs pates di d'drî do mau-crèchu. À co bin qu'i-gn-aveût lès carotes èt lès-agnons po caler si stoumac'. Vous m' vêroz d'mander : « Mins, dins l'avancîye, n'avans n' nin pièrdu lès deûs pates di d'vant su nosse vôye ? » N'eûchoz nin peû, èle n'ont nin stî pièrdoûwes po tot l' monde ! Clémence, nâreûse tot-ute, n'inmeûve qui cès deûs bokèts là. Èlle aveût cût'né lès deûs pates èt lès palètes à s' façon, por lèye tote seûle, avou do vin blanc, dèl sipèsse crinme au lacia, èt dès pîds d' tchèyêre rascoudu au bwès. C'èsteût s' plaîji al grande Clémence do sucî li tinre tchau yinte sès lèpes, tot sondjant au wêre di cens' qui ça lî aveût costé. Nos-èstin' di famile di d' lon avou ç' crantchoûwe là come dijeûve Molière, mins nos, nos l' loumin' « vî rapiat. » Quand èle vos d'mandeûve one saqwè, vos v' p'lîz ratinde à one bistoke, mins au r'gârd do sèrvice, i n'aveût nin à fé lès comptes, c'èsteût todi lèye qu' î gangneûve. I vos faleûve co lès rawaîtî di d' près : on rosti d' pourcia, c'èsteût seûr d'one vîye trôye qu'aveût yeû si r'toûr d'âdje dispôy deûs-ans èt qu'on aveût sayî do rècrauchî po l'ocâsion. Si c'èsteût on djigot, c'èsteût l' cia d'on vî maîguèrlot d' bèdot qu'aveût yeû one baloûje dins s' tièsse, ou qu'aveût stî acsût pa l' tchèrbon. Èlle èsteût télemint rapiat qui minme ça, ça n' l'âreût nin rit'nu, l' Clémence. Tot l's-ans, i faleûve qui dj' lî vôye sowaîtî l' boune anéye. Èle ni s' rilèveûve pus trop rade, dj'ariveûve adlé lèye aviè noûv eûres. Dji m' sovin, tot coût après l' guêre, dè l'awè trové à si d'djuner. Tot l' monde sicrèpeûve su tot po l'amindjî, mins là, li matante Clémence, on rèbouré timpe-è-taurd su sès spales èt on laudje turban su s' tièsse, s'aveût achîd l' dos à li stûve di Lovin. Su l' tauve, do bûre, dèl crinme, trwès quate sôrtes di jèléye, do côrin d' poume èt d' prunes, dès botons d' guètes, do djambon, do salami, dèl maquéye, dèl bolète, èt on blanc pwin, laudje come one rouwe di bèrwète, qui v'neûve do rèche do for. Su l' plate bûse, on pot d' cacawô aveût do mau à catchî totes lès-inéyes qui montin' à m' tièsse. Èt Clémence sitaureûve li bûre su sès trintches di blanc pwin, lès plafoneûve di maquéye, lès rascouvreûve di jéléye, glèteûve su s' minton, èt rataqueûve... èt rataqueûve... Èle m'a lèyî astampé dins mès chabots à toûrner m' bobo dins mès dwègts, èt adon, yinte deûs mawiyadjes : « Tins li p'tit Maurice ! » Di ç' timps la, on fieûve chonance di n' nin conèche li p'tit nom d'on' èfant, on lî doneûve li nom di s' pa avou p'tit, pa padvant. « P'tit Maurice, ti m'as l'aîr bin èlèvé. » « Mèrci branmint dès côps, Matante ! » « Vos sowaîts sont bin djintis, vos r'mètroz lès minks à vosse maujone, vos savoz bin qui dj' n'a nin l' timps d'î aler, don. Come on vos-èlève si bin qu' ça, vos d'voz seûremint yèsse rilèvé dispôy on bon momint . » « Oyi Matante, i-gn-a d'dja bin deûs-eûres ! » « Adon, vos avoz seûr dèdja d'djuné, ôtrumint, dji vos âreû doné one jate di cacawô. À tot rade, pitit Maurice. »...

L'acopléye do dôdé

« On dôdé, c'è-st-on-ènocint. » Li ci qui m'a dit ça, c'è-st-on maîsse là d'dins. I s'î conèt. C'èst s' mononke èt s' vwèsin à l'Armand. Li Twène, Antwène si vos v'loz, c'èsteût-on vî ramechaud. On l'aveût spoté « Oulote » télemint qu' sès-ouys èstin' fwârt lon èri onk di l'ôte, come one oulote, à fwace do razouyî pa t't-avau tot. Èt, i voleûve co veûy èt soyu d'pus, dispôy qu'on l'aveût d'dja opèré on côp ou deûs di s' prostate. Di s' culote, ça lî aveût monté à s' tièsse, èt véla, ça toûrneûve à vûde.  ! Oyi, vos n' savoz nin qwè ç' qui c'èst qu'on dôdé ! Ça n' va nin yèsse aujîy à vos fé comprinde. Ça n'èst nin vraîmint one bièsse. Ça n'èst nin on mwaîs tch’fau nèrin. Mins c'èst d'pus qu'on fénèyant ou on bon à rin, èt on lî freût aujîymint acrwêre qui lès poyes ponenut su lès purnalîs. L'Armand, ci bièsse di grègne là, come èl dijeûve si vwèsène qui n'èsteût portant wêre pwârtéye po causer, c'è-st-on nin grand tchôse. Il aveût stî poûri pas s' mame qui purdeûve si-t-ome po dès brous, maugré qui l' fieûve viker à rin fé, lèye, èt qu'èle n'aveût pus qu'à avancî sès lèpes po l' bètchîye. Èlle aveût on sorîre come on pèchon lon èri d' sès-aîwes, c'èsteût l' mame sorèt ! Po 'nnè yèsse quite, si-t-ome n'a pont yeû d'ôte tchwès qui d' moru lon d'vant lèye. Tote rapaujîye, li mame, èlle èsteût co là vint' ans après. Come qwè, awè l' diâle è l' capotine, ça vos tint bin vikant ! Tènès lèpes èt bètchu nez come èlle èsteût, lèye qu'aveût d'dja èpwèsoné l' vikaîrîye di s'-t-ome, èlle a volu qu' ça continoûwe. Èlle a trové one saquî à mète à l'achléye : one djon.ne comére po s' fi-fi l'Armand. Èlle aveût trèvèyu one crapôde qui v'neûve dins l' vijnauve do timps d' sès vacances ; tote djon.ne, on bia p'tit mouchon. Sur on nuk di fustu, èle vos-a arindjî l'acopladje avou s' chou-chou. Li Minète, qu'on l' loumeûve, - dji n' sé pus si p'tit nom, si dj' l'a jamaîs soyu – s'aveût r'trové ècwadléye avou l'ôte ostâye divant do comprinde lès quèsses èt lès mèsses. Èt après ça, dins s' lét. Mins, minme ça, i nè l' saveût fé, ou n'impôrte comint, l'Armand. À s'-t-ovradje, c'èsteût fin parèy, si bin qu' leû p'tite cinse à toûrné à rin, èt c'èsteût l' Minète qui d'veûve fé boûre li tchôdron tote seûle : dès min.nadjes, on côp d' mwins adlé lès vwèsins. Oy mins, à fwace do fé dès min.nadjes adlé lès-ôtes, c'èst lès-ôtes qui volin' fé min.nadje avou lèye, èt lès côps d' mwins ça min.ne à dès côps qu' nos n' loumerans nin, malaujîy à dîre dins lès régues, tot ça. Mins aujîy à fé : vos avoz viké assez po m' comprinde ! I-gn-a todi dès mwaichès linwes èt dès djèriauds po laweter là d'ssus tot laudje : « Li Minète di l'Armand, èle tint mia su s' dos qu'one gade su sès cwanes. » Lès cias qu'è profitin', avin' dipus d' rastinance, i n' faut jamaîs assatchî lès moches sur on bon bokèt. I-gn-a qu' po lès bounès maujones èwou ç' qu'on mindje bin qu'on pout doner lès-adrèsses : on tint pus aujîyemint à quinze dins-r-one grande place qui dins-r-one tchambe ! Si vos sarîz come lès djins sont mèchants : i donin' à ètinde à l'Armand : « L'ôte djoû, dj'a vèyu vosse feume dins lès steûles... Èlle èsteût avou l' Rojer... » Moya, l'ôte poûrî, qui n'èsteût nin sbaré qui s' comére seûye tote seûle dins-r-one têre è trî avou on vwèsin. Adon, i r'tapin' one rôye pus lon : « Advant yîr, c'èsteût al sapiniére, ça chumeûve, ça chumeûve ! » Tot ç' qu'i troveûve à rèsponde li djan-cocoye d'Armand : « C'èst d' l'ovradje qui dj' n'ârè nin à fé ! » Dji v's-aveû bin dit qu' c'èsteût-on nâwe !

Li Rojer, c'èsteût l' pus gros martchand d' vatche dèl vile da costé, on mau-ontieûs, avou one tièsse come on tch'fau godin. Po vos dîre, tot vos causant, i n' lacheûve nin do r'churer s' nez, èt d' rôler dès bolètes yinte sès dwègts, lès razouyî on dêrin côp, divant d' lès lancî pa d'zeû si spale d'one piknaude, èt qu' ça fuche n'impôrte èwou ! I rawaîteûve totes lès feumes come dès bièsses à discôper : « Citèlla, èlle a on bia cu d' polin, li mèyeû èt l' pus tinre dès bokèts, c'èst todi dins l' grosse pîce ! » Ci qu'èst seûr, c'èst qu' l'atirance do Rojer s' pwârteûve dirèk su l' cu. Ça n'èsteût nin ci qu'i pleûve awè dins l' tièsse, nin po lès bièsses, i n'aveût rin à gangnî avou ça, nin po lès coméres pace qui tot ç' qu'i saveût dîre finicheûve pa : eûros, pwèd d' satch, èt stindéyes di têre. Li pére Oulote, i m' causeûve voltî dèl Minète, i guigneûve après : « Ti veûs, dj'âreû vint' ans d' mwins' èt dji sèreû co come divant qu' lès médecins ni m' sacadjenuche mi cinéma, èle mè l' dimandreût, dji t' lî freû s'-t-afaîre sèyance-tènante, sins r'nicter ! » « Dji freû one saqwè por lèye, djè l' min.nereû è voyadje à batia ! » Vo-l'-ri-la qu' sès-ouys toûnenut à vûde. « Taudje one miète, Twène, ti m'è boures plin m' casaque. Ti m' racontes dès faloutes. Ti n'as d'dja jamaîs trivièrsé l' Djausse ! Dji n' ti veû nin asplaner on grand batia one quinzin.ne di djoûs è l' Méditèranéye. » « Quî ç' qu'a dit Méditèranéye, èt quî ç' qu'a dit one quinzin.ne di djoûs. Mi dji sondjeûve à Paris avou one bilande, èt su l' fin dèl samin.ne. » « A ! Come ça, ça va : trwès djoûs, deûs nûts. » « Rataudje, por mi l' fin dèl samin.ne, c'èst come dins l' timps : do sèmedi au nût jusqu'au londi do matin. Nin dandjî d' pus po-z-è fé l' toûr. I-gn-a bin moyin d' lî dîre ci qu'on n' pinse nin on momint, mins al longue, on 'nn'a squ'al pupe. Èt qwè vous' qui dj' faîye sur on batia qui dj' n'î pôreû d'dja satchî one ligne ? »

I n'a nin qu'à mi qu'i 'nn'a causé, l'Oulote. I n' s'a soyu rastinre do raconter sès-idéyes à l'Armand, rin qu' po veûy l'èfèt qu' ça lî freût : « Dis, l'Armand, l'ôte djoû, dji m' pormin.neûve aviè mon l' Gârde, Vosse Minète, là, qu'èle fieûve li min.nadje dèl Fifine. Tot d'on côp, on-z-a ètindu l' tracteûr do Rojer, èle sipète su l' pas d' l'uch. I lî tape on côp d' sès lumerotes, èt, op ! Valèt, i n'è faleûve nin d' pus. Nin co cinq minutes di yute, èle dèmare avou si p'tite auto, à fond lès gaz.  ! m' coco, ça chumeûve sés' ! Èle t'èmantche li vôye do tiyou vente-qui-brute, tot drwèt su l' Nûsaut. Èle saveût èwou ç' qu'il èsteût à campagne po tchèrwer. Dji d'veûve justumint aler di ç' costé là po razouyî à one rote di singlés. Dji n'î âreû nin stî par èsprès... Djè l's-a vèyu. Èle ratindeûve su l' forêre au d' bout dèl têre. L'ôte, il achève si royon. I faît on d'méy-toû. I rabache li tchèroûwe po n' nin nauji sès-ostâyes. I zoupèle djus. Èlle aveût d'dja lès brès au laudje, mins i l'apice. I l' ritoûne. I l' côpe è deûs, èt i lî faît s'-t-ovradje, là, d'astampé, sins-aprèstances, sins rin, tot come on mouchon. T-ossi rwèd, i r'ssère si cingue. Li timps qu'èle si r'toûne, il èsteût su s' tracteûr, sins lî dîre on mot. Il a dèmaré su l' deûzyinme coûte. Il aveût lèyî toûrner l' moteûr. Ça n' li a wêre costé d' pètrole, sés', c'è-st-on rapide. I s'a r'mètu à tchèrwer come po rin. » L'Armand a astaurdjî l' Twène : « Ti t' rinds compte ! I n'a pont d' taudje ! » Vola come il èsteût l'Armand, il l' troveûve bèle do veûy li Rojer spiter d'on royon à l'ôte : quand' dji vos di qu' c'è-st-on dôdé ! « Vosse Minète, èlle a d'mèré là, lès brès au laudje, come one bauyaude qui ratind one saqwè, avou sès d'zos comèlés à sès pîds : èlle aveût vèyu passer l' TGV ! Èlle à r'monté tot ça. Èle s'a rarindjî tot somadjant, r'griper dins s'-t-auto por r'moussî adlé vos-ôtes. Èle n'èsteût minme nin rapaujîye, èt twè, tè l'as lèyî véla, tote seûle, po-z-aler ramin.ner dès botâyes vûdes au botique. » Pôve pitite va ! Èlle aveût co dès stwèles plin sès-ouys di tot l' cinéma qu'èle s'aveût faît dins s' tièsse. Èlle dimèrreût su s' fwin, come divant one binde po-z-anoncî on film. Vos 'nn'èstoz d'dja dès-ostâyes, sés' vos-ôtes ! Tins, dji n'âreû nin lès mènes sacadjîyes d'ostâyes, djè lî âreû bin propôsé on plan. On n' laît nin lès djins insi ! À prume qu'èle va bin, parèt ! Lès djins dîjenut qu'èle faît bin s' paurt, qu'i n'a nin dandjî do tinre li bride, qui ç' n'èst nin vos qu'a l' gros dèl bèsogne ! » Li Twène âreût bin volu qu' l'ôte lumeçon lî ènnè dîye dipus, mins il âreût polu moru d' fwin, l'Armand n' lî à rin dit, labèle, façon d' causer, i n'î conècheûve rin. « Ê ! dji t' di ça èt dji n' di rin, dji n'èsteû nin d'zo l' lét. Ti duvreûs soyu ça mia qu' mi. Mi, dji n' so nin djalous. Dispôy qu'il ont chwârchî dins m' vinte, tot m' bazâr toûne à vûde. Mins dji so come lès djoûweûs d' fotbal qu'ont tapé djus, minme si dji n' djoûwe pus, dj'inme co bin do rawaîtî lès matchs, èt dji sé co dispaîrî lès bons djoûweûs dès mwaîs. Èt po fé l' cumulèt, i-gn-a wêre qui taperin' one mastoke dissur twè po t'acheter. T'as d' pus d' chance qui t' pa. Ti mame, ça n'èsteût nin one afaîre. Èlle èsteût sètche come on stèpia d' pwès d’ Rome. I n'aveût rin à sucî d'ssus. Pwèson come èlle èsteût, po cès afaîres là, èle diveûve li fé roter al vèdje, tot l' grûlant come on' èfant qu'a ausse après dèl jèléye. Dji m' fieûve do mau por li. Dj'âreû volu, rin qu'on seûl côp, l'èmin.ner po qu'i veûye ci qu' c'èsteût-one boune ocâsion. Djè lî ènn'âreû trové one solide, one oufoûwe, avou dès botes jusqu'à sès d'gnos èt dès doudounes rapaujantes, èt dès lèpes come one boûsse au laudje, nin one gueûye di sorèt mwârt... I 'nn'âreût tint l' sov'nance do r'ssinmiadje ! » Èt quand l'Armand a stî oblidjî do sèrer botique, c'èst l' Roger què lî a racheter totes sès bièsses sins-awè à taper d'ssus. « I t'as prins totes tès bièsses ! » Nin seûr qui l' Minète î troveûve si compte avou l'ôte pourcia, mins èlle èsteût binauje d'awè stî r'mârquéye par on gros. On' ome avou l' pôrtèfouye tot laudje di gros biyèts. I l'zî mostreûve, mins sins-î touchî. Èle n'ènn'a jamaîs vèyu l' coleûr qui d'au lon. Ostant ènn'aveût-i d'dja d'né à dès coureûses di roûwe, - di rouwalètes, dîreû dj' – ostant aveût-i sinti qu'i p'leûve cougnî l' Minète po rin, lèye qui voleûve tot-au d'pus, s' tchandjî sès îdéyes d'avou s' mayî. Po rin, c'èst seûr qui ça l' rimplicheûve co d' pus d' plaîji, l' poûri pèse-boûs : « Li tot, ci n'èst nin do gangnî branmint, c'èst do dispinser wêre ! » Lès caurs ; i n' sondjeûve qu'à ça. On l'aveût asclèvé là d'dins tot djon.ne. À totes lès fièsses, èt nin rin qu'al Sint Nicolès, on lî doneûve dès p'tits biyèts, tot noûs. Èt l' gamin tineûve dins sès mwins l' boun-an da papa, da maman, da papi-man, da mami-pa, da tonton Pîre, da matante Bèrta... I s'aveût rade yeû abitouwé à li spècheûr do portchès èt au chîltadje dèl manôye qu'on lî fieûve compter èt r'compter divant d' lî apicî po l' mète à place. Quand on lî d'mandeûve : « Qu'avoz yeû po vosse boun-an ? » Li gamin qui n'aveût nin co chîj ans rèspondeûve : « Dès caurs ! » Po sès pauques, on lî aveût d'né one bèrbis, one mére plin.ne. Come èle n'aveût yeû qu'on djon.ne, li pa, truqueûs tot laudje, à mètu on deûzyinme agna ôrfulin astok à l'ôte, tot fiant crwêre à s' gamin qui l' bèdot aveût yeû one djèrmale. C'èsteût ça l' plaîji do pére : ricèper lès planètes dès djins, rimète lès cautes, trafiquer su l' pwèds dès vias. Il aveût bon di s' sinte li maîsse èt do yèsse li seûl à soyu. Po sès quinze ans li p'tit Rojer èsteût d'dja al tièsse d'one fameûse sitauveléye : dès bèdots, dès boûs. Tot l' poûssant qui s' pa î mèteûve n'èsteût nin ètranjér à ça. Li scoladje po yèsse èlèveû èt martchand d' grossès bièsses èsteût achèvé : li cia po l' cougnadje aveût stî faît al grosse morbleû.

	« C'èst lès feumes qu'on pâye qui costéyenut l' mwins' ! »

Come po tot l' rès', lès coméres ni comptin' qui po dès caurs. Li Rojer s'aveût marié su l' taurd avou one « èritance » kwinkieûse èt mau toûrnéye, mins ardente al bèsogne. Sès têres èstin' djondantes avou lès sènes. Li r'membrimint gratis' aveût rindu l' comére bèle. Co pus picecrosse qui li po lès liârds, lès afaîres di coûr èt lès cougnadjes su l' cârpète, n'èstin' qui dès bwagnes-contes èt do timps pièrdu. Li Rojer lî aveût faît pwârter dès cwanes, qu'èle n'âreût soyu passer s' tièsse pa l' grande pwate dèl grègne, avou totes lès tchêrès churepots, ou bin lès mouchons tchaîs d' leû nid come li Minète. Chitaud come il èsteût, l'Armand n'a jamaîs wasu trové à r'dîre su l' vikadje di s' feume avou l' pourcia. Ci qu'i n'a nin sopwârté, c'èst qui s' Minète lî raconte one aute istwêre. Divant di s' marier, èlle aveût vèyu voltî, sins jamaîs awè one jèsse avou li, on p'tit Brusselaîre, li Jokè, qui v'neûve passer sès condjîs nin lon èri d'adlé lèye. Trinte ans pus taurd, i s'ont r'trové. Il ont sayî do r'mète su pîds leûs sondjes di djon.nia, èt portant : « Lès-amoûrs, ça n'èst nin come dès cârbonâdes, ça n' gangne rin à-z-èsse ristchaufé. », come li Twène èl dit. Li Jokè aveût byin tchandjî : di trop ; p'tit pèpêre, pitite grîje moustatche, pitite boudène, pitite calote. Po s' maleûr, il èsteût trop coût d' tos lès costés. Pont d' chance po l' pôve Minète ! Dins sès capougnadjes, si-t-ome l'Armand, èt s' galant, l' Rojer, èstin' dèdja al potau d'arivéye, adon qu' lèye, ènn'èsteût co à l'èstchaufemint. Avou l' Jokè, ça a co stî pîre : i n'a jamaîs soyu mète li pîd dins li struvîre. Bin djinti avou s' linwe au tèlèfone, mins ça n'èst nin avou ça qu'on faît on bon roncin. Quand' èlle a raconté citèllâle à l'Armand, èlle âreût mia faît di s' taîre. Ça tchèyeûve mau, li gros loûrd, i cominceûve à trèveûy qui s' feume èsteût mèyeûse avou lès-ôtes qu'avou li. Dins leû lét da zèls deûs, èle fieûve avou ç' qu'i saveût fé. Èle fieûve chonance. Mins ôte paut, avou lès cias què lî pingnin' li poûy do bon costé, èlle aveût do rèspondant. Come i n'a jamaîs rin comprins à l'ansine di gade, i l'a traîtî d' tos lès noms. I l'a minme tchèneté, come on dit amon nos-ôtes, èt d'pus d'on côp. Il a atrapé l' Jokè pa l' gârguète. Come i s' sinteûve qu'i 'nn'èsteût lès causes, li maîguèrlot s'a lèyî gnoukter sins s' disfinde. Po chaper, li pôve Minète n'aveût pus qui s' lét po ratinri s'-t-ome. Tot ça pace qu'èlle aveût stî franche avou li. Come on dit amon nos-ôtes : « Rin dîre, c'èst s' taîre ! » Èlle î âreût d'vu sondjî : « Come on n' m'a rin d'mandé, adon dj'a clapé m' bètch ! » L'Armand, come dji vos l' dijeûve, i n'a jamaîs rin faît d' sès dîs dwègts. Audjoûrdu, il è spotche co mwins'. Autoû di s' maujone, ti dîreûs on dèpôt d' gobieûs. Tins, i n' va minme pus à l'yèbe dins s' pachis ; ça lî sièvreût à qwè, i n' ramasse nin lès frûts. Li Twène, l'Oulote, m'a dit : « Djè lî a faît r'mârquer qui dj'aveû faît l' toûr di s' tchamps d' miséres, qui ça n'èsteût wêre bia astok di nos maujones. Èt bin, ti sés bin ç' qu'il a faît ? I n'a rin r'nètî. Il a jusse drèssî on panau à l'intréye : « Propriyèté prîvéye, disfindu d' moussî ! » » « Il âreût mia faît dè l' pinde au cô di s' feume !...»

Lès « Mon Diu » èt lès « Qu' a dit »

Dins nos p'tits viladjes, on s' conèt n-on l'ôte tortos. Dins l' minme vôye vos p'loz réscontrer cinq côps l' minme nom d' famile. C'èst pus aujîy di s'î r'trover avou lès spots ! Dji n' vos lès va nin mète su papî véci. On-z-è r'causerè dins-r-on-ôte lîve pus taurd. Dins totes li binde, i-gn-aveût lès deûs fréres « Qu'a dit » èt lès deûs soûs « Mon Diu » Lès deûs fréres, deûs vîs djon.nes-omes, vos-arin' tinu one diméye djoûrnéye à laweter sins-awè rin à dîre. Tot ç' qu'i d'mèreûve do tchafiadje, c'èsteût lès « Qu'a dit » qui potchin' foû d' leûs lèpes, t-ossi bin po lès drovu qu' po lès r'ssèrer. Il avin' dès bins lon èt laudje, dès têres à pétrâles, pèsantes èt aurziyasses, dès grossès bièsses su lès dîs-èctâres di pachis autou d' leû cinse. Èt c'èst là d'ssus qu'i vikin' : deûs pôves come lès pîres. Lès cias dèl tévé, il arin' sitî binaujes do lès polu mostrer dins leû p'tite bwèsse, vikant come dès bièsses èt fin parèy à zèles. C'èst co sovint cètila, qui sont lès prumîs à r'conèche, quand i nos baltéyenut avou lès-abitudes dins nos campagnes, qui lès bièsses valenut bin lès djins... Come di jusse, lès « Qu'a dit » n'avin' jamaîs yeû l'ocâsion do trover chabot po leûs pîds. Èt pwis, i n'aveût nin d'pus dandjî d' ça qu'one cinquyinme rouwe à on tchaur ; avou leûs djoûrnéyes à sognî lès bièsses, lès véladjes, lès fouréyes, li maus', l'awous', lès tchèrwadjes, lès batadjes, èt co lès djoûs d' tchèsses, èt co lès djoûs po sofler, qui sont co pus naujichants qu' lès djoûs d'ovradjes.... On vwèsin aveût dit au pus djon.ne dès deûs : « Ci qu' vos faureût c'è-st-one comére ! » « Qu'a dit ? s'i faureût co waîtî à ça au d' dizeû ! » aveût-i rèspondu. Il èsteût d'dja ozé pa l' daladje di tos lès djoûs. Si frère m'a on côp dit : « Donoz lî lès papis à fé - Qu'a dit - c'èst li qui faît l' feume. » Atincion, ni m' fioz nin dîre ci qui dji n'a nin dit : i n'a rin là d'dins qu'a à veûy avou tot ç' qu'i s' passe pad'zo l' cingue. Tot djondus qu'il èstin', i n' si min.nin' nin come dins on yoyo. Sins pont fé d' chichis, li pus djon.ne bouteûve aus bidons come li cinserèsse qu'i n'avin' nin. I nè l'zî faleûve nin grand tchôse po viker, avou on rin, il èstin' binaujes. I s' tchaufin' au bwès, dins-r-one vîye sitûve di Lovin. Li pot èsteût pèté, chaque anéye, i l' richapin' à l'aurzîye. Bon insi po fé l' fricot èt s' tinre au tchôd è culot d' l'iviêr : « Nos-ôtes – qu'a dit – nos n' nos tchaufans nin au mazout, ça flaîre byin d' trop – qu'a dit ! » Seûr qui vos-aloz trover ça plaîjant, vos, qu'a on tchaufadje central èt qu' totes vos places sont surtchauféyes, minme si l' brût dèl tchôdêre vos dispiète à totes lès-eûres. Mins lès « Qu'a dit » ni vèyin' nin voltî lès tchandjemints, èt po leûs bwaches, i s' sièrvin' co dèl ricèprèce, dèl sôliète èt do fiêrmint. I n'avin' co pont d' tronçoneûse - vroum-vroum – po fé dès brûts à vos skèter lès-orâyes. Qui ç' qu'èst dins l' bon : zèls ou vos ? Totes lès places dèl maujone avin' li coleûr – èt l' gout – dèl fumêre qui machureûve ossi bin lès fotos d' leûs parints, qui l' mémento do martchand d'engraîs. On n' trèvèyeûve pus l' moustatche di leû pa èt l' fleûr d'oranjer d' leû man qu'au d' triviè d'one sipècheûr di chites di moches èt d' soufe di bwès brûlé trop vèt'. Po l' cûjène : c'èsteût al grosse môrbleû, tot jusse ci qu'i faut : « Qu'a dit : nos-ôtes on n' mindje quausu qu' dèl grosse sope avou on bon bokèt d' crèton quand minme, - qu'a dit - » Li pus djon.ne, li feume, m'aveût dit : « Li sope, c'èst d'dja d' l'ovradje, djè l' faît l' dîmègne po tote li samin.ne. Qu'a dit, èle tint bin al cauve. Minme qu'à l'awous', èlle èst co mèyeûse al fin dèl samin.ne... » Sins frigo, là waîte ! Si c'èsteût d'dja tot jusse po l'amindjî, po l' bagadje c'èsteût co byin pîre. À m' chonance, i n' divin' wêre soyu ci qu' c'ènn'èsteût... On djoû, quéquefîye bin qui l' solia èsteût catchî pa l' lune, là-t-i nin qui dj' lès trouve à l'ovradje à tchandjî lès linçoûs ! Bin seûr !, qu'i dârmin' èchone : po s' tinre au tchôd n-on l'ôte, èt n' po nin s' sièrvu d'on deûzyinme lét. Ni m'oblidjoz nin à vos r'mostrer : dins nos viladjes, on n'èst nin come ça ! I m' faut bin r'conèche qui dj'ènnè conècheûve onk di boc-èt-gade : li seûl di s' sôrte dins tot l' canton. Po fé roter l'afaîre, i lî faleûve prinde li trin, aler squ'à Brussèle. Li djoû d'audjoûrdu, dji wadje qui l' mutuwèle lî r'pâyereût s' coupon pace qu'il èst contraîre aus-ôtes ! Bon ! Po-z-è r'vinu aus « Qu'a dit », èt au djoû qu'i rèmantchin' leû lét, vos d'voz bin sondjî qui lès linçoûs, i n' lès tchandjin' wêre qui l' samin.ne dès quate djudis. I dârmin' pad'zo one sipèsse coûrtèpwinte di plumes di canârd sitauréye au d'zeû d'one couvêrte. Èle rilûjeûve di nwêr come one twèle cîréye. I s' contintin' dè l' rissatchî au mia tot lès matins avou leû baston d' lét. Lès léts au mitan dèl tchambe, ça n'èst qu' d'audjoûrdu. Adon, lès léts èstin' tortos raspouyîs à one murâye. On n' saveût passer qu' d'on costé. Èt po n' nin-z-awè à lès r'ssatchî di d'la, on r'mèteûve li linçoû èt l' couvêrte avou on baston. Après-awè r'toûrné leû payasse, dins-r-one flaîrante nûléye di pouchêres, lès « Qu'a dit » avin' rimètu l' couvêrte pîd po tièsse. Ça sintireût l' fromadje pad'zo leû nez saquants nûts, mins ç' bwârd là èsteût mwins' lustré qu' l'ôte, à fwace d'awè stî r'tinkî pa dès grossès mwins jamaîs r'lavéyes, sauf divant leûs bolètes di makéye. Al place di m' dîre on bondjoû, l' pus djon.ne m'aveût arin.né : « Qu'a dit, on duvreût fé l' min.nadje pus sovint. Tot r'ssatchant l' lét, mi frére a r'trové s' casaque di tchèsse, qu'on catcheûve après dispôy li dêrène traque ! » Li bon timps boucheûve à l'uch, mins lès matins èstin' co fin blanc d' rèléye, il aveût l' gote à s' nez, bin filante, èt i ratrapeûve li tchandèle tot r'niflant jusse divant qu'èle ni tchaîye. I m'a sièrvu on cafeu. L'aîwe poûjîye au saya po l'aprèster, avoz d'dja l' mitan dèl coleûr do ci qu'èsteût dins m' jate. « Faî atincion, qu'a dit, li nûléye qu'a tchaît là deûs djoûs a satchî nosse bigau jusqu'à nosse pus' – on bon pus' savoz, jamaîs sins-aîwe – mins po l' momint, èlle è-st-one miète djanausse. » Nin sbarant si totes lès vènéyes dès stauves courenut d'dins ! Mins l' pîre, ça a stî quand i m'a sièrvu m' jate su l' bwârd do batch do saîwè. Maugré sès r'nifladjes come on boû, dji n' so nin seûr qui l' tchandèle qui fieûve li yoyo al pwinte di s' nez, n'èsteût nin tchaîte didins ! Divant do bwêre, dj'a sèré mès-ouys et priyî sinte Pèlajîye po l' cocote.

Lès soûs « Mon Diu », c'èsteût fin parèy qui lès « Qu'a dit », deûs vîyès djon.nès fèyes, tot-ossi nantîyes, sins l' soyu, èt sins l' mostrer. On lès-âreût d'vu marier èchone, qui vos m' dîroz ; pus aujîy à dîre qu'à fé. I faut qui dj' vos rèpète qui dins nos campagnes, nos djins n'ont wêre di timps po-z-î sondjî : jamaîs l' timps do fé toubac'. On n'a nin dandjî do Loto, dès condjîs dins d's-ôtes payis, èt co èto, d'istwêres di pagnas qui n' duvenut jamaîs durer d' pus d' timps qui lès cènes da nos bièsses. Si dj' vos cause di d'ça, c'èst qu' nos deûs soûs avin' one bastaude. Po causer come è francès, on dîreût « one èfant naturéle », come si tos lès-èfants nè l' sèrin' nin tortos, naturéls ! Quand' i n'a pont d' pére, à m' chonance, on duvreût putôt dîre surnaturél. Liquéne dès deûs èsteût-èle li mame, on nè l' saveût nin. Zèles minmes l'avin' quéquefîye bin rovî, li djon.nète aveût d'dja vint' ans. Adon, ni m' dimandoz nin qui qu'èsteût l' pére : c'èsteût-on' acsidint. Li p'tite èsteût ravaléye à nivau dès bièsses dèl cinse. Li Maria, li pus vîye dès « Mon Diu » - èsteût-èle li mame ? - l'aveût èvôyî adlé l' médecin avou on mot po lî dîre qwè : « Dji v's-èvôye noste ènocin.ne quatôze, qui ça n' lî va nin po l' momint. On n' sét nin ç' qu'èlle a atrapé. Vos lî d'vriz fé on « chèque-eûp' » » Ça s'aveût passé on mwès après l' nût qu' nosse pitite aveût pièrdu ç' qu'èlle aveût dispôy si skèpiadje : si-t-ènocince. Èle n'aveût wêre l'ocasion di s' pormin.ner, tènoz, c'èst jamaîs lèye qu'on âreût v'nu qwêre po présinter dès cotes. Èle fieûve bin trwès côps l' pwèd, aujîymint, dès bâres-à-boles qui lès présintenut po l' dêrène môde. Èle n'aveût vraîmint rin por lèye, fagotéye dins-r-on satch, moussîye à l'ôrlicote, one calote rèfoncîye jusqu'à sès ouys, mins : « I-gn-a d' si laîd posson qui n' trouve si couviète ! » Vos m' p'loz crwêre, i-gn-a todi bin on marlau qui trin.ne tot sayant do purdjî s' crampe. On bèrlandeû, qu'aveût v'nu travayî à djoûrnéye al cinse, aveût bin oûdé qui l' crapôde aveût mau s' vinte, qu'èle bètcheûve après d' l'«amour » come dins lès fouyetons dèl télé : lès cias qu'on sût one samin.ne dins-r-on tchèstia, l' sûvante à l'ospitau, èt l' trwèzyinme pad'vant l' juje. Dèl nût, li Roméo dès campagnes aveût gripé pa d'zo lès panes adlé l' mam'zèle. Il aveût sautlé d'on tchaur di foûre su l' poli. C'èst là qu' lès « Mon Diu » ècrauchin' on gros moncia d'auwes po lès vinde au Noyé. Èt do twèt do poli, pa l' bawète, il aveût ascauchî dins l' nid dèl djon.nète. I n'aveût nin yeû dandjî do branmint causer divant di s' mète à l'ovradje po-z-astiquer nosse Titine. I chumeûve télemint fwârt qui l' crapôde n'a pus soyu s' rastinre do fé l' rèclame di l'opèracion. Ça a dispièrté lès mames. Li brigand a d'vu saut'ler pa l' fènièsse po chaper à leûs côps d' baston, il a passé yute do twèt do poli po r'tchaîr dins lès-auwes. Saîsîyes, èle s'ont stramé à l'aveûle dins l' campagne po l' chîje trawéye dès r'nauds, dès fawènes, èt dès vèchaus. Lès « Mon Diu » ont stî trover l' champète : « Qwè ç' qu'on v's-a faît come twârts ? » « L'ârtisse nos-a dit qu'i n'ènn'aveût bin po deûs mile cinq cints-eûros. » « L'ârtisse ! Vos avoz faît sognî vosse fèye par on'ârtisse ! » « Ô ! l' Titine, èle n'a pont yeû d' mau, on lî aveût rademint rispaumé s' pompe avou one tisane èsprès po lès fèyes èt lès veuves. C'èst l' mére Quèwat' qui nos aveût d'né li r'cète, dèdja après qu' nosse crapôde eûche siképyî, là vint' ans. Lès deûs mile cinq cints-eûros c'èst po nos-auwes, c'èst po ça qu' nos-èstans là ! » Dj'a stî bièsse. C'è-st-one saqwè d' malaujîy à d'mander. Dji n'a jamaîs wasu l'zî causer di d'ça. Èt portant, dji wadje qu'èle n'arin' nin stî jin.néyes por on franc si djè l'zî âreû d'mandé li r'cète po l' fordjètadje. Dj'èsteû r'çû là come on prince : « Moussoz d'dins, ni d'mèroz nin su l' sou, mon Diu mon Diu, Maria faî l' moussî, satche lî one tchèyêre, mon Diu mon Diu, chôrtoz v' d'astampé ! » S'achîre, ça n'èsteût nin l' pus aujîy avou totes lès tchèyêres tchèrdjîyes, là, d' gazètes, pus lon, d' loques à ristinde, véci d' pots d' fleûrs èt d' bidons à r'nètî. Li Maria sayeûve d'atraper l' coquia qui bètcheûve dins l' pwin su l' tauve, tot-z-arin.nant l' « surnaturéle » qui bauyeûve tot laudje à ratinde : « Titine, al place do d'mèrer l' bouche au laudje à n' rin fé, ti pôreûs tchèssî lès pôyes quand' i-gn-a one saquî ! Mon Diu mon Diu, rote mi satchî on posson d' bîre au tonia qu'on vint d'aforer... Mon Diu mon Diu, siya, on vos va sièrvu on vêre. Èt tchèsse co Laïka djus dèl tauve. Ti sés bin qu'i n'a nin l' drwèt do yèsse dissus qui quand n's-èstans al loce, èt qu'i n' pout ramasser lès grumiotes qui d'vant qu'on lès chove al têre ! » Laïka, c'è-st-on brâve pitit tchin, nin èburtakant por one mastoke, tchaurné avou lès poyes, jenre tchin d' rate crwèjlé avou one bûse di stûve. Totes dès cougnes qu'on n' sét nin d'èwou ç' qu'èle vègnenut, èt byin mwins' di place qui trwès batchs à rèlîre po trîyî al môde d'audjoûrdu, èt i vos r'cicleûve « Bio » , s'i vos plaît bin ! Saquants minutes pus taurd, ènondadje di tos lès diâles, Titine, èle voleûve bin aler al bîre, mins èwou èsteût-èle li clé dèl cauve : « Mon Diu, mon Diu, Maria, ç' n'èst nin vos què l'a ? » Èlle ont yeû bau nachî dins totes lès cwanes, dins totes lès drèsses, yinte lès deûs linçoûs, lustrés au d'la pace qui c'èst véla s' place : pont d' clé : « mon Diu, mon Diu ! »... Èlle ont, à tot pris, volu fé passer l' Titine tièsse pa pad'vant pa l' rayèle. C'è-st-adon qu' l'aute soû, « mon Diu ! » à r'trové l' clé pa d'zo s' trwèzyinme cote. Èlle aveût bin nachî dins sès d'zos, mins nin lon assez. Èlle a rademint couru al cauve, po satchî Titine pa pad'dins, do timps qu' pad' foû, si soû sayeûve do fé sôrtu l' surnaturéle tot tinkant su sès djambes. Ç' côp ci, èlle èstin' à trwès à ègrin.ner lès « Mon Diu, mon Diu » d' disbautchance. Lès deûs soûs, pougntéyes èt copitéyes pa l' Titine ècwadeléye dins l' rayèle. Au d' triviè d' nos campagnes, tot aveût tchandjî aviè 1965 quand on s'aveût ataqué à l'autoroute qui va d' Brussèle à Lîdje : li payisadje, lès djins, l' maniére di viker. Li vinte dès têres n'aveût nin stî aujîy. Lès mam'zèles « Mon Diu » avin' sitî oblidjîyes di s' disfer d'one laudje binde dins leûs bins. Èlle avin' trové totes lès astandjes possibes po n' nin vinde... Li dêrène qu'èlle avin' trové divant do ployî, c'èsteût do yèsse payîyes avou dèl manôye : « Vos compurdoz, nos, mon Diu mon Diu, nos n'avans pont d' compte... Li banque c'èst po lès cias qu'on dandjî do pruster. Nos-autes, nos n'avans wêre mins todi assez di ç' qu'i nos faut po bin viker. Nos n' nos sièrvans nin dès grossès machines qui n'a nin dandjî, mon Diu mon Diu ! Nos-avans tot ç' qu'i faut avou lès bins qu' nosse pa èt nosse man nos-ont lèyî... Nos l'zî avin' promètu di n' jamaîs vinde, mon Diu mon Diu... Mins pusqui nos-î èstans oblidjîyes avou l'«orthoroute »... » Orthoroute : do Grec orthos, qui vout dîre drwèt... come one autoroute. Il ont bin d'vu s'î fé èt leûzî r'mète on milion, one valîje di biyèts ! « Mon Diu mon Diu, c'èst co branmint pus bas di ç' qui ça n' vaut. Cès têres là, c'èsteût nos mèyeûses. I n' l'arin' nin soyu fé passer pus lon èri d' nos, leû-z-orthoroute. Mon Diu mon Diu, oy, djè l' sé bin qu'on-z-aveût dit oy, adon, bon insî... » Saquants anéyes après l'ètêremint dèl pus vîye dès deûs, li pus djon.ne qui roteûve à crosse aveût stî placéye à l'ospice à Djodogne. Come ça d'veûve aler dins cès maujones là, on lî aveût d'mandé do lèyî sès ôrrîyes èt sès caurs au burau à l'intréye. Èlle aveût r'nicté dins s' baube, mins po fé come tot l' monde - à ç' qu'on lî aveût dit -, èlle a fini pa lachî s' cabas. Quand' on aveût faît l' lisse di tot ç' qu'i-gn-aveût, on aveût trové one cassète qu'on n’aveût nin wasu aurdé. On l'aveût stî pwârté au r'civeû, li minme qu'aveût yeû à payî l' vinte dès têres. Il a compté qu'i-gn-aveût là d'dins por à pau près l' mitan dèl vinte. Come i n' saveût nin èwou ç' qu'èlle èsteût l'aute mitan, il a sayî do soyu qwè adlé l' vîye mam'sèle : « Bin oyi, c'èst m' paurt, mon Diu mon Diu, dji n'a nin l' cène di m' soû. Qwè ç' qu'èlle ènn'a faît ? Bin èle nè lès-a nin dispinsé, â ça !, non.na... Qwè ç' qu'il ârin' dit nos parints... di d' lauvau padrî lès stwèles, s'on-z- âreût yeû dispousselé... Ci qu'èlle ènn'a faît di s' paurt ?... Bin, c'èsteût da lèye... Adon, mon Diu, mon Diu, djè l'a mètu astok à lèye dins s' vacha... » On n'a nin wasu distêrer l' magot, bin qu'on dit todi qu' lès caûrs ni sintenut nin... Èt dji n' vos dîrè nin dins l' qué ç'mintîre qu'èle si r'pwase...

Lès-aprandjêres do sint Djôsèf.

« Dji so fin parèy à sint Djôsèf : dji travaye li bwès, dj'a dèl baube èt dji pwate dès cwanes ! »  po ça, li pére Jaki, i n'aveût nin do song d' pèchon ! Vèf di s' feume dispôy lontimps, ci qu'i d'djeûve là, ça n'èsteût qu'one couyonâde. Po ci qui d'mère, c'èsteût l' vraî. Pensioné tchaurlî, il aveût monté dès tchassis al dîjin.ne, bâtî dès tchèrpintes, dès meûbes, èt minme cèkler dès pèsantès roûwes di tchaur. Tot-on momint, po djouwer au sint Djôsèf, au Noyé à l'èglîje, il aveût lèyî crèche si baube. I n' mindjeûve nin do curé tos lès djoûs, èt ça n'èsteût nin on crapaud d' bènitî nèrin. Come tos lès Walons, i saveût an'mète lès-idéyes da tot l' monde. Dèdja divant do djouwer au sint Djôsèf, èt co d'après, il aveût todi pwârté one sipèsse moustatche come nos ratayons lès Gaulwès. I vikeûve adlé one di sès fèyes, mins il èsteût pus sovint su tchamp su vôye dins si p'tite deûs-tch'faus. Po l' trover au nid èt l'arin.ner, vos d'voz tchaîr à s' dos su l' côp d' prandjêre, tot coût après qu'il eûche ovré à si stoumac'. Si vos tchaîyoz po l' jate di cafeu, vos p'loz r'ssatchî l' chaule : « Vos purdoz one jate avou nos-autes ? » Sins ratinde li rèsponse, si fèye aveût d'dja drèssî les grandès jates, nin dès p'tits machins, jenre dé à keûze à-z-èsprèsso, non.na : dès laudjès jates, on n'èst nin dès gamins ! Adlé l' Jaki, lès-omes s'achidenut su l' banc qu'il a monté li-minme èt qui prind tote li longueû dèl tauve, dos al fènièsse. Di l'aute costé, lès pèsantès tchèyêres po lès-ètranjérs èt lès coméres. Tortos savenut bin qu'èlle ont à si r'lèver al dêrène broke po couru aus platenéyes, bouter à l'amindjî èt aus bidons. « On' ome avou one lavète è sès mwins, c'è-st-on-ontieûs d' pus dins l' min.nadje ! » Quand l' jate èst drèssîye, sès deûs keûdes calés su l' tauve, li Jacky satche one lampéye yinte sès lèpes. « Cré miliârds, il èst bolant... taudje one miète on l' va rafrèdî. » Èt come si, ça sèreût lî, li maîsse dèl maujone, i vos r'batise li jate d'one lampéye di pèkèt jusqu'à ra.ausse dèl copète. Li botâye èsteût d'dja su l' tauve divant qui l' buzète ni lèye passer l'inéye dèl nwêre èt fwate abwêre. Asteûre, ratièni, i pout laumer s' cafeu... Lès jates vûdîyes : « One pitite gote ? » Èt i vos-è r'ssiève one mèseure. « Rataudje, c'èst jusse po ramasser l' suke qu'èst dins l' cu dèl jate, c'èst do Grand-pont, i n' fond nin aujîyemint. Ça pourciate li goût do pèkèt. » Li rispaumadje yute, i vos-è r'mèt one diméye jate. Li botâye, ça n'èst nin one botâye di tos lès djoûs, c'è-st-on cruchon d' têre cûte avou one ètiquète riclapéye au d'dizeû dèl cène qu'a sièrvu d'vant. À chaque botâye, ça tchandje. I-gn-a-wêre dandjî d'ènn'awè one grande. On n'î mèt qu' l'anéye. Tot jusse on p'tit bokèt d' bôrdûre d'on fouya d' timbe dèl posse. Èt, s'on n' sét pus ci qu'i-gn-a d'dins, on n'a qu'à cheûre li botâye èt mète li flote à s' nez po r'conèche li goût. C'èst qui nosse Jaki arindje sès-abwêres li minme. Pa côp, dès brouwèts fwârts come dès caboléyes, mins èto dès sucréyès machûres avou dès cèréjes, dès prunes, dèl pwêre. Èt co mia qui ç' qu'i poureût yeû sur one ètiquète, li Jaki vos ètèrtint dèl prov'nance dès frûts di s' pachis, do pure alcol qu'i va qwêre amon Dèscampe à Djibloû, dès brichôdadjes qu'il èmantche po fé s'-t-abwêre : «Citèllâle, èlle a stî faîte al ripasse... Èlle a stî r'boloûwe au cu...» C'è-st-insi qu'à chaque cafeu bèvu, nosse bon sint Djosèf, vos lampeûve one diméye jate di pur alcol. Il è bèveûve bin one cintin.ne di botâyes par an. Atincion, i n' bèveûve nin tot, tot seû, il aveût one grosse parintéye, dès soçons tot laudje, èt dès byin pus-aspanses qui mi. Si bia-fi lî d'neûve on côp d' mwin, èt s' crapôde ni ratcheûve wêre su l' canârd di bokèt d' suke trimpé d' pèkèt qu'èle tèteûve yinte sès lèpes. Èt c'èst qu' ça bwèt bin, savoz, on bokèt d' suke ! Il aveût l' dâr èto po l'amindjî : « Ci qui m' plaît co bin c'èst do jubier, ou do singlé : dins l' pourcia tot qu'èst bon, minme lès peûmons... Tins, ti faîs riv'nu ça avou dès-agnons, one miète di vin rodje... C'è-st-one miète lèdjêr', mins dji m' ralètche ! Quand' dj'a stî à l'ospitau po m' keûr, i n' mi donin' pus rin à bwêre èt wêre dipus d' l'amindjî, on mèchant p'tit bokèt d' tchau spès come on dominô qui m' tchèyeûve dins li stoumac' come dins-r-on pus'. Dj'a dit qui dj'n'aveû pus mau èt pèter èvôye au pus rwèd. » Ça vos chonerè quéquefîye disgostant d' vos raconter qu'il a moru a d'pus d' quatrè-vints-ans, adon qu'i bricoleûve co avou one camarâde do viladje d'a costé. One Brusselaîre, qu'aveût vint' ans d' mwins' qui li, ostant dîre one crapôde. Dispôy on quârt di ciéke – quand dji vos di qu' c'èsteût-on sint Djosèf – i l' rapaujeûve do yèsse mariéye avou on' ome qu'aveût l' fîve-lin.ne, èt qu'aveût r'mètu sès yût djoûs po tot. « Ç't-indyin là, i n' touche pus al tchau, nin al tauve, nin dins s' lét ! » Novia dins l' viladje, nosse pensioné aveût stî uchî dins-r-on ministêre, èt il aveût aurdé s' kèpî què lî aveût sièrvu po s'-t-ovradje. Quand' il aveût tapé djus, po rinde bon d'vwêr à s'-t-an'ministrâcion, il aveût discosu lès deûs lètes su li d'vant di s' tchapia : M.M. On vèyeûve co lès traces, à l'aurviêr, come po l' Sint Suwaîre, èt l' pére Jaki, n'è rateûve jamaîs one po fé dès djeus d' mots : Man.nèt mouzon, maîguèrlot manikèt, mafléye maclote, makète à marine, mènîr marlou, mièl à moche, moflasse mokion, moron d' moche, mononke à molon, monsieû mau-moussî. Lès vwèsins, one miyète pus amichtauves, l'avin' sipoté « li grand moflasse ». Vos vèyoz di d'ci l'ovradje qu'il aveût d'vu r'mouwer au « Ministêre dès Monumints » Li djoû qu'i s'avin' crwèjlés, li blouwète èt l' Jaki, ça aveût stî romantique au d'la. C'èsteût l' mwès d'vant lès-élècsions au viladje dèl mam'zèle. Li mayeûr aveût d'vu ravancî l' soper al tripe qu'il èmantcheûve chaque anéye po l' fièsse. Come i n'aveût pont d' programe, i-gn-aveût qu' ça po polu li rapwârter lès saquants vwès què l'arin' co t'nu au tchôd po sèt' ans. Li Jaki, i saveût todi bin èwou qu'i-gn-aveût d' l'amindjî èt d' l'abwêre. Minme s'i n' vôteûve nin dins ç' viladje là, il aveût covèriner po s' trover aus bounès places. I d'neûve on côp d' mwin po sièrvu al cûjène èt au comptwêr al bîre. « Ti vwès, m' soçon, por one bèle fièsse, i faut do solia èt dès bèlès crapôdes ! Divant, dji d'djeûve todi ça, mins asteûre sés', avou l'âdje, on d'vint spèpieûs. Li djoû d'audjoûrdu, c'èst l' solia sins lès crapôdes, ou bin lès crapôdes sins l' solia, on pout todi bin s'ènn'ocuper à yute ! Â, dj'a bin tchandjî va ! Dji m' rastrind, i n' mi faut pus qu'one saqwè al fîye. » Al tripe aus-élècsions, li grand moflasse, s'aveût achîd au pîd d'on' aube bin lon èri do brût d' l'acordèyon, dès-inéyes di tchaus caboloûwes èt d'agnons. Il aveût rabatu l' pène di s' calote dissus sès ouys po n' nin yèsse asblouwu pas l' solia, èt n' nin yèsse disrindjî dins s' fîve-lin.ne. Si feume, avou s'-t-assiète di cârton è sès mwins, aveût stî qwêre si paurt di tchau, èt, èle aveût stî sièrvoûwe come èle ni pleûve mau d'î sondjî. Èlle aveût dèl cougne, one divanture come one tchanteûse d'opèra, èt on cu come on cavale di brèsseû ; on dit ça come ça pace qui tortos savenut bin qu' lès brèsseûs sognenut leûs tch’faus avou dèl drauche. Tot vèyant rôler totes cès grâces là pad'vant s'-t-obète, li Jaki s'aveût sintu pèrcé binauje, bin di sqwêre avou lès foumes di ç' mouchon là. I s'aveût sintu près' à lî tinre lès pîds au tchôd sins pus ratinde. Il aveût taurdjî po l' sièrvu, èt prinde li timps d' lî raconter lès pus pèsantès fauves qu'on poleûve prinde à l'aurdrwèt come à l'aurviêrs. Tot ça pad'vant sès soçons, coriants, ossi losses qui li, cût dins l' minme casserole èt qui poussin' li flote pus lon avou dès faloutes todi pus crausses, jenre di djeu d' tènis', dès lawetadjes trop salés po yèsse prins à bon compte. « Lèyoz lès dîre, Mam'zèle, c'èst dès diâles tot-ute. Ratindoz dji m' vos va qwêre one blanke tripe, Vos l' voloz longue comint ?... èt bin rwède ? » Tot razouyant come on warache, li ptite cote plaquéye su lès rondeûs fine frèches di tchôd : « Avou l' solia qu'èst pèsant, lès ridaus plaquenut aus fènièsses ! » Li « P'tite grosse do moflasse » aveût atrapé dès massales fine rodjes avou l' vin, lès-inéyes dèl cûjène èt l' solia d' prandjêre. Èle fieûve li mau-ontieûse à chouter lès saléyès colibètes, mins Jaki sinteûve bin qu'èle pièrdeûve pîd èt qu' i n'âreût pus wêre à taurdjî po lèver l' bokèt. « Dji pinse bin qu' ça comince al kèkî dins s' fondemint ! » Si l'ovradje aveût stî faît sins twèlète, lès ramadjes dimèrin' à l'av'nant ! Quand' èlle a riv'nu qwêre on deûzyinme bokèt d' tripe, li Jaki, saveût qu' l'afaîre, s'èle n'èsteût nin co dins l' satch, purdeûve tournûre au d'la d' sès ragrançadjes. Avou si p'tit dwègt drèssî è l'aîr, il a stindu al mam'zèle on vêre bin sièrvu d' rôsé plin à ra.ausse, èt adon, tot lèvant l' cink : « À vosse santé à tortos, èt al boune vosse, mi ptite dame ! » Il aveût présinté l' boune santé à tortos èt à lèye à paurt. Èle n'aveût nin co achèvé do vûdî s' vêre qui : Tot tchantant come è francès : « Èlle èst dès no-os' ! Èlle a bèvu s' vêre come nos l' no-os' !... Il a co avancî d'on scayon : “ ! Faut qui dj' vos rabrèsse. C'èst come ça amon nos-autes quand on-z-a bèvu èchone. » Il aveût couru jusqu'àdlé l' Djoni, l' djoûweû d'armonica, lî d'mander « Viva Èspana ». Avou tos sès soçons, il avin' tchanté tortos au pus fwârt. I s' sinteûve capabe di lî d'ner lès deûs-orâyes èt co l' quèwe, come ça s' faît dins lès coridas. Mins, contraîre dès-Èspagnols, nin pad'vant tot l' monde. Li « grand moflasse » aveût d'dja ralé tos seû à s' maujone, odé pa totes lès djins, ripachî pa lès-inéyes di ç' qu'i n'aveût nin mindjî, sô di ç' qui lès-autes avin' bèvu. « Voste ome n'èst pus là ? » « Dji nè l' veû pus monsieû Jaki. » « I s'a p'tète bin pièrdu. I n'aveût wêre l'aîr do yèsse d'ataque dins sès cayèts, faut cachî après ! » Sèrviauve, li bèsogne achévéye divant qu'on n' rataque al vièspréye, li Jaki l'a èbârqué dins s' deûs tch'faus. Il ont stî cachî pa tos costés après l' « MM », à paurt èwou ç' qu'il âreût polu yèsse, mins bin dins lès p'tites paujêrès cwanes, à l'orêre do bwès d' sapins, padrî one môye di foûre. Yute d'one cope d'eûres, li pére Jaki aveût r'prins s' place al fièsse : « Cré miliârd, lès coméres... I faît swèlant èt dj'âreû bin fwin, Lès capougnadjes, ça vos strind. » a-ti dit tot r'ssèrant on crin à s' cingue. Lès dêrènès anéyes di s' vikaîrîye, àprès l' jate di cafeu, rispauméye al gote, - man.nèt bokèt d' suke -, ri-rispaumadje al gote èt cigarète rôléye al mwin, li Jaki dijeûve : « Dji m' va qwêre mi paquèt d' toubac' ! » Sovint, di l'après-prandjêre, on vèyeûve li deûs-tch'faus padvant l' maujone do « Ministêre dès Monumints ». Li « sint Djôsèf » î aveût prins sès-aujes, i mousseûve véla come à s' maujone, tot d'djant : « Ê ! grand, va on pau pormwinrner t' calote à l'uch tant qu'i faît bia ! » Si l' timps èsteût al pleuve, li jenre ni tchandjeûve wêre : « Ê ! grand, dispêtche tu divant qu'i n' plouve, èt n' rovîye nin t' calote po mète ti pôve tièsse à yute. » I n'âreût nin volu qui l' tièsse da l'aute âreût yeû stî frèche : tortos savenut bin qui l' crouweû aîde al crèchance dès cwanes, èt l' Jaki ni fieûve nin tot ça po qu'on l' sôye, nin po s' mète à l'avant, come lès mwaîs-fieûs dèl vile. I fieûve ça simplimint po s' santé èt l' cène di s' mayon. Sès soçons avin' profité yinte quates-ouys di branmint dès sècrèts su sès amourètes. I parètreût qu'i-gn-a minme onk d'aviè Djodogne, qu'ènn'a scrît trwès lîves, sins loumer leû nom. Mi dji n' wasereû, sauf citèle-ci, quéquefîye : li Brusselaîre aveût faît valu sins trop s' fwârcî, quand i lî aveût mètu l' prèssion : « Dispôy li timps qu' ça n'a pus sièrvu, dj'a rovî comint qu' ça rote. » Li pére Jaki, lî a bin soyu mostrer qui, come po bagnî èt-z-alér à vélo, fé l' grosse gâtèye, ça r'vint tot seû !

Li mwin.ne

Asteûre qui mès-èfants ont quité l' nitéye, èt qui m' comére m'a tapé à l'uch po-z-è r'prinde on pus djon.ne, dji m'a stî rèclôre à Orval, adlé lès mwin.nes. On n'î pièd nin s' timps, on faît dèl trapisse. Ô ! I-gn-a nin co trwès mwès qu' dj'a moussî véla, èt c'èst mi qu'èst l' pus maîguèrlot ! Dji n' pou nin co dîre mèsse, c'èst co trop rade ! Èt avou tot ç' qu'i s'a d'dja passé dins m' vikaîrîye, quéquefîye bin qui dj' n'ârè jamaîs l'ocâsion ! Il ont tortos dès longuès brunès cotes, mins mi, dji n' so qu'on « p'tit-frére ». C'èst po ça qu'i m'ènn'ont doné one à paurt, pus coûte, jusse po mète au d'zeû di m' culote. Èle tchaît al mèseure di mès fèsses. Vos d'vrîz veûy come ça m' va bin ! Vos m' p'loz crwêre, qu'èst-ç' qu'on s'amûse bin véci ! Waîte ; dj'âreû comincî pa ça, putôt qui d' m'aler èmacraler avou one comére, dji m'âreû yeû dirèc trové su l' vôye qui min.ne au stwèlî ! On s' lève al pikète do djoû po cinq eûres. On tchante saquants pâtêrs al tchapèle, èt après on-aspale one tartine come one roûwe di bèrwète do pwin qu' nos fians nos-autes min.mes, avou one sipèsse trintche di fromadje qui nos fians nos-autes minme, èt one boune trapisse doze dègrés qui nos fians nos-autes min.mes èto : c'èst come si t'âreûs mindjî on biftèk po tote ti djoûrnéye. Mi, èt lès pus djon.nes mwin.nes nos n'è p'lans bwêre qu'one. Mins l' Pére di tos lès mwin.nes, i vos faut veûy ça ! Dès côps qu'i-gn-a, i va bin jusqu'à chîj, rin qu' do matin ! Li pére Djôsèf, li ci qui waîte à mi, i m' dit : « Waîte bin, nosse pére à tortos, pad'zo d' quate ; il a sès niêrs. Rote rademint t' catchî, pace qui si tè l' rèsconteures dins lès coridôrs avou t' cwade mau sèréye su t' vinte ; po seûr qui t' sèrès d' corwéye. Padzeû cinq, ti n'as pupont d' plis à fé po t' vinte, ti courreûs co à cu mièrnu qu'i n' ti vwèreûves ! » Après ça, nos-autes lès pus djon.nes, nos-alans bouter do timps qu' lès pus vîs vont fé leûs pâtêrs al tchapèle. Tè lès-ètinds tchanter jusqu'à prandjêre : awaîte, avou tos ç' qu'il ont bèvu ! Lès-autes : i sont-st-au lacia adlé lès vatches po l' fromadje, i sont-st-au tchamp po l' wadje, i sont-st-al prèsse po fé djaurner l' malt èt fabriquer dèl bîre. Mi, dji n' fabrique rin, dji so trop djon.ne dins l'ansène di gade, ça faît qu' c'èst mi qu'èst d' corwéye : dji r'nètîye lès pichelotes, dji r'loquetéye al têre, dji m' va qwêre lès gazètes au cabarèt qu'on-z-a èmantchî pad'vant noste intréye. C'èst todi l' fèye do cabaretî, Mèlîye, qui m' lès done. Ça, c'è-st-one nondidju ! Ô ! Pardonoz-m' Sègneûr ! À prandjêre, li Pére Supérieûr moûwe one pâtêr inte sès dints. N'a pus nin onk po r'conèche liquéne, surtout lès djoûs qu'i manque lès montéyes do réfèctwêre. Après ça, nos mindjans one grande târtine come one rouwe di bèrwète do pwin qui nos fians nos-autes minmes, avou one sipèsse trintche di fromadje qui nos fians nos-autes minmes, èt nos bèvans one boune trapisse doze dègrés qui nos fians nos-autes minmes èto èt c'èst come si t'âreûs mindjî on biftèk' po tote ti djoûrnéye. Di l'après prandjêre, li Pére Supérieûr èt s' sècrètaîre, i vont co priyî al tchapèle. Mi, èt l' pére Djoséf, nos-alans au botique po vinde lès bîres. C'èst tote li Bèljique qui passe pa d'vant nos, t-ossi bin lès Flaminds qu' lès Walons. Lès djins nos rapwatenut leûs batchs di bîre vûdes èt il è r'vont avou dès plins. Por zèls, ça l'zî costéye mwins' tchêr do v'nu lès qwêre adlé nos, èt por nos, ça n' nos costéye rin : on n' pâye pont d' patinte, pont d' TVA, nin one mastoke in ! Nos n'èstans nin dès brèsseûs, c'èst po dès bounès-eûves. Faut veûy lès djins qui vègnenut veûy comint ç' qu'on-z-è-st-ayèssî ! Lès botâyes qui chiltéyenut su l' tchin.ne po lès rimpli d' bîre. Lès batchs nos-arivenut jusqu'au comptwêr. Mi, djè lès pwate dins lès-autos dès djins do timps qui l' Pére Djosèf compte li manôye. Faut l' veûy dins s' grande brune cote avou sès-ârtias d' prétcheû mièrnus dins sès sandalètes, on dîreût l'Avièrje qui boute au Sarma ! Djè lî a d'mandé au Pére Djosèf' : « Èwou ç' qui ça 'nn'è va tos cès liârds là ? » Pace qui nos-autes, nos boutans, nos boutans tote li djoûrnéye, mins nos n'è vèyans jamaîs l' coleûr ! Dji vou bin, nos-èstans lodjîs, nos-èstans noûrîs, on nos r'mousse à comére, èt co, di l'iviêr, à pîds d' tchau come ça, sins culote pad'zo vos cotes, quand l' vint è-st-al bîje ou qu'i nîve : on n' pout nin dîre qu'on-z-èst si bin rabiyî qu' ça ! On n'a minme nin nosse dîmègne, s'on voureût s' payî one pitite lin.ne ! Quand totes lès pratiques sont-st-è raléyes, li Pére Djosèf èt mi, nos rarindjans l' botique, et, nos-è profitans po-z-ènn'aspaler saquantes è catchète ! Quand on tint l' poye il l' faut soyu plumer ! Su l' côp d' chîj eûres èt d'méye, nos nos r'trovans tortos po l' soper. Nos-autes, nos-èstans tortos scrans, mins l' Pére Supérieûr li, il è-st-à s'-t-afaîre. Nos mindjans one grande tartine come one rouwe di bèrwète do pwin qu' nos fians nos-autes minmes, avou one sipèsse trintche di fromadje qui nos fians nos-autes minmes èt nos bèvans one boune trapisse doze dègrés qui nos fians nos-autes minmes èto, èt c'èst come si t'âreûs mindjî on biftèk' po tote ti nût. D'abitude on duvreût mindjî sins motî, dji di bin d'abitude, pace qui, avou tos lès droles di brûts lachîs pa nosse Pére Supérieûr, ti t' crwèreûs à on match di fotbal do Standârd. Après, au chlop ! Li Pére Djosèf èt mi, nos lodjans dins l' minme tchambe. Nos djouwans aus cautes jusqu'aviè dîj eûres, adon, i 'nn'è va. dji nè l' divreû nin dîre, mins, si on vout yèsse bin avou l' Bon Diu ?... Èt c'èst jusse ci qui dj' di ! I 'nn'è va, èwou, dji n' vos l' sâreû dîre. Mins quand i rabroke li lèddimwin do matin, il èst scrans, nauji. Il a dès grètes tot plin s' dos, tot 'squ'à sès massales qui sont-st-à song... Ayîr, li Pére Supérieûr m'a faît uker po m' dîre : « Li samwin.ne qui vint nos vos-alans fé mwin.ne ! » Èt audjoûrdu, dji dwè passer à cofèsse adlé li. Dj'a compté, à prandjêre, i 'nn'a bin bèvu sèt’ ! Por mi, c'èst dès gayes, dimwin dji sèrè mwin.ne. Mèlîye m'a d'mandé d' tot copèser. Èle voleûve qui dj' vôye avou lèye. Èle m'a rabrèssî qui dj'ènn'a co dès tchaleûrs. Ça m'a choné bon, mins djè lî a dit : « Â ! Non.na.  ! Non.na. Dj'a d'dja d'né on côp ! » Surtout qu'asteûre avou l' covint d' bèguènes qu'on vint do drovu astok al nosse, li Pére Djosèf, m'a acèrtiné qu'on-âreût mwins' lon à couru ! Li matrassî

Adaptation d’un extrait de « De la salade » Roman d’Armel Job Présentée au concours organisé par la Fédération Royale Luxembourgeoise Culturelle Wallonne et Gaumaise du Luxembourg Belge. Ci bokèt ci n'a nin stî corèdjî al môde di ç' qui dj' vôreû bin. Il è d'mèré tél qui dj' l'aveû pésinté Li Frèdo ; si comére Louwîse n’areûve sitî là, il areût dwârmu d’dins : dins s’ camion ! « Mi yut’ » come il l’ lome, come li grand yut’ di fiêr pindu à chipète dissus li d’vant. C’è-st-on agayon qu’ lès-Amèriquins avîn’ tapé là, su l’ bôrd dèl vôye al filéye dèl guêre. Quand vos l’ purdoz pa li d’vant, vos dîrîz veûy dès laudjès lunètes qui catchenut lès boles dès-ouys d’one oulote sipèsse come one môye di foûr. Pa d’zo ça, bin pingnîye, fine blanke, rilûjante, riglatichante au solia, c’èst come one laudje pèsante moustatche què lî tchaît su s’ minton. Drèssîyes di chaque costé dèl parechoc ; deûs-antènes, come deûs cwanes, achèvéyes pa dès rodjès lantiènes, trianenut à chaque côp qui l’ bièsse si dispiète. C’èst tot ç’ qui lès tchèts èt lès poyes, apés su l’ vôye, vèyenut dèl bièsse, divant d’ rèclôre leûs-ouys po d’ bon. Lès cias, pa mirauke, qu’arîn’ yeu chapé à li d’vant, arîn’ bin tchèyu mwârt d’astampé, rin qu’a veûy li d’drî ! Ci n’est qu’one bène avou one indjole sins cu ni tièsse, prèsse à rider al mwinre pitit choyadje. Li gueûye d’one trèmouye osse. Dès rouwes à dints grignenut. Lès tire-satchs chîlenut. Lès courwès chifèlenut. Lès manètes sautèlenut. Ét dès batchs di totes lès cougnes, tos comachîs : one èplausse, on flègmon ! Lès-Amèriquins s’è sièrvîn’ come machine à bate lès dinréyes. On d’veûve èforner lès djaubes pa l’ trèmouye, èt lès s’minces, rinètîyes di leû bale di pâye, tchaîyîn’ dins lès satchs agriftés aus tîyaus di d’zo. Nosse Frèdo li aveût trové one bèsogne què li rapwârteûve bin d’ pus. Avou lès dinréyes, i n’ènn’aveût po bouter qui dèl fin d’ l’awous’ jusqu’aus prumèrès djaléyes. Tot l’ monde n’èst nin cinsî, mins tot l’ monde à one bèdréye à s’ maujone ; si nin deûs, si nin d’ pus ! Après saquants-arindjemints, Frèdo aveût parvinu à fé moûre dèl lin.ne di bèdot à s’ machine… Èt, i s’aveût mètu matrassî. I-gn-aveût co wêre di matras qu’èstîn’ bourés di r’ssôrt di fiêr à c’ timps-là. One payasse, ci n’èsteût qu’on grand satch di twèle rimpli d’ flotches di lin.ne. On s’i stind d’ssus fin long. On s’ cotoûne saquants côps po bin prinde si foume, èt op ! c’èst po tote ti nût sins paupyî. Dèl matinéye, vosse comére vint drovut lès fènièsses èt r’tourner lès payasses po lès ranairî. Al l’ longue, li lin.ne si racrapote, divint deure… I-gn-a pus qu’a uker l’ matrassî !… L’indjole mousse è l’ coû. Frèdo diskeûd lès twèles dès matras - plats come dès rin.nes – qu’on late à sès pîds. I mèt s’ machine à l’ovradje. Èle brûtîye di tos lès diâles. Èle triyane di tos lès costés. On côp qu’èlle a atrapé s’ bon trin, èle si rapaujîye po rascoude lès fligotes di lin.ne dins s’ trimouye. Li pouchêre vole plin l’ coû. Li vint l’èpwate : one nûléye vèsse di cane ! Li lin.ne, batouwe, sofléye, rinètîye, potche foû dèl tiyau di d’zo… Frèdo n’a pus qu’a rassèrcî l’ twèle plin.ne come on-oû. On s’ daurereût d’sur lèye po l’èstrimer sins taurdjî. Lès bèdréyes achèvéyes, Frèdo èst nwêr come on chovion. I ratche. I tosse. I cheût sès loques. I r’chaurbut s’ nez dins-on grand rodje mouchwè d’ potche à blancs pwès, t’ossi laudje qu’on drap d’ mwin.. I satche si vèssîye di pourcia, si toubac èt sès fouyes foû di s’ potche. I s’è rôle one, I l’alume. I satche dissus. I ravale li fumêre. I l’ ridjète pa sès traus d’ nez come deûs soflèts d’ trins à vapeûr. Il èst pèrcé è l’idéye qui ça li r’nètîye sès peûmons. I s’ rècrèstéye dins sès pouchêres. Il èst tot binauje quand i tosse come on vî r’naud. C’èst qu’i boute, li !. I n’a nin peû d’ossî ! I sint bin qu’on l’ riwaîte. I n’ lache l’ostèye qu’on côp scran mwârt djus. I d’vint sankènaîwe. Amon lès cinsîs, on veût voltî d’yèsse sankènaîwe ! Li mia d’ tot, c’èst lès skèrnaches dins sès paumes, li bokèt d’ dwègt què li manque, si cingue di cû po s’ drompûre… « Vos froz vosse compte, Frèdo ? » « Cint francs pîce, nosse dame ! » C’èst tchêr èt vilin, mins ça vaut l’ pris. Frèdo prins on chame, èt s’achide à l’ tauve. Li cinserèsse li d’mande s’i vout bwêre : « On p’tit pèkèt, Frèdo ? » « I n’ vos faut nin drovu one botâye por mi, savoz ! Dj’inme ostant one jate. » Èle li sièt one jate di r'bolu dèl cafetiére à busète, qui d’meure d’astok tote li djoûrnéye su l’ plate bûse. « Dji m’ vos va qwêre vos cens su l’ plantchî. » Èle si sièt dèl pris d’ l’ovradje dins s’ boûsse qu’èst catchîye yinte deûs linçoûs dans l’ grande drèsse. Frèdo ramouye si dwègt po compter lès biyèts. I lès r’plôye dins s’ portèfouye. I lès r’mètrè à s’ Louwîse qui lès r’montrè su l’ plantchî èto, dins s’ catchète da lèye. On côp qu’on a stî payî, c’èst come quand on a stî priyî po mougnî. I n’ vos faut nin dire : «Panse plin.ne, a r’vwêr marin.ne ! » ça n’èst nin come i faut. I vos faut taper one divise. Li cinsi s’ plind do timps, trop sètch, trop frèch, trop tchôd, trop frwèd. Frèdo è risquéye one : «Vos âroz one miète di foûre, sins manque ?! » «Anéye di foûre, anéye à r’moûre ! » Qwè v’loz rèsponde à ça ? Frèdo fait sine qu’ayî dèl tièsse. Nin dandjî dè dîre biacôp po s’ bin fé comprinde .I vwèt voltî lès cinsîs. Il è-st-a s’-t-auje avou zèls. Do timps d’ guêre, il ont todi bin yeu assez po viker. Èt tot ç’ qu’il ont, i l’ont d’vu rauyî d’ fwace al têre qu’i vikenut d’ssus. Lès cinsîs èt lî, c’èst todi minme aîr, minme tchanson. I n’ sârîn’ lèyî crèche one saqwè à s’ mode. I n’ sârîn’ lèyî one saqwè come èlle a stî èmantchîye. Ci qui vèyenut èvi, c’èst l’ noû ! Frèdo, i n’ sâreût s’èspêtchî dè tchipoter à one saqwè què li tchaît è sès mwins sins li r’mète à s’ goût. I veût èvi l’ noû ; sins manque, sins grète. I veût tot ç’ qu’è-st-autou d’ li come on disdut d’ tos lès diâles. I li faut todi l’ radrwètî èt l’ rimète à s’-t-idéye. À campagne, i n’èst binauje qui quand i veût lès têres rarindjîyes pa l’ovradje dès-omes : on tchèrwé d’ royons fin drwèts, dès dîjas alignîs au cwârdia, one patûre sins tchèrdons, dès fis d’arcas clawés come one ligne di tch’min d’ fiêr, one banse di cayaus ramoncelés al cwane d’on pachis. Lès rampioules, lès bouchons, lès spines, ça l’ faît monter à s’minces. Au bwès, i n’ènn’a qu’ po lès sapins qui crèchenut à l’alignemint po l’ noyé qui sût. Li ru, i n’èst binauje qui dè l’ veûy sitron.né po passer d’zo l’ rouwe do molin. Li cinsî, i s’ dwèt bate sins r’lache avou s’ têre tos lès djoûs què l’ Bon Diu li done. Si têre, i n’i r’waîtreût, èle li donereûve dès fènasses, dès tchiproules, dès viêrs-goyèts, dès fouyants, do mildiou, do tchamossé. Cultiver, c’è-st-èspêtchî l’ têre do couru à malvau ; èle toûnereût à misére. I lî faut mète dès-astos ou do bin, èle vos stofereût divant qui v' n’auyoche li timps do dîre pape ! Sins wêre si broûyî, on pout acèrtiner qui l’ cinsî veût pus voltî l’ cwârdia qu’ li tch’fau ; pace qu’il l’a d’vu drèssi, li lacia qui l’ vatche ; pace qu’il l’a d’vu mode. Lèyîz todi cès deûs bièsses là è lès mwins d’on sot dèl vile po veûy ci qu’i ‘nn’èva advinu ! Quand lès grusias raplatichenut lès frumints al têre, quand lès plaîves pourichenut lès fistus, c’èst nin tant lès piètes qui rindenut Frèdo èt lès cinsîs pèneûs, ô non.na ! Dès dinréyes, on-z-è trouve di tos lès costés ; è l’Amèrique, è l’ France. On n’arè nin fwin po ça : i-gn-a jamais yeu ostant d’ canadas ! On s’ ratraperè su l’ suke aus pétrâles ! Ci qui lès rind pèneûs, c’èst leûs-ovradjes qu’ont stî mèsbrijîs. Li pîce èsteût tant bèle ; lès fistus come dès soudârs à l’alignemint. Frèdo lès waîteûve crèche di s’ camion, li ployant di s’ brès raspoûyî al fignièsse au laudje. Li dimègne di l’après prandjêre, li cinsî fieûve on toûr su s’ pîce po yeu l’ouy dissus, waîtî r'croler lès pautes. I s’astampeûve à on pikèt, on fistu d’ dint d’ tchin yinte sès lèpes, fin binauje di s’-t-ovradje… Èt vola… Tot a stî cochèté, distrut, spiyî, sacadjî ; come sitauré par on canon qu’areût passé on rèdjimint d’ soudârs à pîds al faus… Li têre a r’prind sès brokes, li têre a gangnî… I-gn-a d’ qwè braîre sès ouys tot foû !…

Li dêrène sôrcîre   

     Mari d'amon Tchatchâle, Alice d'amon l' Pate : li quéne dès deûs faut-i rastinre come li dêrène dès sôrcîres ? Èle dimèrin' totes lès deûs dins nosse viladje, à one pichîye one di l'aute, nin lon èri d' nosse cinse.

Vos m' dîroz qui ça n'ègzistéye pus l' djoû d'audjoûrdu ; one sôrcîre... èt portant ! Li Gustâve, li grand d'amon l' Bârbi, carèsseûve à Sclimpré, di l'aute costé do bwès d' Wayindje. Al vièspréye, tos lès ovradjes achèvés, i purdeûve si baston, èt èvôye pa l' vôye do tiyou po r'trover s' comére. Binauje l'ome ! I chifloteûve yinte sès lèpes dins l' chavéye di têre tot rotant à s'-y-auje. Èlle èst quausu rascouvroûwe èt r'ssèréye pa lès bouchons di spènes. Tanawète, i lî faleûve ascauchî one wârebêre plin.ne d'aîwe, drovoûwe là pa lès roûwes dès tchaurs. Vola qu'i tchaît buk à buk avou on grand nwêr tchin, dès mèchants-ouys què lî bolenut foû di s' tièsse. Li bièsse è-st-à l'arêt. Èle grûle. Èle ritrosse sès lèpes su sès dints d'îpe. Li Gustâve è-st-one miète èbaubyî. I n'a jamaîs vèyu ç' tchin là su s' vôye dispôy qu'i tchèsse à Sclimpré. Èt, véla come aus Maujones dès Bwès, i n' veût nin da qui ç' qu'èle poureût yèsse. Mins l' bièsse grogne asteûre ; prèsse à saut'ler. Gustâve voureût bin continouwer s' vôye. I-gn-a nuk dès deûs qui vout r'culer. L'ome lève si baston, èt i flâye, i flâye, tant qu'i sét, su l' gueûye, su lès rins, dins lès pates. Il a ètindu croquer on' oucha, èt l' tchin pète èvôye su trwès pates tot ba.ulant... Rabroké à s' maujone su l' taurd, Gustâve à broké dins s' lét sins pus sondjî à l'istwêre èt passer s' nût d'on côp d' fèrè... Li lèddimwin, su l' côp d' noûv eûre, l'Alice mon l' Pate a v'nu au lacia come à s'-t-abitude. Èlle aveût one lèpe findoûwe èt l' brès dins l' plâte. Come on l'aveût vèyu 'nn'aler à pîds, abiyîye à dîmègne li djoû di d'vant, on n' lî a nin d'mandé èwou ç' qu'èlle aveût passé l' nût : ça n' si faît nin. Mins èlle aveût seûr atrapé on rude côp d' baston ! Gustâve n'a pus jamaîs crwèjlé d' tchin tot l' timps qu'il a min.né ansène... Aveût-i rèscontré one sôrcîre ? ...

Ci djoû là, al vièspréye, on-aveût yeû do mau à fé r'moussî nosse bèle rodje è stauve. Dèdja su l' pachis, èle s'aveût tapé dins lès filochés. Èle s'aveût faît one longue chèrnake su s' panse dins lès fis d'ârca. On âreût yeû dit qu'èlle èsteût bèrzingue, mwate sôle. Gustâve à faît uker monsieû In.ne, l'ârtisse : « Nos n' savans nin ç' qu'èlle a atrapé là ! C'èst nosse mèyeûse doneûse, nos nè l' vourin' nin piède. » Peû qu'èle ni boudje, on li aveût mètu one bèlique èt l'alachî à one crépe. L'ârtisse à toûrné tot autoû dèl bièsse. Ça n'a wêre taurdjî : « Mon Diu mès djins, dji n' sâreû pus rin fé po vosse vatche, èlle a-st-atrapé l' florète ? » « Li florète ? C'èst qwè por one bièsse ça ? » « C'è-st-one vwèlète qui s' mèt su lès-ouys, èt vosse bièsse ni vwèrè pus jamaîs. » « Èt i-gn-a pus rin à fé ? » « Mi, dji n' sâreû todi pus, savoz ! Mins si vos conèchoz one saquî què l' poureût sègnî... pa côp ça passe ! »...

Tote li famile aveût d'dja stî toûrner trwès djoûs, chaque à leû toûr, autoû dèl tchapèle da sinte Wivine, tot d'djant sès pâtêrs, mins po l' bièsse ; c'èsteût tot fin parèy, èle toûrneûve à rin ! « Dji m' va trover l'Alice. » a-t-i dit nosse Gustâve, «On dit qu' c'è-st-one sôrcîre èt qu'èle tint ça d' sès parints, mins i-gn-a tant dès djins qu'acourenut à s' maujone po leû mau, qui dji wadje qu'èle sègnerè bin nosse vatche. »... L'Alice à moussî è stauve, toûrner trwès côps autoû dèl bièsse avou on grand lîve qu'i-gn-aveût one saqwè di scrît al mwin en d'dins, èt l' lîre, tot mouwant yinte sès dints. Po l' dêrin toûr, èle s'a sièrvu d'one brantche di pauquî trimpéye dins dèl bènite aîwe po sègnî l' vatche. « Vola, dj'a faît, asteûre vos continoûweroz vos-minmes à dîre one noûvin.ne à Sinte Wivine. » « Combin ç' qui nos vos d'vans ? » « Rin ! Si l' bièsse chape vos m' dôroz ci qui vos vôroz. » Èt, nosse bèle rodje à chapé, èt dès-ans au lon èlle à co doné d' pus d' lacia qui d'vant. On a stî payî one fameûse dringuèle à l'Alice, tote binauje, lèye qu'aveût tant do mau po nukî sès fins d' samin.nes. Asteûre, chaque côp qu' nos passans pad'vant s' maujone, èle tape sès brès au laudje come si n' sèrin' li Bon Diu... Li quârt do pris d'one vatche qwè !...

On d'djeûve dèl Mari Tchatchâle qu'èlle aveût dès grandès-ongues. I n'a jamaîs pèrson.ne qu'a apwârté lès preûves. Èle sôrticheûve d'one pôve culote, èt adlé lèye, lès soris courin' è l'armwêre. Adon, èle si sièrveûve èwou ç' qu'èle saveût : véci d'one pétrâle di vatche po sès lapins, véla d' saquants pautes di frumint scrotéyes dins-r-on dîja po s' nîtéye di poyons. On djoû - qwè ç' què lî aveût co passé pa s' tièsse - on l'aveût r'trové pindoûwe dins lès filochés yinte si djârdin èt l' cia di s' vwèsine... Quand èlle aveût arin.né nosse vî pa po li causer èt po lî d'mander one saqwè, il aveût r'conu l' vîye cote da nosse bobone qu'on aveût rabiyî on' ome di strin avou, èt l' drèssî sur one pîce di frumint novèlemint sèméye. Faleûve-t-i yèsse sins keûr po ça ? Tot l' monde lèyeûve couru. Èt pwis, i-gn-aveût lès cias qu'avin' peû d' lèye. On raconte tant d'istwêres ! Si vos causîz avou lèye, à tot momint èle ripwaseûve si mwins su vosse sipale. C'èsteût one abitude qu'èlle aveût avou tot l' monde. « Quand' vos l' rèscontirroz co, vos waîteroz bin à ç' qu'èle ni djonde pus vosse sipale, don nosse pa. », aveût-èle dit nosse vîye man, « À chaque côp c'è-st-on sôrt qu'èle vos late su l' dos. » Nosse vî pa aveût byin rî, mins l' vîye macrale èsteût padvant li, à laweter, à bèrdèler, èt à taper su si spale, sins fin... I n'ètindeûve pus rin, i n' compurdeûve pus rin, i n'aveût pus qu'one saqwè è l' tièsse, comint rèche foû d' l'èmantchûre què l' sitrindeûve à mwârt. Il a profité di ç' qu'èle s'astaurdjeûve one apéye po rawè s'-t-alin.ne, po lî mète si mwin su s' tièsse èt lî dîre : « Tins, tot ç' qui t' m'as sowaîtî : va-r-z-è avou ! »...

Li saveût-èle lèye-minme s'èle tapeûve dès sôrts ? Si vos l' dijoz, dji n' vos sotêrè nin. Dj'a byin sovint stî à s' maujone. Dj'a fréquenté avou s' fèye. Nos nos-avans marié. Novia ramon chove todi bin, mins su lès vint' ans qu' nos-avans viké èchone, èle m'ènn'a télemint faît veûy...

Seûr qui ç'tèlla, c'èsteût-one vraîye sôrcîre !...

Julyin, Papou èt tote li famile.

Nosse vî papou ; c'è-st-one saqui ! Fin conte fin ; i-gn-a pont d' doblure ! Fwârt au fwârt : li doblure pète èvôye. Èt mi, lès trwès quârts do timps dji so trop djon.ne pad'vant ç' qu'i m' raconte èt dji comprind à fotche. L'aute djoû, dj'aveû machuré totes lès murâyes di m' tchambe avou mès crèyons d' coleûr : one bièstrîye ! Mès mwins, on-z-âreût yeu dit one coyène di Pritrin. Dj'a couru jusqu'al sale d'aîwe po sâyi d' mi r'nèti one miète. Dj'a abroké sins bouchi, sins veuy qui l' place èsteût prîje... I-gn-aveût one saqui, èt l' saqui à bwârlé : « ÊÊÊ !!! » Papou èsteût clincî su l' saîwè, quausumint mièrnu. Dj'a calé dès deûs pates. Dj'a toûrné m' tchaur sins moti, mi tièsse è mès spales, èt dj'a rid'chindu al valéye vente qui brute, po m' rabate su l' tine d'aîwe di plaîve. Dj'a buké su nosse man qui r'loqueteûve l'aléye. Èt nos avans ètindu l' tchanson : « Cré mile miliârds di Nondidju, nin moyin do yèsse à-st-auje deûs minutes véci ! » Nosse man à lèvé s' tièsse su li d'zeû, èt m' taper one ouyâde à vos baker lès quates fiêrs è l'aîr ! « Gamin, qu'avoz' co èmantchî come bièstrîye ? » Dj' a ossi dès spales tot li mostrant mès paumes tote man.nètes : « Rin, man ! Dji m' voleûve rilaver. » Adon, nosse man, bin fwârt, po qu' nosse papou l'ètinde d'au d'zeû : « Èt vos-avoz tchaît su vosse papou qui n'aveût nin co r'ssèré l'uch à s' cu come à-st-abitude ! » Ça n'a nin taurdjî. Papou s'a clincî su lès montéyes dins s' timpe-èt-taurd - dji m' dimande bin si nos djondants n' l'ont nin ètindu - : « Dj'ènn'a plin lès guètes di todi dîre mèsse po lès min.mès mastokes. Si dji n' sère nin l'uch à m' cu, ç'èst qu' dji n' vôreû nin qu'on l' fwârcîye si dj' vêreûve à casser m' binète è l' tine ! » Nosse man a somadjî : « C'èst vosse papou qu'a bon, li côp qui vint vos boucheroz à l'uch ? » Dj'a bachî mès ouys come si dj'areû yeu vèyu one rote di copiches su lès tilias. Nosse man – èle sint todi tot, ç'tèllâl - : « Qu'avoz ? » Dji n' mi sinteûve pus d'assène. Ça bardoucheûve dins m' tièsse. Dji n' saveû par èwou ataquer. Dji n' saveû comint arindjî tot ça pa d'zo mès croles. Djè lî a bèrdèlé : « Rin... À paurt qui... Dji sondjeûve qui dès maîgues come nosse papou, on n'è veût wêre qu' al tévé ! » « Rastrindoz on pau va ! Papou, à l'âdje qu'il a, il a co dès fwâces assez po solèver têre ! I n'a nin si lonmint, il èsteût co grand èt fwârt come li roncin dèl cinse Béli » Dj'ènn'èsteû nin pus seûr qui ça. Dj'aveû co è l' tièsse ci qu' dj'aveûve vèyu dins l' sale d'aîwe : mi papou, tot maîguèrlot, clincî su l' saîwè, come one plante tote sètchîye, qu'on areût yeu rovi dè l' ramouyi do timps dès vacances. Dji r'vèyeûve tote li sin.ne come djè l'aveû viké èt i faleûve qui djè l' dîye à nosse man : « Fwârt oyi ! Mins sès djambes, on dîreût dès stèpias d' pwèdromes, sès bodines : dès-alumètes. Dji m' dimande todi bin comint ç' qu'i pout co tinre d'astampé là d'ssus ? » Po nosse man, tot ç' qui dji d'jeûve, ça compteûve po wêre, èlle a nèyi l' pèchon : « On veûrè bin comint qu' lès vosses sèront quand vos sèroz pus vî ! » Mi, dj'ènn'aveû pèsant. Il aveût lonmint qui dj' n'aveû vèyu m' papou come ça èt dj'ènn'èsteûve tot choyu. « Èt si stoumac', avoz vèyu si stoumac' ? On lî veût totes sès cwasses, d'abôrd one vingtin.ne one dissus l'ôte. » Là, dj'ènn'aveû dit d' trop, èle m'a vôyi au diâle : « Julyin, ti m' sôyes, rote djouwer à l'uch ! » Dji m'a astampé, mès mwins su mès antches, là èwou qu' dj'a one miète dipus d' craus èt dj'a rûti : « Dji voureûve bin mins m' vélo èst skèté ! » Dji n' sé poqwè, mins dj'èsteû mau luné d'awè vèyu m' papou à scal'çon. I d'chindeûve lès montéyes, on-a ètindu s' babéye : « Il èst r'faît vosse vélo ! Rotoz veûy dins l' garadje ! » Là, dji n' m' a soyu rastinre : « Â ! bin ç' côp ci ! » Dj'a mètu l' quatryinme grande èt râner po l'aler qwêre : « Youppiiiii ! » Papou î aveût sondjî ! Il aveût doné on côp d' pompe aus rouwes, rarindjî m' sonète, ritinkî m' tchin.ne, rimètu on noû câbe di frin. Dj'aveû sondjî qu'il l'aveûve rovî ou qu'i n'areût yeu l' timps. Dj'a racouru lès brès au laudje po l' rabrèssî. Il a passé sins m' rawaîti po-z-aler s'achîre dins s' fastrou : « Lèyiz passer lès vîs-ouchas ! » a-t-i mouwé dins sès dints. Waye ! Il èsteût p'tète téne yinte sès cwasses, mins sès pègnons d'orâyes avin' co do rèspondant ! I m'aveût ètindu. C'èst po ça qu'i fieûve one tièsse d'ètèr'mint. Nosse man à faît l' bin paujêre : « Â ! vos avoz ètindu. Comptoz ça po do bûre, savoz ! Ça n'èst qu'on' èfant ! » Papou aveût rabatu lès pans di s' timpe-èt-taurd, lès r'monter jusqu'à s' minton po catchî qu'i n' tineûve pus èchone. Il aveût s' front à plis èt i n'aveût pus qu'one tène ligne di lèpes catchîye padri s' moustatche : « Justumint, on èfant, i dit ç' qu'i pinse èt tot ç' qu'i veût. Èt ç' qu'i veût c'è-st-on vî sto, chapé dèl guêre di quarante, qui n' mougne pus assez po s' grocheû. » « Auwe ! nosse pa, taurdji one miète va ! On vos veût tant volti ! » Mins nosse papou aveût l' nwêr ouy, one tièsse di mau-riv'nant près' à rinde l'âme. Quand il èst come ça, i n'a pus à l' rastinre : i mouch'reût d'zo têre, co pus bas s'i sareût : « On distêré, on Zidôre, one carcasse qui rote... Volà ç' qui dj' seû ! » Nosse man ènn'aveût plin s' dos. Èlle a rachoné sès afêres po-z-aler achèver l' min.nadje aute paut dins l' maujone : « Zut ! C'èst come vos l' v'loz, lètchiz vos plâyes tot seû, vos m' dîroz qwè quand vos r'tchaîroz da pièce ! C'èst l' trop bin qui vos cotchèsse ! » Asteûre, qui dj'aveûve ratrapé m' vélo, dji n' djondeûve pus têre. Dj'a r'moussi adlé m' papou. Vormint dj'èsteû binauje ! « Papou, vos, vos-èstoz on' ome ! C'èst bin l' vraî qu' c'èst vos qu'a r'faît m' vélo ? » I s'aveût lèyî rider dins l' pârfond di s' fastrou. Si tièsse co pus bas qu' sès d'gnos. Il a drovu on' ouy à mitan èt prind si p'tite vwè triyanante : « Oyi, c'èst mi, oyi ! » È-st-i possibe au monde, dji t' dimande one miète ! Mi vélo, qu'èsteût quausu bon à mète au gobieû télemint qu'il èsteût è pîces quand djè l'aveû ramin.né al maujone. Mi vélo, mi papou m' l'aveût r'mètu à noû ! Faleûve qui dj' li done on bètch ! Èt nin quand quand ! Faleûve qu'i fuche binauje come mi, sins ratinde, pont d' rôye à rabate ! Djé lî a dit : « Savoz papou !... Bètch ! Vos èstoz quéquefîye trop tène... Bètch ! mins i gn'énn'a pont d' parèy à vos... Bètch ! Mèrci branmint dès côps po m' vélo ! »... Gros bètch !...

Motlî[candjî | candjî l' côde wiki]

Miniauge.gifLoukîz a : Motlî Desmet des Gueuyes di Walons