Te souviens-tu (tchanson e francès)

Èn årtike di Wikipedia.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Te souviens-tu ? (Ti sovénss), c' est ene des plus rlomêyès tchanson da Paul Émile Debraux (cåzaedjisse et tchanteu).

Elle a stî scrîte so ene air do compôzeu Joseph-Denis Doche.

Elle a rexhou e 1817, ey esse muznêye tocosté, eto el Walonreye.

Elle djåze des sovnances d' on mwaisse sôdård di l' årmêye da Napoleyon Bonapåre. Vo l' la ki rescontere ene piyote (simpe sôdård) del minme årmêye k' est ki bribe ene crosse di pwin. Et portant, ci ptit sôdård la l' a schapé, divinltins, dins ene batreye.

Redjårbaedjes e walon[candjî | candjî l' côde wiki]

Elle a stî radaptêye e walon sol tite "Li pantalon trawé" pa Charles du Vivier de Streel, tot racontant a pô près li vicåreye da Tchårlî Djambe-di-bwès (lu eto, èn ancyin di l' Årmêye da Napoleyon).

Adonpwis, ele sierva a Jacques Bertrand come air po scrire Lolote, mins ci côp ci, sins rapoirt avou les mwaissès paroles.

Cåzaedje[candjî | candjî l' côde wiki]

1

Te souviens-tu, disait un capitaine
Au vétéran qui mendiait son pain,
Te souviens-tu qu'autrefois dans la plaine,
Tu détournas un sabre de mon sein ?
Sous les drapeaux d'une mère chérie,
Tous deux jadis nous avons combattu ;
Je m'en souviens, car je te dois la vie :
Mais, toi, soldat, dis-moi, t'en souviens-tu ?

(Ti sovénss, - k' i djheut, on captinne, / A l' ancyin sôdård k' esteut ki bribéve on boket d' pwin - / Èt sovénss, (di dj') ki, divinltins, e-n on tchamp d' bataye, ti tapas foû on côp d' såbe ki m' aléve acsure el pwetrene ? / Do tins ki, dizo l' drapea di nosse binamêye patreye, / Nos nos avans batou, nozôtes deus. / Dji m' endè sovén, ca dji t' doe l' veye; / Mins twè, valet, l' sôdård, t' endè sovénss eto ?)


2

Te souviens-tu de ces jours trop rapides,
Où le Français acquit tant de renom !
Te souviens-tu que sur les pyramides,
Chacun de nous osa graver-sou nom ?
Malgré les vents, malgré la terre et l'onde,
On vit flotter, après l'avoir vaincu,
Notre étendard sur le berceau du monde :
Dis-moi, soldat, dis-moi, t'en souviens-tu ?

(Ti sovénss di ces djoûs la k' ont fritchî evoye, / La wice ki les Francès ont divnou mo rlomés ? / Èt sovénss ki, so les piramides d' Edjipe, / Nos avans tertos oizou schaver nosse no / Mågré les (laids) vints, mågré l' (såvadje) daegn et les (waeraxhès) aiwes // Nos avans wangnî l' guere et fé floter noste åbarone sol banstea do monde. / Mins twè, valet, l' sôdård, t' endè sovénss eto ?)


3

Te souviens-tu que les preux d'Italie
Ont vainement combattu contre nous ?
'Te souviens-tu que les preux d'Ibérie
Devant nos chefs ont plié les genoux ?
Te souviens-tu qu'aux champs de l'Allemagne
Nos bataillons, arrivant impromptu,
En quatre jours ont fait une campagne :
Dis-moi, soldat, dis-moi, t'en souviens-tu ?

(ratournaedje a fé)


4

Te souviens-tu de ces plaines glacées
Où le Français, abordant en vainqueur,
Vit sur son front les neiges amassées
Glacer son corps sans refroidir son cœur ?
Souvent alors, au milieu des alarmes,
Nos pleurs coulaient, mais notre œil abattu
Brillait encore lorsqu'on volait aux armes
Dis-moi, soldat, dis-moi, t'en souviens-tu?

(ratournaedje a fé)


5

Te souviens- tu qu'un jour notre patrie
Vivante encore descendit au cercueil,
Et que l'on vit, dans Lutèce flétrie,
Des étrangers marcher avec orgueil ?
Grave en ton cœur ce jour pour le maudire,
Et quand Bellone enfin aura paru,
Qu'un chef jamais n'ait besoin de te dire :
Dis-moi, soldat, dis-moi, t'en souviens-tu ?

(ratournaedje a fé)


6

Te souviens-tu ?... Mais ici ma voix tremble,
Car je n'ai plus de noble souvenir ;
Viens-t'en, l'ami, nous pleurerons ensemble,
En attendant un meilleur avenir.
Mais si la mort, planant sur ma chaumière,
Me rappelait au repos qui m'est dû,
Tu fermeras doucement ma paupière,
En me disant Soldat, t'en souviens-tu ?

(ratournaedje a fé)